C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3983 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 oct. 2022

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Prendre la clef des vents !

La fugue d'un bateau au rencard …

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Faire le point sans faire de ronds dans l'eau.

Il advint qu'un p'tit bateau cessa son existence, comme nombre d'entre les siens, sur un rond-point fleuri à la périphérie d'une cité ligérienne. Si ses comparses se satisfirent sans récriminer de vivre le reste de leur âge entre les géraniums et les automobiles, lui ne l'entendait pas de cette écoute. Il ne se résoudrait jamais à dépérir ainsi, loin de sa rivière.

Il n'était pas question pour lui d'émettre la moindre plainte. Mais hélas, quel humain était véritablement en mesure d'accorder foi aux récriminations venues des drisses et des haubans, aux gémissements du mat, aux grincements d'une coque privée d'eau ? Il avait bien tenté d'émettre des signaux de détresse par le truchement de son girouet qu'il utilisa comme un sémaphore sans que ceux-ci ne trouvent regard attentif.

La vie sur un rond-point est rapidement un enfer pour qui a goûté le vent du large, le plaisir des embruns et les brumes du petit matin. Depuis son ancrage dans le gazon, il devait se satisfaire de quelques bouchons, des gaz d'échappement et des produits phytosanitaires de ses amis les jardiniers. Il n'y avait pas de quoi vivre une retraite dorée.

Le gentil bateau de bois se mit en tête de sortir de ce traquenard, de retrouver son élément liquide. Lui seul ne parviendrait jamais à ses fins, il en avait parfaitement conscience. Il lui fallait absolument bénéficier de la complicité de quelque puissance céleste, d'un bon génie ou d'un formidable concours de circonstance.

Quoique oint à l'eau bénite par un prêtre puis baptisé avec un crémant de Loire, il ne pria pas Saint Nicolas ni même un saint patron marinier subalterne de venir à son secours, il ne croyait guère en ces sornettes bonnes à alimenter un folklore dépassé. C'est donc en usant des ressources de la réflexion ou du hasard qu'il comptait se sortir de ce pétrin.

Les jardiniers, bien malgré eux du reste, le sortirent de sa cale sèche. Ils avaient installé un arrosage automatique sur cet espace vert circulaire, perdu au milieu du flot automobile. Ce n'était rien qu'un goutte à goutte mais il lui avait mouillé sa coque à la manière d'une belle averse, de quoi retrouver l'envie de se battre et de ne pas baisser pavillon justement au moment même où le malheureux était en pleine dépression. Ce fut pour lui un salutaire coup de tabac qui lui insuffla un regain d'espoir.

Il avait résolu de ne pas rester l'étai sans le moindre matelot. Prendre le large, mettre les bouts, jouer la fille de l'air étaient devenus ses obsessions. Du matin au soir, il ne pensait qu'à fuir et la nuit il rêvait de se faire la malle. Il entendait ne pas prendre racine sur son rond-point, une ambition qui l'honorait tout autant qu'elle tournait en boucle dans sa coque. Il en avait des fourmis à ses armures…

Le temps se mit de la partie pour lui donner un coup de main. La canicule de l'été qui l'avait tant fait souffrir laissa la place à un temps de chien doublé d'un froid de canard qui servit sa volonté de tirer un bord vers la rivière toute proche, en contre-bas de la levée. Pluie et gel firent tant et si bien que la route devint une patinoire de nature à froisser de la tôle. Ce ne fut du reste pas un joli carambolage en chaîne qui le libéra de sa prison mais une modeste sortie de route.

Un automobiliste ayant abusé de la boisson appuya sur le champignon de manière inconsidérée. Il fit un tête à queue en entrant sur le rond-point alors que son GPS lui conseillait de prendre la troisième sortie. N'écoutant que son impatience, le chauffard se mit en tête de couper au plus court, enjambant gaillardement le joli décor conçu avec amour par les paysagistes de la commune.

La voiture folle acheva sa course échevelée au pied du bateau, lui accordant, à l'instar de son pilote un petit coup dans l'aile ou plus précisément sur le flanc d'une bordée qui n'attendait que ça pour se faire la jaquette. Profitant de cet impact bienfaiteur, le prisonnier leva l'ancre, se laissant glisser au petit bonheur la chance.

Les lois des bassins versants étant immuables, toutes les pentes, aussi infimes soient-elles, conduisent vers la rivière. Il en alla ainsi pour ce bateau qui glissa lentement vers ce flot qu'il appelait de ses vœux depuis si longtemps. Sur son trajet, il brisa un peu la glace sans que celle-ci lui en tint grief quand enfin, il se remit à l'eau sans la pompe qui sied habituellement à ce moment solennel.

Le bateau n'avait cure de ce rituel. L'essentiel pour lui était naturellement qu'il retrouvait sa liberté et sa fonction première. Faire le mariole et amuser la galerie en entrée de bourg n'avait rien de plaisant pour qui ambitionne de fendre les flots. Par cette fugue inattendue, il retrouvait son honneur et sa dignité. Qu'importe l'absence d'équipage, c'est du moins ce qu'il pensait dans sa caboche de caboteur.

Être ainsi jeté dans le grand bain sans capitaine ne fut pas sans conséquence pour le malheureux. Ballotté au gré des frasques d'une rivière qui n'en faisait qu'à sa tête, le fugitif se cassa le nez au premier obstacle venu ; la pile d'un futur pont, jetée malencontreusement sur sa nouvelle route. Ironie du sort, cet ouvrage d'art en construction allait contraindre les autorités à modifier le réseau routier et le rond-point où croupissait le pauvre fuyard qui était condamné à disparaître pour laisser place à une brettelle. Le sort du bateau était de toute manière scellé, il avait été une nouvelle fois condamné au nom de la circulation routière.

Le bateau sombra, non point dans le ridicule comme il l'eut fait dans une décharge quelconque ou sur un brasier, mais la tête haute au milieu des flots ; là où autrefois, il avait coulé des jours heureux. Les larmes aux yeux, le mat dressé, il accepta son destin avec une émotion non feinte. Il ne pouvait espérer plus belle fin. Il disparaissait sans fleur ni couronne, éléments qui lui rappelaient trop sa déchéance passée. C'est libre comme l'air et l'eau qu'il vécut ses ultimes instants.

L'automobiliste responsable de cet épilogue aqueux eut naturellement à répondre de sa maladresse. On le fit souffler dans un drôle d'instrument à vent et les résultats de cette investigation policière le conduisirent en salle de dégrisement. Il avait poussé, non pas le bouchon mais le bateau trop loin. Il fut mis quelques temps au pain sec et à l'eau avant que de rendre compte de son comportement devant la justice. Seule son épouse se fit un sang d'encre durant sa garde à vue.

Ivrogne notoire, notre lascar pour sa défense, ne trouva rien de mieux, en dépit des éléments à charge incontestables, d'affirmer qu'il avait été mené en bateau par les policiers et que ce jour-là, rond il n'était point. Le juge apprécia la formule à sa juste valeur avant que de lui retirer son permis.

Pour sa peine, il hérita d'un travail d'intérêt général. Il fut assigné à l'entretien d'un rond-point routier, un immense îlot de verdure au milieu des encombrements urbains. Il tourna rapidement chèvre dans un tel environnement hostile, perdit la raison dans cet univers impitoyable. C'est ainsi, que sur le tard certes, il se sentit en empathie avec le petit bateau fugueur et largua à son tour les amarres de la raison. Depuis, son esprit navigue dans des territoires dénués de raison et il parait qu'il ne s'en porte pas plus mal.

À contre-point.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère