C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3606 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 mai 2020

La macération médiatique

Avant votre libération, pensez à l'épuration éthique ...

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce n’est pas un complot mais une stratégie mûrement réfléchie.

L’information tourne en boucle, c’est devenu une pratique récurrente dans ces médias qui vivent habituellement sur la peur. La mort est devenue leur fonds de commerce tout autant que leur manière de servir le pouvoir auquel ils sont liés par des intérêts communs. Un peuple effrayé ne voit pas plus loin que son écran, c’est forts de cette évidence que les rédacteurs en chef s’appliquent à les y scotcher comme des mouches…

Mais là, ils viennent de battre tous les records et ne sont pas prêts de baisser la garde. Ils frappent, ils martèlent, ils assomment, ils abrutissent les braves gens pris à leur mortel piège. Ce qu’ils nomment information est une forme élaborée de conditionnement par la terreur. C’est du grand art puisque des semaines durant, ils ne changent pas leur fusil d’épaule et tirent sans sommation sur des victimes tétanisées.

C’est un carnage dans les salons, une hécatombe pour le discernement et le jugement. Quand surgit alors l’alerte gouvernementale, avec sa sirène martiale, c’est le branle bas de combat dans les chaumières, la panique générale, le fameux sauve-qui-peut qui transforme l’autre ; le voisin, l’ancien ami, la relation, l’étranger en un ennemi redoutable. Ceux qui sont enchaînés à cette folie n’en sortent pas indemnes. Ils haïssent leur prochain, ils retrouvent le vieux réflexe atavique de la dénonciation, ils profèrent des anathèmes contre la terre entière à l’exception des organisateurs de cette funeste mascarade.

Bien sûr, le conditionnement prend des formes subtiles, les tortionnaires habillent leur manœuvre de toutes les formes possibles du service, de la vulgarisation, de l’explication. Les experts apportent leur expertise, les journalistes se privent de leur capacité d’analyse, les images n’apportent aucun éclairage sérieux, il s’agit de faire tourner la belle machinerie dans le vide pour provoquer sidération et stupeur. C’est ainsi que les médias, ligués contre la vérité, préparent scrupuleusement la suite du programme…

Dans pareilles circonstances, la sagesse est de couper ce maudit écran, d’oublier la radio et de se dispenser de la lecture de la presse quotidienne. L’information est devenue un rouleau dépresseur, une redoutable machine à broyer les consciences. Ceux qui se sont offerts en sacrifice à cette répétition délirante ne sont pas sortis de l’auberge, les spécialistes de la santé mentale l’affirment

Dans peu de temps, il va y avoir une cascade de dépressions, une hausse considérable des troubles psychologiques dans le meilleur des cas, psychiatriques pour les autres. Les enfants n’échapperont pas à cette calamité, après une épreuve dont les conséquences n’ont pas été pensées ni même anticipées. Tout ce qui a été envisagé, c’est la suite, la possibilité de ne rien changer à ce système économique tout en réduisant à néant la capacité de rébellion.

Reconnaissons le mérite à nos gouvernants d’avoir su s’associer à ce qui se fait de pire en matière de lucidité et de pertinence. Une porte parole à la sottise abyssale, des chaînes comme BFM, M6 et TF1 qui obéissent servilement, un service public remis au pas, la télévision n’a jamais joué aussi bien son rôle de laverie automatique et permanente des cerveaux, tout cela pimenté par des discours officiels qui n’ont d’autre but que d'infantiliser les auditeurs et les spectateurs, le tour est joué.

Que se passera-t-il ensuite ? Un peuple de zombis sera facilement malléable, merveilleusement corvéable et taillable à la merci d’un Capitalisme qui n’a pas attendu pour sortir de l’ombre et réclamer la fin de toutes les contraintes sociales, environnementales et salariales. La suite sera pire encore grâce à cette formidable opération de lobotomie collective à l’échelle de toute une planète.

Pour ne rien changer, pour continuer à jouir pleinement d’un système qui conduit à la fin de l’humanité, pour supprimer les velléités d’une révolte écologique qui pointait à l’horizon, le petit virus est arrivé fort opportunément et les valets ont obéi d’une manière remarquable. Tout est bien dans le pire des systèmes. Ne changeons surtout rien à notre manière de tout détruire.

Merdiatiquement leur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un dirigeant du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi
Journal — France
Le Squale, opérations secrètes
Basées sur des interceptions judiciaires ayant visé l’ancien chef des services secrets intérieurs, Bernard Squarcini, notre série de révélations met au jour l’existence d’un État dans l’État, où se mêlent intérêts privés et basse police.
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Yannick Jadot écarté
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — France
Affaire Hulot : Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO