Bruno Rouillé
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 août 2020

Bruno Rouillé
Abonné·e de Mediapart

Nantes : son château, son Voyage, son éléphant, sa Loire et ses plastiques…

La mission scientifique 2019 de la Goélette Tara concluait en 2020 que « 100 % des prélèvements d’eau effectués dans neuf fleuves européens contenaient des microplastiques » (1) en outre, 80 % de la pollution marine est d’origine terrestre (2). En 2015, la ville de Nantes accueillait la Goélette Tara (3).

Bruno Rouillé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le marché de la Petite-Hollande est bordé au nord par la ligne de tramway qui dessert la ville d’ouest en est et au sud par un boulevard et une piste cyclable qui longe la Loire. Sur l’autre rive, le tribunal de Jean Nouvel affiche son austérité dans l’écoquartier de l’île de Nantes.

Le marché alimentaire occupe le nord-est de ce qui est encore un parking. On s’interpelle en arabe, kabyle, espagnol, wolof, créole, avec un dénominateur commun : la langue française, ici pas de pollution au globish. La boucherie Halal côtoie la charcuterie traditionnelle, le camion crêperie fait face à celui des spécialités antillaises. Les producteurs bios, conventionnels, primeurs cohabitent, quelques traiteurs vietnamiens, indo-pakistanais, vénézuéliens, sénégalais se révèlent au hasard d’une travée. Les étales des producteurs de fromage de chèvre, éleveurs de volailles, vignerons ou autres paludiers de Guérande longent la ligne de tramway. Enfin au nord-est du marché sont rassemblés les poissonniers et leurs poissons, coquillages et crustacés en provenance des ports bretons et vendéens et plus particulièrement ceux du Croisic et de la Turballe situés au nord de l’estuaire de la Loire.

Bref, un marché français comme on les aime, où toutes les catégories sociales se côtoient (bien que certaines soient l’exclusivité du marché couvert du centre-ville, où règne une ambiance plus policée, moins polychromatique, moins polyphonique).

Mais (car il y a un mais) il y a le sud-ouest du marché et la Loire à portée d’une bourrasque, occupé par les marchands de produits manufacturés, acheminés par de gigantesques porte-conteneurs à travers les océans de la planète. L’ambiance est joyeuse et colorée. On s’y autorise le petit plaisir futile qui met un peu de fantaisie dans le quotidien des enfants et des ados : T-shirts à l’effigie du « Che » ou de « Bob Marley », foulards à  paillettes, coques pour smartphone, gadgets électroniques aux durées de vie éphémères. On y achète aussi de l’utile bon marché comme ces jeans, chemises, vestes, robes et autres chaussures aux marques inconnues. Evidemment, tous ces produits manufacturés sont gourmands en emballages aux multicouches de plastiques. On les arrache, on les déchire et on les jette sous l’étale, sans penser à mal (les services de la ville s’en chargeront) parce qu’il faut aller vite et accrocher le chaland avant qu’il ne change d’avis.

A la fin du marché, chacun replie et range soigneusement ses invendus. L’esplanade est désertée par les marchands et les clients mais malheureusement pas par une farandole de plastiques colorés qui, libérée de tout obstacle,  s’achemine allègrement à chaque coup de vent ou de passage de voitures vers les bords de Loire. Alors l’inévitable et l’irréparable se produit, elle franchit la mince barrière végétale et se fond dans l’eau limoneuse du fleuve.

Commence ainsi un périple funeste jusqu’à l’estuaire de la Loire. Nos polymères entreprenants et voyageurs se faufilent entre les porte-conteneurs stationnés au large de Saint-Nazaire (vous vous souvenez ceux qui depuis l’autre bout du monde acheminent nos produits manufacturés qui sont vendus au sud-ouest du marché). Nos fausses méduses se dégradent en multiples particules qui font la joie de certains organismes marins, eux même la proie de ces beaux poissons et crustacés pêchés au large de la Turballe, du Croisic ou de Saint-Gilles Croix de Vie et … Mais j’y pense, le poisson, les huîtres et les araignées que j’ai achetés ce samedi matin au nord-est du marché de la Petite-Hollande ! Une forme d'économie circulaire en quelque sorte mais pas celle qu'on atttendrait dans "le monde d'après".

En 2020, les élections municipales ont traduit un attachement toujours croissant des citoyens (je ne parle pas évidemment du taux de participation) aux enjeux environnementaux et Nantes n’a pas fait exception avec sa liste d’union de la gauche. La ville de Nantes fait des efforts louables en matière de transports alternatifs mais son équipe municipale ne peut pas continuer par son inaction à contribuer à la pollution des fleuves et des océans. Alors je te lance un appel camarade Johanna Rolland. Je ne sais pas où tu habites mais je t’invite à venir voir notre joyeux marché populaire. Tu peux utiliser le tramway ou le vélo. Grâce à  ton équipe c’est très bien desservi en transport en commun  et en pistes cyclables. Tu viendras constater les dégâts et tu en discuteras en toute simplicité avec les usagers du marché de la Petite-Hollande qui ne demandent qu’à trouver une solution durable à ce scandale environnemental.

PS : il y aurait aussi beaucoup à  dire et écrire sur l’état des berges prisées par de jeunes fêtards noctambules, sortes de «GretaThunbergs à l’envers», probablement distraits : emballages en polystyrène de restauration rapide, cannettes en verre ou métal, gobelets en plastique, papiers plastifiés qui  martyrisent  inutilement, chaque samedi soir, la faune et la flore du fleuve à peu de distance du marché, en amont du fleuve.

Quelques captations vidéos de nos voisins qui ont décidé d’agir individuellement et qui ont obtenu des résultats le samedi suivant avec la participation des commerçants en attendant une réaction et une réponse politique de la ville :

https://www.facebook.com/sophieberhardt/videos/pcb.10164075518040694/10164075511445694/?type=3&theater

https://www.facebook.com/sophieberhardt/videos/pcb.10164075518040694/10164075511925694/?type=3&theater

1 - 20 minutes (23/11/2019)

2 - France Info (11/12/2018)

3 - Ouest-France (16/10/2015)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal
Affaire Perdriau : les coulisses d’une censure
Nous revenons ce soir sur les coulisses de la censure préalable d’une enquête de Mediapart : après douze jours, la justice a finalement mis fin à cette mesure inédite, mais le mal est fait.
par À l’air libre
Journal
Punir les petits délits par des amendes : l’extension du domaine de la prune
Avec la Lopmi, adoptée par le Parlement en commission mixte paritaire jeudi 1er décembre, une vingtaine de délits supplémentaires pourront faire l’objet d’une « amende forfaitaire délictuelle » infligée par les policiers et les gendarmes. Cette « condamnation express » pose de sérieux problèmes. 
par Jérôme Hourdeaux et Camille Polloni
Journal — France
Corse : l’arrestation de nationalistes complique le dialogue avec Darmanin
Un leader du mouvement indépendantiste Corsica Libera et deux autres hommes ont été arrêtés jeudi dans le cadre d’une enquête du Parquet national antiterroriste. À quelques jours d’une visite du ministre de l’intérieur, plusieurs élus insulaires évoquent un « très mauvais signe ».
par Ellen Salvi et Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP