C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3664 Billets

1 Éditions

Billet de blog 3 déc. 2021

Les Chalets de Joseph

Le miracle de la Noël

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les surplus de Cana

Il est des écrins qui transforment le plomb en or. C'est ce qu'on appelle sans doute, la merveilleuse magie de Noël. L'art et la manière de remplir le grand-œuvre alchimiste est désormais à la portée du premier gougnafier venu. Il suffit d'un joli tour de main, du sens de l'illusion et de la complicité des pouvoirs locaux pour que sa bonne fortune soit faite. Bien sûr, il demeure des impondérables, le mystère de la matière première et parfois la sagacité des gogos viennent mettre des bâtons à ski dans le traîneau de l'homme à la pelisse. Mais reprenons tout depuis le début…

Il est une fête qui sacralise le renouveau d'une nature qui s'enfonçait dans une profonde nuit. Le jour le plus court de l'année était aussi le point de départ du retour en lumière. Pour accompagner cette lente résurrection naturelle, les humains d'alors, le nez dans les étoiles, imaginèrent des célébrations autour du feu, du houx, de la naissance.

Un petit Jésus qui n'était pas encore en culotte de velours servit d'étoile naissante dans un environnement médiatique qui n'était pas aussi prompt à brûler ses idoles. Le succès de la parabole fut d'autant plus spectaculaire que tous les ingrédients avaient été réunis pour toucher les cœurs et l'imaginaire : la grotte, l'âne et le bœuf, la paille et la nuit étoilée pour ne citer que les plus connus.

Puis, les siècles passant, il fallut trouver un rôle clef à ce brave Joseph qui jusqu'alors, il faut bien le reconnaître, s'était contenté de tenir la chandelle. Comme il aimait son métier de charpentier, l'âne lui souffla à l'oreille qu'au lieu de cette grotte humide et mal isolée, une petite cabane en bois ferait bien mieux l'affaire.

Joseph se mit aussitôt à l'ouvrage, enthousiasmé par cette suggestion. Maniant la varlope et l'égoïne, la gouge et le saint Trusquin, il réalisa des prodiges. Ainsi, ce fut l'immaculée construction d'un petit chalet en bois, tout de blanc décoré. Les animaux de l'étable émirent malgré tout des réserves, le charpentier avait négligé de leur prévoir un accès assez large. Autre souci, les normes environnementales n'en garantissaient pas l'autonomie énergétique ce à quoi, Joseph répliqua que Dieu dans sa grande mansuétude y pourvoira par la grâce de la fée électricité.

Qu'importe ces petites anicroches, le chalet remplit d'aise les marchands du temple qui se dirent qu'il y avait là l'occasion de se refaire la cerise. Ils s'approprièrent la chose, laissant le couple et l'enfant sur la paille pour asseoir leur bonne fortune. Un aménagement fut même réalisé par Joseph, bonne pâte s'il en est, qui pensa à un grand volet rabattant sur la façade afin de faire de chaque chalet, une merveilleuse petite boutique.

Dans l'euphorie de cette transformation, les chalets se parèrent d'étoiles, de guirlandes, de tout ce qui peut évoquer la grande symbolique de la renaissance. Tapissées de soieries ou de papiers brillants, les petites cabanes devinrent des écrins étincelants qui attirèrent les gogos. Se posait encore le contenu, ce qu'il convenait d'y proposer à la vente pour provoquer un réflexe pavlovien d'achat inconsidéré.

Joseph se désintéressa de cet aspect de la question. Il avait apporté sa pierre, ce qui, pour un charpentier, est considérable, c'était donc aux marchands de faire preuve d'imagination. Le miracle se déroula à Cana, non pas le jour des noces mais lors de la célébration moins connue du divorce des fameux époux. Les premiers chalets de Joseph avaient été dressés sur la place pour y accueillir les nombreux invités.

Judas en personne, soucieux de tirer un peu la couverture biblique à lui, multiplia les marchandises afin d'agrémenter les différents chalets. Le premier marché de Noël voyait le jour dans l'euphorie générale. La liste des produits ainsi proposés à la voracité des présents laisse pantois les gens raisonnables. Le clinquant, le toc, l'inutile, le futile, l'incongru, l'insipide, l'indigeste et l'inesthétique se disputèrent le premier rôle. Le succès fut tel que par la suite, chacun s'évertua à ne vendre que des babioles. Le miracle des chalets de Joseph fonctionne encore, paraît-il !

À contre-emploi !

Ras la hotte © C'est Nabum

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart