L’heure endettée …

Les limites d’une consultation populaire.

Histoire de remettre les pendules à l'heure

 

h1

 

Au royaume des hypocrites, les couche-tard sont rois. C'est en effet ce qu’il faut conclure de cette curieuse consultation qui vise à savoir qui de l’heure d’hiver ou bien de sa consœur d’été emportera l’adhésion de la majorité. Comme le temps c’est de l’argent, ce sont naturellement les considérations mercantiles qui curieusement associées à celles des jouisseurs de l’instant qui vont l’emporter.

Il est permis d’affirmer que cette farce relève de la plus formidable démagogie. La société dans sa majorité pensant d’abord à son confort, ses loisirs et son désir de traîner le soir sur les terrasses des cafés ou bien à un barbecue avec des amis, pour pencher massivement vers la solution la plus aguichante.

L’heure d’été et ses deux heures d’écart avec le soleil a reçu la plupart des suffrages d’adultes qui font fi des rythmes de sommeil des enfants, des contraintes des agriculteurs bien trop peu nombreux pour faire pencher la balance, des chrono-biologistes qui se désolent ou des spécialistes du sommeil qui en ont des insomnies. Mais tous ceux-là sont si peu face à la cohorte des égoïstes de tous poils qui aiment mettre les pendules à la seule heure de leur bon plaisir.

Faut-il avoir perdu le sens du bien général pour ainsi lancer un sondage totalement faussé par la somme des intérêts particuliers. Gouverner c’est agir pour le bien de tous, même si parfois, il convient d’aller à rebours des désirs. Il y a pourtant belle lurette que ce sens essentiel de la gestion d’une nation a été perdu au profit de l’art de flatter les groupes de pressions, la majorité silencieuse ou bien les penchants les plus bas.

Vous voulez des apéros qui n’en finissent pas, vous désirez flâner le soir à la sortie du boulot, vous avez envie de jouir pleinement de la lumière solaire et vous allez mettre votre santé à rude épreuve. Imaginez un peu ce que sera l’heure d’été en plein hiver. Une belle absurdité qui vous forcera à vous faire violence le matin pour vous tirer du lit en pleine nuit…

Vous vous êtes émancipés de la nature, des saisons, des rythmes biologiques. Vous êtes des humains augmentés, sans cesse dans la seule réalisation de vos envies. Qu’importe si la Planète doit se plier à vos envies absurdes de fraises en plein hiver, de voyages sans cesse plus lointains, de confort au détriment des ressources naturelles. Vous avez supplanté le créateur, votre petite personne est bien plus précieuse que la marche naturelle du monde.

Alors c’est désormais au soleil de se plier à votre orgueil démesuré. Les horloges du temps vont renoncer définitivement à se caler sur la société des loisirs. Les médecins s’arracheront les cheveux quand ils déploreront les effets délétères de cette folie. Vous allez une fois encore réduire votre temps de sommeil, torturant votre santé pour jouir plus longtemps encore, le soir en oubliant qu’il convient de se lever le matin.

Les canailles qui vous ont demandé votre avis savaient parfaitement que vous alliez effectuer ce choix, en dépit des conséquences, des évidences, des réalités circadiennes. Ils vont récupérer à leur profit ce que vous prendrez quelque temps pour une décision agréable, une formidable nouvelle, ce sentiment illusoire d’être en été toute l’année. Mais dieu que vous pouvez être stupides en ne réfléchissant pas plus loin que le bout de votre nez.

Il est bien trop tard pour infléchir le cours de l’histoire. La civilisation a fait le choix terrible de se couper de la nature, de mettre la planète en coupe réglée, de se penser supérieure et émancipée de toutes contraintes naturelles. C’est donc à l’heure d’été que vous célébrerez la nuit des temps, celle de l’embrasement général, quand les ténèbres vous priveront définitivement de vos cent vingt minutes volées à la raison.

Colériquement vôtre.

h2-1

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.