Rutger Hauer alias Roy Batty dans Blade Runner s’en est allé, cette fois, pour de bon

Les androïdes dont on ne sait toujours pas s'ils rêvent de moutons électriques sont en deuil.

« J'ai vu tant de choses que vous, humains, ne pourriez pas imaginer... Des navires de guerre en feu, surgissant de l'épaule d'Orion... J'ai vu des rayons C briller dans le noir, près de la porte de Tannhäuser... Tous ces moments se perdront dans l'oubli... comme... larmes dans la pluie... Il est temps de mourir. »

 

Le célèbre monologue sous la pluie, Tears in rain monologue, avait été réécrit en grande partie par l’acteur hollandais à l’insu de Ridley Scott, le metteur en scène.

À la fin du tournage de cette séquence, tout le monde a applaudi la performance, Ridley Scott y compris, le plateau entier était en larmes, l’émotion intense qui se dégageait était trop forte.

Encore aujourd’hui...

Roy, le replicant, montre à Deckard, le blade runner, que l’authenticité humaine a changée de camp, « C’est ce qui arrive aux esclaves quand ils obéissent » explique-t-il au policier dont il vient de sauver la vie, in extremis.

Un message à méditer en ces temps de dictature libérale, oui de dictature !

Ce film est sorti en salle en 1982 : Margaret Thatcher était Première ministre, Mitterrand allait prendre son tournant de la rigueur libérale qui nous a emmenés dans le décor, Ronald Reagan était Président des USA…

Rutger Hauer, grand acteur, grand bonhomme, un rebelle dans la vie comme à l’écran, s'en est allé, cette fois, pour de bon.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.