BRUNO PFEIFFER
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juil. 2022

BRUNO PFEIFFER
Abonné·e de Mediapart

Tombez dans le panneau de Boris Vian

Au pied de la Butte Montmartre, sur les grilles du square Louise Michel, à côté du manège, 22 panneaux retracent, jusqu'au 31 août 2022, la vie de Boris Vian dans les quartiers parisiens.

BRUNO PFEIFFER
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ursula et Boris Vian décrochent un tableau d'Aloys Sauter chez une amie: il sera installé chez eux, cité Véron, au-dessus du bureau de Boris..

L'accrochage s'intitule : "Boris Vian, Le Parisien ravi". La succession d'iconographies, de documents et de photos en grande partie inédites, commente avec pédagogie le quotidien parisien de l'artiste-inventeur. Avec un focus sur le 18e arrondissement. Une fois de plus, on s'incline devant l'entêtement de Nicole Bertolt (Mandataire et directrice du patrimoine pour l’œuvre de Boris Vian). L'amateur applaudit cette nouvelle initiative pour communiquer au public une œuvre phénoménale. Nicole Bertolt et Valentine Putatti (graphiste) ont tenté de raconter en images l’existence prodigieuse de l'auteur de « L'Écume des Jours ». Cela de la jeunesse à sa disparition en 1959, en passant par l’École Centrale, le Faubourg Poissonnière, Saint-Germain-des-Prés, le 18ème arrondissement, la direction artistique chez Philips. Ici revivent les multiples rencontres avec des personnages marquants. Le jazz n’est jamais loin : Juliette Gréco, Miles Davis, Henri Salvador, Jean Cocteau, Michel Legrand. Sans oublier le voisin de palier, Jacques Prévert.

Ingénieur, écrivain, poète, parolier, chanteur, critique et musicien de jazz (trompettiste), enfin chargé du catalogue de disques de jazz chez Philips, Vian a vécu durant les dix dernières années de sa vie dans le 18e. En effet, en 1950, il investit une chambre aménagée avec cuisine et douche, au 6ème étage. Adresse : 8, boulevard de Clichy. Un endroit minuscule (10 m2). Compensation : la vue ouvre sur le Sacré-Cœur et ses jardins. Vian emménage. Le chroniqueur raconte l’épisode dans la revue Constellation, en 1952 («Un appartement dans un dé à coudre»). Il parvient à nous tirer des sourires de ses bricolages ingénieux : on dévore le texte, paru dans l'anthologie La Belle Epoque (Livre de Poche).

Ursula Kübler, épouse de Boris Vian, avec Jacques Prévert (Photo exposée Square Louise Michel)

L’amoureux fignole le nid avec sa future femme, la danseuse Ursula Kübler. Le couple envisage de s'agrandir. Ils veulent néanmoins rester dans le quartier. Ils quitteront la chambre après avoir trouvé leur bonheur, au bout de trois ans, lors de la visite d’anciens ateliers du Moulin Rouge. Au début de l’année 1953, en route vers la cité Véron. Nouvel agencement signé Boris. Nicole Bertolt a soigneusement conservé l’appartement en l’état. Quasiment un miracle !

Une amitié forte liera Boris Vian avec Jacques Prévert. Un Satrape, comme lui, du Collège de Pataphysique, une « société de recherches savantes et inutiles », prisée de tous les antispécialistes. Prévert habite la porte en face. Une immense terrasse surplombe le Moulin Rouge. Ils la partagent, multiplient les fêtes, baptiseront le lieu Terrasse des Trois Satrapes.

Nicole rencontra Ursula en 1976 (elle avait 17 ans), dans le Sud. Elle avait grandi en banlieue. "Le Quart-monde, très dur", me confiera-t-elle un jour. Les deux femmes se reverront. Pour ne plus se quitter. Elle prendra le relais d'Ursula. Aujourd'hui, Nicole Bertolt préside aux commandes de la Cohérie Boris Vian. Jamais, elle n’aura cessé de nouer des contacts, de se démener, de se battre, de monter mille opérations, de transmettre, ceci afin que perdure l'esprit de Boris Vian. Grâce à elle, sur les 22 énormes panneaux aux grilles de la butte Montmartre brille et défile, en autant de grands formats, une époque du créateur d'exception, traversée à bout de souffle.

Bruno Pfeiffer

EXPOSITION « Boris Vian, Le Parisien Ravi »,

Square Louise Michel, 6 place Saint Pierre, 75018 Paris, jusqu'au 31 août 2022. Métro ANVERS

SPECTACLE

Au Lucernaire, le groupe «Les Joues Rouges» interprète le roman L'Écume des Jours. Pièce de théâtre. Reprises de chansons de Boris Vian.

Mise en scène de Claudie Russo-Pelosi et "Les Joues Rouges".

www.lesjouesrouges.org/

La pièce est programmée jusqu’au 21 août 2022. Une semaine de break.

Puis, (dernière minute) : prolongation jusqu’au 16 octobre 2022 !

Horaires jusqu’au 21 août du mercredi au samedi à 19h et le dimanche à 16h. A la reprise : du mardi au samedi à 19h et le dimanche à 16h.

J’ai vu L'Écume des Jours en mars 2020, à la Folie Théâtre (Paris 11) : je recommande!

Suis retourné, cette fois au Lucernaire, le samedi 16 juillet. Salle comble. Ovation de plusieurs minutes. Et pour cause : le public est touché au cœur par l'enthousiasme des acteurs, la foi dans leur rôle, l'engagement dans les chansons (quel parolier, Boris Vian), et la justesse de la mise en place! La scénarisation est haletante. Un signe irréfutable : quand, à la fin, les spectateurs s'incrustent, cela afin que ne s'érode pas trop vite le plaisir. D'ailleurs, une fois sur le trottoir, je me demandais si je n'allais pas revenir pour une troisième gorgée de "pianocktail"?

Le Lucernaire - 53, rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris

www.lucernaire.fr/

Téléphone : 01 45 44 57 34

LIVRE Boris Vian, Des Bises du Bison

Lettres d'amour et d'amitié 1939-1959 (Livre de Poche 2022; 280 pages; 7,70). Edition, préface inédite, et notes de Nicole Bertolt.

Jusque dans les écrits intimes, un festival d'humour, de tendresse, de fantaisie. De surcroît, quelle précocité!

DISQUE La Censure - Les musiciens face au pouvoir politique 1929-1962 : Coffret de 3 CDs (Label Frémeaux & Associés). Tous les musiciens, tous les artistes inclus dans une anthologie d'un genre inédit, ont subi les foudres de la censure, et vu certaines de leurs œuvres retirées ou sanctionnées. La censure de Boris Vian reste dans les mémoires. Bref résumé : Vian enregistre "Le Déserteur" le jour de la défaite de Dien Bien Phu, en 1954. Sur le champ, les autorités interdisent de diffusion la chanson, composée par Vian pour Mouloudji. Les reproches d'"antipatriotisme" s'appuient sur les vers suivants : "S’il faut donner son sang/Allez donner le vôtre/Vous êtes bon apôtre/Monsieur le Président/Si vous me poursuivez/Prévenez vos gendarmes/Que je n’aurai pas d’armes/Et qu’ils pourront tirer." La censure contre "Le Déserteur" s'interrompra après la guerre d’Algérie, en 1962. Par la suite, Renaud, Joan Baez, Juliette Gréco, Serge Reggiani (notamment) interpréteront, pour la bonne cause, et de façon magistrale, la chanson "Le Déserteur". A mon sens, LE chef d'œuvre du répertoire français.
B.P.

Coffret Frémeaux & Associés sur les œuvres censurées

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES