Essayer la dictature, c’est l’adopter !

Emmanuel Macron est très courroucé face aux critiques sur sa politique « Essayez la dictature et vous verrez ! » …il s’exprimait au micro de Radio J, une station de radio communautaire juive qui émet à Paris où il était invité à l'occasion du 75e anniversaire des « marches de la mort » et de la « libération » des camps nazis. Apparemment quelque chose lui échappe…

Emmanuel Macron est très courroucé face aux critiques sur sa politique « Essayez la dictature et vous verrez ! » …il s’exprimait au micro de Radio J, une station de radio communautaire juive qui émet à Paris où il était invité à l'occasion du 75e anniversaire des « marches de la mort » et de la « libération » des camps nazis.

Apparemment quelque chose lui échappe…

Macron fait un score remarquable en points Godwin, pas étonnant c’est un winner.

Écoutons ses arguments :

« Aujourd’hui s’est installée dans notre société – et de manière séditieuse, par des discours politiques extraordinairement coupables –, l’idée que nous ne serions plus dans une démocratie, qu’une forme de dictature se serait installée… mais allez en dictature ! » et d’ajouter « Une dictature, c’est un régime où une personne ou un clan décident des lois. »

Tiens tiens…toute ressemblance avec un système politique existant serait pure coïncidence.

LaREM, un clan qui décide des lois ?

Apparemment quelque chose lui échappe…

Une perle, maintenant :

« La dictature, elle justifie la haine. La dictature, elle justifie la violence pour en sortir. Mais il y a en démocratie un principe fondamental : le respect de l’autre, l’interdiction de la violence, la haine à combattre ».

La dictature justifie la haine, oui, nous y sommes…

Elle justifie la violence pour en sortir, oui, j’en ai bien peur…

Un principe fondamental en démocratie, le respect de l’autre, ben oui, encore oui, parlons-en du respect de l’autre, il suffit de traverser la rue pour en trouver… ou qu’on aille le chercher, lui personnellement, pour en trouver…

La violence ? Des violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique, c’est de celle-là qu’il parle, j’ai bien compris ?

Apparemment quelque chose lui échappe…

C’est curieux chez Macron ce besoin de faire des phrases qui donne raison à ses opposants.

Il lapsus plus vite que son ombre. Il lapsus beaucoup.

Décidément, il y a beaucoup de choses qui lui échappent.

Quand la connerie prend le pouvoir, la dictature n’est jamais très loin, il a raison.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.