Et si on excluait les filles, décolletées ou pas, de la société ?

Quand la régression néolibérale répressive cible les femmes...

Pendant que Joe Biden et Donald Trump s’étripent comme de sales petits voyous qu’ils ne sont plus depuis plus d’un demi-siècle devant des millions de républicains diabétiques, gras et bedonnant bourrés de big mac et gavés de coca, suscitant, au passage, des commentaires désabusés autant que réprobateurs des journalistes hexagonaux (dont Natacha Polony) qui prophétisent une guerre civile, les Français concentrent leur attention et toute leur énergie sur un sujet autrement plus essentiel : la tenue des (jeunes) filles au collège, au lycée et dans les universités.

Êtes-vous pour ou contre le décolleté ? Contre !

Êtes-vous pour ou contre le mini short ? Contre !

Êtes-vous pour ou contre le crop top ? Contre !

Les « contre » sont ultra majoritaire.

On s’en doutait, il n’y a rien de nouveau, les « contre » ont pris le pouvoir depuis très longtemps en France et un peu partout dans l’occident.

La France est un pays où il y a de plus en plus de « contre », c’est un fait. Cette tendance s’accentuant sous l’ère Macron, un mouvement de masse qui avait commencé sous Sarkozy.

Posons maintenant la question sous une autre forme, beaucoup plus subtile :

Êtes-vous pour ou contre le décolleté des femmes musulmanes ? Pour ! Ajouter « évidemment ».

Êtes-vous pour ou contre le décolleté ultra plongeant des femmes musulmanes ? Ultra pour ! Tu parles !

Êtes-vous pour ou contre le mini short pour les femmes musulmanes ? Pour ! Et pas qu’un peu mon n'veu !

Êtes-vous pour ou contre le mini short sans sous-vêtement pour les femmes musulmanes ? Pour ! Pour ! Pour !

Êtes-vous pour ou contre le crop top pour les femmes musulmanes islamistes ? Pour ! Deux fois pour !!

Êtes-vous pour que les femmes musulmanes islamistes ne portent pas de crop-top du tout ? Pour ! Deux fois pour, comment faut-il te le dire, Natacha, bon Dieu !

Question subsidiaire : êtes-vous pour ou contre le hidjab ? Contre, merde ! On te l’a déjà dit, Nat.

Les « contre » sont « pour » le dénudé des femmes musulmanes dont on nous dit par ailleurs qu’elles sont trop voilées, c’est très logique, tout se tient ; ils sont « contre » pour les jeunes blanches catholiques.

Il faut déshabiller les musulmanes et couvrir le corps des autres femmes.

Comme quoi les Français sont capables de nuances.

L’enjeu est de faire la chasse aux jeunes blanches cathos dénudées et de les remplacer par de jeunes femmes musulmanes à poil, c’est le grand remplacement vu du côté des mâles blancs qui dominent la bonne société macronnienne néolibérale avancée et néanmoins covidée.

Qu’elles soient catholiques ou musulmanes, on parle bien des femmes, c’est quand même un signe…elle n'a pas tort, la Polony.

Il ne viendrait à l’idée de personne, en effet, de stigmatiser les garçons au prétexte qu’on devinerait leurs tétons sous un tee-shirt : c’est une provocation sexuelle dans le cas d’une femme, surtout blanche, c’est un non-évènement quand il s’agit d’un homme. Même les violeurs sont asexués puisqu'ils subissent la provocation des femmes !

Même chose pour le caleçon apparent ou pour le torse, le torse qu’on appelle décolleté chez une femme, les salopes !

Élargissons le débat, ajoutons aux collèges, aux lycées et aux universités l’entreprise ! Il est grandement temps de se poser des questions sur le rôle des femmes dans l’entreprise :

Êtes-vous pour l’exclusion des filles du collège, du lycée, des universités ET des entreprises ?

Allons au bout du débat, sans préjugé, sans tabou !

En fait les « contre » se disent que, décidément sans les femmes il y aurait beaucoup moins de problèmes en France. Du coup, il y aurait moins de viols aussi. Ben si !

Ils ajouteraient, si on leur posait gentiment la question, qu’ils ne seraient pas contre le fait que toutes les musulmanes, noires ou grises, soient entièrement nues, « tiens ! une musulmane ! ». La police aurait moins de problèmes pour les embastiller, manifestations ou pas.

Excluons une bonne fois pour toutes, les femmes de la société ! Toutes !

Ce n’est quand même pas aussi compliqué que cela !

En luttant contre la connerie envahissante, on prend le risque de lutter contre une grande majorité de Français auxquels s’adressent les sondages de Marianne, entre autres.

Mais alors ? En ces temps troublés, être contre tous ces « contre » qui sont majoritaires, c’est être contre la démocratie ?

Oh, mon Dieu !

Comme quoi, de l’agrafe d’un vulgaire soutien-gorge au viol de la démocratie il n’y a qu’un faux pas à faire…

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.