C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3860 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 juil. 2022

Le vers à moitié plaint

C'est pas le pied …

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Homonymie

Qui s'aventure, sottement je vous l'accorde et plus encore, fort maladroitement, a faire rimer ce qui justement n'a plus ni rime ni raison, est voué à l'indifférence et à coup sûr, l'échec de son entreprise. Le ver vous sort par le nez, ce qui est loin d'être le pied. La rime vous déprime car elle aurait l'insolente ambition de faire échos dans un monde qui sonne désespérément le creux.

Rendre compte de notre présent en utilisant une forme archaïque est désormais pure folie et vaine agitation. Déjà que des mots entiers font désordre dans la pensée contemporaine, si en plus, vous les agencez de manière à respecter la métrique et sa rythmique, risque d'égarer le quidam homo numéricus, qui ne lit que sur l'écran de son téléphone prétendument intelligent (sans doute à la place de son propriétaire, je ne vois que ça), et c'est à coup sûr, le flop.

Qui plus est, votre acharnement à employer des mots passés de vie à trépas, ça ne se fait pas. Vous contraignez les fins lettrés à chercher l'équivalent dans la seule langue qu'ils font semblant de maîtriser, le créole globish. Toutes les conditions sont réunies pour que les mots et les tournures, les formes et les métaphores qui peuplent votre écriture, soient totalement et irrémédiablement incompréhensibles.

La forme également repousse le lecteur moderne, qui a besoin du court, du concis, du rapide, du directement décrypté d'un simple coup d'œil. Il suffit de balayer la page une seule fois pour saisir le sens d'un message aussi vide de sens qu'une profession de foi d'un postulant à une fonction représentative. C'est vous dire la vacuité de ce qui touche le grand public.

Des mots alignés, une colonne qui descend ainsi avec du vide tout autour, l'usage de la touche centrée pour un texte qui ne cherche même pas à se justifier ; c'est de la déraison pure. Voyant cela de fort loin, le lecteur contemporain prend immédiatement la poudre d'escampette pour se la glisser dans le nez. Un réflexe stupéfiant dans une époque où seuls les paradis artificiels sont de mise.

S'évader par les mots, les tournures, les paraboles ou les allégories qui ne disent jamais où elles veulent aller, c'est être certain de se retrouver seul sur ce chemin qui n'est jamais balisé. Mais il y a folie plus grande encore, c'est vouloir offrir oralement le fruit de vos macérations. Si vous ne chantez pas, si vous ne slamez pas, plus personne ne fera l'effort d'écouter le palabreur.

Dès le premier quatrain, les auditeurs ont décroché, restant à quai tandis que le malheureux versificateur poursuit sa récitation à vide. Ceux qui regardent à distance la chose disent de lui qu'il déraille, qu'il sort du cadre, qu'il ennuie et qu'il indispose la multitude qui n'a pas de temps à perdre en fariboles, poèmes et autres facéties langagières.

Que faire alors ? Céder aux injonctions de l'heure qui exigent la vulgarité, le grivois, le salace ou bien le coquasse, sans qu'il soit besoin de réfléchir. Un texte doit se contenter de se placer en dessous de la ceinture pour avoir une petite chance de toucher les esprits supérieurs. C’est là le principe inversé de la gravité, d'autant plus que tout doit être léger, fugace, inoffensif, incolore et inodore.

Qu'importe votre déplaisir, qu'importe votre incompréhension et votre indifférence, le ver ne se plaint pas de n'être pas apprécié par les robots lobotomisés de la modernité en marche. Il attend son heure, patiemment. Il y aura bien quelques archéologues des temps futurs pour exhumer ce que nul n'a lu aujourd'hui.

À contre-sens.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon