C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3977 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 oct. 2022

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Le merveilleux mélange des genres.

Folk rencontre

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le serpent à trois tronçons.

Il est un village en bord du Loir où les clivages semblent ne pas exister, où le mélange des genres n'effraie personne. En ce premier week-end de septembre, quand la France entière ou presque en passait par le désormais incontournable « Forum des associations » ici, tous étaient réunis pour mettre sur pied une animation qui allait faire chavirer le village de bonheur.

Il n'est pas besoin de signaler pour que ce miracle ait lieu, il fallut la mobilisation de tous : élus, bénévoles, employés municipaux, commerçants, amis lointains ou proches. Le village a vu sa population se multiplier sans que quiconque ait songé à établir le comptage de cette foule heureuse, bigarrée et variée. C'est là un souci qui était celui des différents organisateurs, plus soucieux de se mettre en quatre pour satisfaire les visiteurs que d'afficher des résultats qui ne veulent rien dire.

Tous les genres ou presque se mêlèrent dans cette fête qui démontrait que le Vivre ensemble est encore possible en dépit des clivages, des clans, des tribus que cette société cherche à établir pour diviser et mieux assujettir. Il y avait là des parquets pour faire le monde danser avec des groupes folk, des orchestres musettes, du jazz, des musiques du monde, des instrumentistes n'hésitant pas à se mêler pour transcender leurs chapelles.

Il y avait encore l'église ouverte pour y recevoir des concerts puis pour célébrer la Saint Gilles, fête votive de l'endroit avec grand messe, cors de chasse et vin d'honneur. Il y avait des tables dressées pour que le partage se passe aussi autour des repas, ces moments de convivialité qui sont encore possible pour les humains de bonne volonté.

Il y avait encore un vide grenier dans les rues adjacentes pour attirer une population qui assez souvent s'exclut d'elle-même des activités culturelles et tout ce monde, cet éclatant nuancier de notre population se trouva embarqué dans une aventure collective qui excluait l'exclusion. Un vrai bonheur auquel il me fut permis de participer.

Chose plus étonnante encore, j'étais attendu avec joie pour venir ajouter mes sornettes et mon grain de sel dans ce merveilleux capharnaüm. Ce fut un bonheur que de rencontrer d'autres conteurs, de partager la scène avec des manières fort différentes de raconter et d'envisager l'activité tandis que la musique couronnait le tout.

Le final fut à lui seul un moment de fusion comme j'en avais rarement vu. De très nombreux musiciens, tous en harmonie pour faire le monde danser sur la place du village, au centre d'une agora retrouvant alors son sens originel. Il n'était qu'à voir et entendre l'expression de jubilation des gens du pays, s'exclamant qu'ils n'avaient jamais vu leur village ainsi pour comprendre à quel point, les concepteurs de cette folie avaient gagné leur pari.

Quand ceux qui gouvernent entretiennent à plaisir les clivages, la peur de l'autre, la méfiance et la surveillance armée, ici rien de tout ça dans une formidable euphorie communicative. Je ne sais s'ils auront la force de renouveler pareil miracle qui a supposé des trésors de patience, de travail et de disponibilité, mais je tenais à les mettre ici tous en lumière pour ce formidable cadeau qu'ils nous ont offert.

Tout fut à la hauteur des intentions : l'accueil, la restauration, l'hébergement. Ce fut là le point d'orgue d'un été riche d'autres animations qui portaient toute cette volonté du partage, de la joie et de l'allégresse pour tenter d'oublier les heures sombres passées et à venir. Quand notre bon président reprend sans cesse son discours guerrier, son peuple tout au contraire réclame la paix et la concorde.

À contre-temps.

Christian Boucher

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Un vaste mouvement social s’installe chez Arc en Ciel, sous-traitant du nettoyage
À Paris, Puteaux et Lyon, des salariés d’Arc en Ciel, une grosse entreprise de nettoyage présente dans de nombreux sites publics, sont en grève. En creux, c’est le recours à la sous-traitance dans les gares, les universités ou les hôpitaux qui est mis en cause.
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon