C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3604 Billets

1 Éditions

Billet de blog 3 mars 2020

Si vous voulez ma voix, préservez notre langue

Lettre ouverte aux candidats...

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ça suffit !

J’ai le privilège, si cela en est un, de vivre et de voter dans une ville qui veut se faire plus forte que la grenouille cherchant à être plus grosse que le bœuf. Ne reculant devant aucun stratagème, elle se gonfle d’importance et surtout d’air en avalant à qui mieux mieux anglicismes et formules creuses, expressions dans le vent et slogans résolument modernes. Il n’est d’ailleurs qu’à se promener dans la cité pour découvrir que la contagion gagne les boutiques qui affichent peu ou prou des termes qui ne sont pas de chez nous pour attirer une clientèle, prise elle-aussi de cette hypertrophie langagière venue d’ailleurs.

Tout cela et ceux qui dirigent la ville en premier lieu ont sans doute oublié qu’ils ont l’immense privilège de vivre dans une des cités qui ont façonné l’histoire de cette nation. À ainsi cracher sur notre langue, ils contribuent à l’acculturation si commode quand on veut transformer un citoyen en robot stupide et moutonnier. Je pense que ce n’est ni par esprit retord ni par une volonté claire de se donner corps et âme à la mondialisation mais bien plus par stupidité et sottise.

C’est pourquoi j’en appelle à nos chers candidats pour qu’ils s’engagent fermement sur un point capital à mes yeux. Si vous voulez ma voix, prenez fait et cause pour notre belle langue française à moins que vous ne vous fassiez clairement suppôt de ce Satan d’outre-atlantique mâtiné de chinois.

J’attends des animations organisées, patronnées, financées ou simplement relayées par la ville, son administration et ses affiches que tous les termes soient dans la langue de Molière, Rabelais et Genevoix. Auriez-vous vous donc tant honte de vos racines qu’il vous faille sans cesse user de termes anglo-saxons pour séduire une jeunesse que vous avez vous même contribué à infantiliser ?

Affichez cette mesure dans vos programmes, osez brandir fièrement l'étendard linguistique au lieu de penser que pour séduire les touristes, il convient de perdre toutes nos spécificités culturelles. Bien-sûr, vous allez devoir faire un effort, vous qui avez au fil du temps renoncé à cette merveilleuse langue. Vos discours sonnent le creux, vos talents oratoires sont défaillants, je veux bien l’admettre mais ce n’est pas en glissant la nov-langue dans vos propos que vous ferez grands progrès.

Je veux bien vous donner quelques cours à la condition que vous cessiez de rouler des épaules avec des raccourcis langagiers qui relèvent d’abord du créole réducteur. La pensée quand elle se veut complexe et riche a besoin d’une langue élaborée. Le Français à ce titre est le plus parfait vecteur pour s’élever et élever par là-même vos concitoyens. Mais ce n’est peut-être pas votre souhait, vous qui ne prêchez que les évidences, les lieux communs, les truismes de la pire espèce.

Allez, un petit effort qui vous grandirait : abandonnez une fois pour toute ce délire qui veut qu’ici il n’y ait plus jamais de courses ou mais seulement des races de toutes les couleurs, qu’il n’y ait plus d’amoureux mais seulement des lovers, que nous ne vivions plus dans le Val de Loire mais dans la Loire Valley ce qui à mon avis ne change rien et vous ridiculise au plus haut point.

Vous prétendez attirer les touristes grâce notamment à la gastronomie nationale, patrimoine incontestable que vous semblez ne plus pouvoir digérer car vous installez dès que possible des Food-truck sur vos places publiques. Vous renoncez sans honte à notre culture et vous voudriez qu’on vous respecte et qu’on vote pour vous. Il va falloir changer votre fusil d’épaule et cessez de donner votre langue à n’importe qui ! J’attends un engagement de votre part chers candidats.

Francophonement vôtre

Faut-il vous rappeler que vous enfreignez régulièrement la loi, ce qui pour des élus ou des gens qui aspirent à l’être est fort détestable ?

La loi no  94-665 du 4 aoüt 1994 relative à l'emploi de la langue française, plus connue sous le nom de loi Toubon, est une loi française destinée à protéger le patrimoine linguistique français.

Elle vise trois objectifs principaux :

  • l'enrichissement de la langue ;

  • l'obligation d'utiliser la langue française (y compris pour les manifestations et leurs affiches)

  • la défense du français en tant que langue de la République

Elle vise alors à assurer la primauté de l'usage de termes francophones traditionnels face aux anglicismes qui vous sont si chers.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux