LE PROBLÈME DU CABINDA EST AVANT TOUT UN PROBLÈME DE QUALITÉ D'HOMME.

L'absence d'hommes politiques de qualité de la trempe des pères fondateurs du FLEC, capable d'imposer la paix et engager le Cabinda vers son émancipation politique par une solution de paix durable.

nzita-henriques-tiago
Le 30 Juin 2020, Emmanuel Nzita, président du FLEC -FAC lançait un appel aux leaders d'opinion, à l' union et à l'unité de toutes les forces vives Cabindaises de se retrouver ensemble autours du FLEC, afin de parler à l'unissons et envisager ensemble l'avenir politique du territoire de Cabinda.

Cet appel est venue après celle de son bras armé qui avait déclaré un cessez le feu unilatérale à l'appel du Secrétaire général de l'ONU, pour faciliter la lutte contre la pandémie du Covid19.

Cette déclaration de cessez le feu avait été favorablement accueilli par le SG de l'ONU, qui avait de facto reconnu pour la première depuis bien longtemps, l’existence du conflit militaire entre le peuple Cabindais et le régime Angolais du MPLA.

Cessez le feu que les autorités angolaises ont profité de lancer une offensive militaire de grande envergure dans le territoire, en violant sa propre loi sur l’état d'urgence durant cette période de pandémie, ponctuée par la violation des frontières des territoires de la RDC et du Congo Brazzaville, avec la morte des civils congolais des deux pays.

Ces actions menées sous le prétexte de rechercher les soldats du FLEC seront dénoncées en s conseil de ministres de la RDC qui a décidé de discuter de ces multiples violations de son territoires aux sommets des différentes organisations régionales,SADC, CEMAC et Union Africaine.

L'occasion et le climat politique est très bonne pour faire en sorte que les Cabindais puissent enfin entreprendre des vraies démarches diplomatiques dans le but d'obtenir son appui afin que celle-ci impose au gouvernement Angolais, la résolution d'un problème qui ne fait que trop durer.

Ce petite territoire de 7283 mille kilomètres carrés et plus de 750 mille habitants (2014) est ce territoire qui a le plus de mouvements politiques à l’intérieur qu'à l’extérieur et pas moins de 5 présidents et nombreux autres idéologues et activistes politiques qui se sont terrés dans un silence incompréhensible et ingrat, devant l'appel à l'union lancé par leur compatriotes du FLEC-FAC.

L'UNITA par la voix de son député Raul Danda à eu le courage de dire au gouvernement Angolais que c'est une insanité de plus reconnaître ce qui se passe au Cabinda, la guerre est là et la seule solution c'est trouver une solution de paix par le dialogue, mais il me tarde de voir les Cabindais s'unir et imposer leur respect à un gouvernement angolais en perte de crédibilité politique tant au niveau national qu'à l'international.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.