C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3818 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 août 2019

Steve, Martyr de la République !

L'État se noie dans un verre d’eau

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Faut pas pousser !

L’IGPN est formelle, une noyade n’a aucune corrélation possible avec la chute dans l’eau. Nous comprenons à la lecture de ce rapport édifiant, qu’il ait fallu un mois pour en arriver à une telle conclusion qui nous laisse pantois et interrogatifs. Nous aurions pu en conclure qu’il s’agissait ici de noyer le poisson mais comment alors expliquer que c’est le premier ministre en personne qui se soit mouillé pour oser affirmer, toute honte bue, pareille sornette à la face d’une nation qui exigeait la vérité ?

Nier l’évidence, démentir par principe, ouvrir le parapluie, se dédouaner de toutes responsabilités, les reporter sur d’autres, voilà les caractéristiques de ceux qui se prétendent Responsables. Nous avions eu droit en un autre temps à ce fameux « Responsable mais pas Coupable ! » qui nous demeure encore en travers de la gorge mais cette fois, nous touchons le fond si j’ose cette formule malheureuse.

Nous sombrerions ici dans le ridicule s’il n’y avait pas la douleur d’une famille, la mort d’un jeune homme, le traumatisme de toute une jeunesse qui s’amusait un soir de Fête de la musique. Monsieur Philippe insulte ainsi ceux qui ont subi la charge d’une Police de plus en plus déboussolée par des consignes draconiennes. Le maintien de l’ordre est devenu une sorte de guerre civile contre une population totalement déconsidérée.

Il ne faudrait pas pousser la jeunesse à une vague terrible de colère. Tombée dans la Loire, elle se relèvera, hélas à l’exception de Steve, pour affirmer désormais qu’il y a ici mensonge d’état. On ne se noie pas dans un verre d’eau messieurs les menteurs officiels. Une charge en bordure de rivière ne peut mettre en cause la responsabilité de celui qui a construit le quai contrairement à ce que vous seriez capable d’affirmer sournoisement. Vous pouvez vous laver les mains à chaque bavure, nous n’avez pas le droit de nous enfoncer la tête dans l’eau !

La Loire a joué dans le passé un rôle abominable dans de macabres règlements de comptes. Elle eut jadis le redoutable privilège de laver le linge sale des familles ou des confessions qui se déchiraient. Vous avez pris la décision d’en user pour remettre à la raison une jeunesse, victime de débordements qui sont à vos yeux, susceptibles de nécessiter l’emploi d’une force disproportionnée, vous en rendrez justice un jour ou l’autre, quand en sera terminé votre passage aux affaires de l'État.

Cette affaire est symptomatique du naufrage de notre cohésion sociale. Vous avez dressé la population contre sa police, vous l’avez utilisée comme barrage pour endiguer une vague légitime de colère afin de continuer à jouir de privilèges éhontés tout en soutenant une idéologie qui conduit à la catastrophe. L’usage des canons à eau et autres réjouissances que nous n’hésitez plus jamais à utiliser contre votre propre population n’était que le préambule à la noyade collective. C’est proprement monstrueux.

Vous avez seulement oublié que lorsqu’une victime devient le symbole de l’incurie du pouvoir en place, plus rien ne peut arrêter les flots d’une colère qui vous submergera. Steve est le paradigme de votre ignoble conception de la Démocratie. Même s’il y a eu d’autres victimes avant lui, de par votre politique sécuritaire d’une rare violence, Steve deviendra le martyre qui vous fera basculer dans les eaux fangeuses de la destitution et de la submersion.

Lui, il ne portait pas de gilet jaune, ne songeait qu’à faire la fête, ne pensait en aucune manière à remettre en cause votre légitimité. Et pourtant vous l’avez poussé dans la Loire par votre bras séculier interposé. En niant cette évidence, en noyant le poisson, vous distillez dans nos cœurs un poison plus insidieux encore ; la haine à votre encontre. En triomphant des partis traditionnels, Jupiter pensait marcher sur l’eau. En réalité, il nous marche sur la tête pour nous nier et nous détruire. La vérité sortira de la Loire, un jour ou l’autre !

Aqueusement vôtre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica