C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3910 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 juin 2015

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Publicité mensongère …

 Les Républicains  Changer l'étiquette pour effacer les mauvais souvenirs, les zones d'ombre et les casseroles du chef de la bande organisée … La belle opération de passe-passe que voilà ! Elle ne trompe personne mais assure des heures d'antenne pour permettre la résistible ascension du Gnafron de la droite revancharde. Il est vrai qu'avec Guignol aux manettes, ses chances n'ont jamais été aussi grandes de laver l'affront fait à son orgueil ! 

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les Républicains

Changer l'étiquette pour effacer les mauvais souvenirs, les zones d'ombre et les casseroles du chef de la bande organisée … La belle opération de passe-passe que voilà ! Elle ne trompe personne mais assure des heures d'antenne pour permettre la résistible ascension du Gnafron de la droite revancharde. Il est vrai qu'avec Guignol aux manettes, ses chances n'ont jamais été aussi grandes de laver l'affront fait à son orgueil !

Mais qui tire les ficelles de cette farce ? Qui est le montreur des marionnettes ? On peut se le demander et s'interroger sur la qualité du scénario. Tant qu'à faire, il eût fallu changer non seulement tous les noms de nos chers partis, englués dans la consanguinité sociale, l'absence de renouvellement générationnel et les innombrables scandales.

Puis-je apporter ma contribution ? J'ai comme un doute. Le bon peuple ne préoccupe guère ces élites du mépris et de la hauteur. Enfermées dans leurs Tour d'ivoire, elles ne savent rien du pays réel qui constate, navré, que le changement de cap de l'opposition gouvernementale s'effectue à tire-d'ailes. Le bon futur (et)ex-président prenant un jet privé pour rallier Le Havre tandis que les militants sont condamnés aux sandwichs. À trop les habituer au nid douillet, ces drôles d'oiseaux tournent le dos à la basse-cour ...

La belle République que voilà qui se prend pour une monarchie de droit coquin. Pire encore : l'Icare de la droite organise un concert de sifflets quand ses rivaux intimes viennent au perchoir lancer quelques trilles. Et les braves militants de battre des ailes à tout rompre quand leur champion monte sur sa branche pour montrer à tous que son ramage et son plumage sont ce qui se fait de mieux dans le pays … Le petit homme, perché sur ses ergots, n'a pas oublié que le coq est emblème national.

Il est vrai que, sur le tas de fumier d'en face, c'est la désolation. Ils ont un coup dans l'aile nos bons merles socialistes. La plume terne, le bec tombant et l'œil si vitreux que même le Panthéon n'a pu voler à leur secours. Curieusement, ceux-là s'accrochent à leur nom comme la poule au pot au panache blanc d'Henry IV. Nous baignons dans les noms trompeurs et l'étiquette mensongère.

Les uns sont aussi peu Socialistes que les autres sont véritablement Républicains. Ils sont, tous les deux, mêmes avatars d'une même ambition strictement personnelle, à faire de la prévarication et du pouvoir une profession à vie, une rente confortable et sans risque. Ils ont simplement bifurqué dans deux poulaillers différents à la sortie de leurs grandes écoles. Drôles d'oiseaux que tous ceux-là qui n'ont que la République, la Démocratie en bouche et qui, à la première occasion, fientent sur le suffrage universel.

La bande à Gnafron fait main basse sur l'idée de République. Les restes désolants de l'armée de Flamby en pleine retraite sautent comme des cabris en se disant de gauche. Pour les deux, l'effet placebo ne trompe plus personne. Le mensonge est devenu leur seul mode d'expression. Reconnaissons leur qu'ils n'ont pas le monopole dans cette spécialité toute française et que la volée de Corneilles du Front familial parvient à suivre le rythme. Dans cette volière, comme dans les autres, famille ou pas, on ne s'épargne nullement les coups de becs !

En attendant le pays va mal, le chômage bat des records, les emplois industriels partent à l'étranger, la culture est sinistrée, l'école pareillement et plus encore, l'armée fait la manche, la police le pied de grue devant des personnalités à protéger, la presse se prosterne devant les oiseaux de bon augure qui promettent, depuis des lustres, des lendemains qui chantent qu'on ne voit jamais venir.

La justice ferme les yeux, autorise le parti de Gnafron à faire main-basse sur le concept de République sans même rappeler à ces honteux usurpateurs qu'ils ont la mémoire bien courte ! Nous voilà flanqués d'un parti à l'américaine. Nous avions déjà les primaires : vaste escroquerie fomentée par ceux qui se prétendent indûment de gauche ; voici que leurs rivaux estampillés viendront nous vendre la même saloperie.

La belle manœuvre que voilà qui distille insidieusement l'idée que les deux seuls véritables candidats sont les vainqueurs de cette foire des vanités individuelles (dans l'hypothèse de la réitération des primaires côté PS). En dehors des partis, pas d'émergence possible d'un souffle nouveau, d'un candidat honnête et débarrassé de la logique nuisible des appareils.

Je n'ai qu'une envie :voler dans les plumes de ces prétentieux, de ces margoulins, de ces pauvres marionnettes qui, au bout du compte, n'ont aucune prise sur le réel. Mais qu'importe mes agitations frénétiques, je n'ai une fois encore rien compris. Je les prenais pour de drôles d'oiseaux : ce sont des rapaces qui vont fondre à leur tour sur le pays ! La République les appelle ; ils vont savoir convaincre pour se servir ….

L'Arrêt-publiquement leur.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda