Tenants et adversaires de l’euthanasie se déchirent au chevet de Laurent Wauquiez

Doit-on continuer d’alimenter Laurent Wauquiez, de l'hydrater et de le maintenir artificiellement en vie ou faut-il suspendre les traitements tout en le sédatant progressivement jusqu’à son dernier souffle pour lui éviter de souffrir inutilement ? Un geste de pure compassion n'est, en effet, pas totalement exclu, la droite étant par nature compassionnelle, c'est bien connu.

Doit-on continuer d’alimenter Laurent Wauquiez, de l'hydrater, de le maintenir artificiellement en vie ou faut-il suspendre les traitements tout en le sédatant progressivement jusqu’à son dernier souffle pour lui éviter de souffrir inutilement ? Un geste de pure compassion n’est, en effet, pas totalement exclu, la droite étant par nature compassionnelle, c'est bien connu.

L’issue semble fatale, l’électroencéphalogramme extraordinairement plat du président de LR semble donner raison aux partisans d’une « euthanasie douce » dixit Gérard Larcher, vétérinaire de formation, cela a son importance même si le président du Sénat n’a pas exercé depuis longtemps.

Les soutiens de Laurent Wauquiez dénoncent à l’avance « une euthanasie déguisée » qu’ils apparentent à « un meurtre avec préméditation », à un assassinat. La loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades politiques et à leur fin de vie, dite loi Leonetti-ti adoptée le 12 avril 2005, n’est pas suffisamment claire pour leur donner tort…ou raison, c’est bien le problème.

Les cathos tradis de la Fraternité Saint-Pie-X et de Saint-Nicolas-du-Chardonnet - l’aile droite de LR, la plus dure, la plus radicale - sont clairement favorables au maintien des soins palliatifs, ils argumentent en expliquant que Laurent Wauquiez cligne des yeux, agite sa main droite et répond par de discrets mouvements des lèvres et des paupières quand on le sollicite gentiment. C’est un peu maigre, mais c’est vrai qu’il donne des signes de vie.

À l’autre bout du spectre, les cathos trahis de la Fraternité Saint-Nicolas-du-16e dénoncent « un acharnement déraisonnable », Bruno Retailleau parle même d’un « suicide collectif », l’ambiance est morose, voire défaitiste, le mot est lâché.

Jean-François Copé n’a pas de mots assez durs contre l’équipe dirigeante de LR, en particulier contre son président, en expliquant qu’à sa place il s’était lui-même débranché, on veut bien le croire, sa sincérité n’est plus à démontrer.

Même position pour Valérie Pécresse qui lorgne sur 2022.

Depuis dimanche soir, on a vu Valérie Boyer tripoter nerveusement sa croix placée au beau milieu de ses deux magnifiques Saints que sont Laurent Wauquiez et FX Bellamy, son cœur balance entre résignation et entêtement. Elle est plutôt à plaindre, la pauvre Valérie, si on se souvient qu’elle était une fervente supportrice de Sarkozy puis de Fillon il n'y a pas longtemps encore…

Quoi qu’il en soit, Laurent Wauquiez est dans un état végétatif et totalement tétraplégique depuis sa nomination à la tête de LR, le résultat des Européennes le plonge dans un état comateux contemplatif qui risque encore d’affaiblir ses défenses immunitaires. Son état est désespéré.

Alors, pour ou contre l’euthanasie ? c’est un débat de fond qui commence à agiter la droite, la morale envahit la scène politique des héritiers du gaullisme, du giscardo-pompidolisme, du barrisme, du sarkozisme et du fillonisme.

Quand l’éthique frappe à la porte de la droite, c’est tout l’édifice qui menace de s’écrouler.

Emmanuel Macron aura beau jeu de plaider pour une reconstruction rapide et pourquoi pas innovante de la droite, l’entreprise est vouée à l’échec puisque tous les généreux donateurs de la droite ont déjà vidé leurs poches pour lui Notre-Dame de Paris…

Après Sarkozy, après Copé, après Fillon, c’est au tour de Laurent Wauquiez de décarocher, une vraie malédiction frappe la droite, c’est certain.

Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas.

PS : Personnellement, je ne suis pas plus surpris que cela, j’avais décelé des signes annonciateurs de cette maladie dégénérative qui frappe odieusement Wauquiez, le sort s'acharne contre lui impitoyablement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.