les devoirs de vacances des gilets jaunes

Il faut voter en masse .Si ont perd le RIP adp c'est fini pour les Gilets jaunes!

Le projet de référendum d’initiative partagée (RIP) contre la privatisation d’Aéroports de Paris, lancé le9 avril par les groupes parlementaires d’opposition, connaît un certain succès que le gouvernement par la main de Castaner essaye de rendre flou dans sa progression. 248 députés et sénateurs au total beaucoup plus que les 185 nécessaires. Ils se décompose de la façon suivante :

 

101 parlementaires PS.

76 LR.

17 du groupe de La France insoumise.

15 de la Gauche démocrate et républicaine (communiste).

11 députés du groupe Libertés et territoires.

3 UDI/Agir.

2 non-inscrits.

16 sénateurs du groupe CRCE (à majorité communiste).

5 du groupe RDSE (à majorité radicale).

1 sénateur centriste du groupe UC.

1 sénateur du groupe Les Indépendants.

Il n’aura échappé à personne que ce référendum suivi par ces parlementaires est la conséquence de l’action des gilets jaunes depuis le 17 novembre et que pour ceux qui soutiennent le RIC il est un galop d’essai.

Aujourd’hui le système d’avancement des signatures est rendu flou par l’action du pouvoir, mais nous devons là où nous sommes faire campagne. C’est un vote qui peut-être fait malgré les embuches par internet, et je croise encore trop de monde qui pense que c’est une élection traditionnelle attendant le courrier habituel avec la date d’élection….Certains âgés ont préparé sur le coin de la table la carte d’identité et la carte d’électeur !

Alors notre rôle aujourd’hui c’est peut-être de garder nos forces pour ça, en sachant quitté jusqu’à la rentrée nos rond-point, nos places, nos manifestations hebdomadaires, en allant au-devant de la population.

Si nous perdons cette bataille nous aurons définitivement perdu notre rôle de veille sur les acquis sociaux et sur la justice sociale ; les médias nous ont lâché, même si nous ne lâchons rien .

Alors il y a beaucoup même s’il ne faut pas être alarmiste, il ne faut pas perdre de vue cette obligation de réussite qui vient se juxtaposer aux élections municipales où là encore c’est un autre débat qui de toute façon divisera .mais quelle autre solution que de rentrer dans les conseils municipaux pour faire changer la politique où le combat de macron aujourd’hui est de faire un carton plein à ces municipales pour prendre le sénat élu par ces même grands électeurs !

Tour à tour Macron gagne ses élections, continuellement notre pouvoir d’achat baisse, et invariablement les injustices sociales vont s’accroitre ! C’est en résistance aujourd’hui que nous sommes, seront nous en guérilla demain ou en révolution ?

 ut votze

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.