La France est à l’abri de toute forme de pollution, mais pas de la connerie !

La France est le seul pays au monde à être protégé de toute forme de pollution, c’est une singularité qu’il faut apprécier à sa juste valeur à une époque tout entière tournée vers la mondialisation : la France résiste !

Quand passent les nuages…

La France est le seul pays au monde à être protégé de toute forme de pollution, c’est une singularité qu’il faut apprécier à sa juste valeur à une époque tout entière tournée vers la mondialisation : la France résiste !

Rien ne peut nous atteindre, nous pouvons dormir sur nous deux oreilles.

Alléluia !

Suite aux explosions qui ont ravagé l’usine Lubrizol de Rouen – classée Seveso – spécialisée dans les solvants dont on connait la dangerosité et la toxicité, le préfet de Seine Maritime se veut rassurant, l’épais nuage de suie envahit nos champs, pollue nos rivières et nos nappes phréatiques, peinturent nos tomates et nos pommes de terre en mode blackface, noirci nos mouchoirs, pique nos yeux, mais épargne nos poumons, dit-il.

Des migraines aiguës, des troubles de l’équilibre, des vomissements incoercibles…

Des oiseaux qui tombent raides morts, des ruches d’apiculteurs décimées…

On confine les élevages, on ferme les écoles…

Et cette odeur insoutenable qui agresse les narines de la population dans un périmètre de plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde…on parle d'une centaine de communes touchées !

Beaucoup de Rouennais quittent précipitamment la ville et ses alentours, ils cherchent refuge.

L’enquête judiciaire s’est élargie au chef de « mise en danger de la vie d’autrui », mais le préfet « reste confiant », d’après lui l’état de l’air reste normal, « habituel » c'est-à-dire égal à ce qu’il était avant l’incendie…

Tout cela est très cohérent.

Tellement français !

Les 450 tonnes de plomb qui se sont volatilisées pendant l’incendie de Notre-Dame n’ont jamais atterri nulle part !

Un miracle français qui ne doit rien aux bondieuseries.

En avril 1986, le nuage de Tchernobyl a été stoppé net à l’approche de nos frontières grâce aux interventions de Michelle Barzach, ministre de la Santé, et de Charles Pasqua, ministre de l’Intérieur Jacques Chirac, alors Premier ministre (de cohabitation) de Mitterrand, à peine nommé, avait surveillé la dérive du nuage toxique, et particulièrement cancérigène, en personne !

Ah, le saint homme !

Les ministres étaient aussi obéissants que les nuages, c’est peu dire…

Rien n’a changé.

La France est un beau pays où il fait bon vivre et dont la grandeur se mesure à la terreur qu’elle inspire aux nuages toxiques qui la survolent : instinctivement ils s’enfuient loin, très loin, mais loin…

En langage militaire on appelle cela la dissuasion.

Nous pouvons être fiers des hommes et des femmes politiques que nous élisons, je peux en témoigner puisque j’ai voté Mitterrand en 1981 : qu’elle ne fut pas ma joie de découvrir l’homme, sa vie, son parcours, son histoire derrière le président !

Puisqu’il est question de Chirac – pour qui je n’ai jamais voté – qu’elle ne fut pas mon bonheur de découvrir derrière l’homme politique en train de construire son destin de Chef d’État, le militaire (frustré) qu’il a toujours rêvé d’être ! souvenons-nous de l’assaut lancé contre la grotte d’Ouvéa en Nouvelle-Calédonie en 1988 !

De tels hommes méritent l’hommage de la Nation.

Le décalage entre les discours et la réalité est phénoménal, la vérité met des années à nous parvenir quand elle veut bien arriver jusqu’à nous.

Le mensonge, la duperie et l'amnésie sont les armes habituelles de nos politiques, à partir de là tout devient possible...y compris les crimes, petits ou grands.

Si seulement les arbres, les lapins de garenne sauvages, les taupes, les vers de terre, les couleuvres et les oiseaux pouvaient voter…même avec un brin de proportionnelle je suis preneur !

Sans parler des vaches et des veaux que l’on torture à mort !

La connerie est par essence humaine, l’homme politique est son prophète.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.