C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3977 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 oct. 2022

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

Tourner le dos pour ne rien voir.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au vent mauvais  !

Un vieux conflit qui a laissé trop de traces, une divergence idéologique qui restera à jamais irréconciliable, une incompréhension qui s'est cristallisée au fil du temps, l'impossibilité de rentrer dans l'univers de ce personnage, qu'importe les raisons, ce pauvre homme, lui tourne le dos à chaque fois qu'il se trouve en présence de ce bouffon.

Il pourrait tout aussi bien éviter d'avoir à se confronter à sa présence mais hélas, ce n'est guère possible. Ses obligations le conduisent à fréquenter le même théâtre d'opérations, l'un fait acte de représentation quand l'autre amuse la galerie à l'exception de celui qu'il tourmente et indispose par sa seule présence.

Que leurs mains ne se serrent plus depuis longtemps n'a d'ailleurs aucune importance, l'animosité, l'antipathie ça ne se commande pas. Les atomes crochus ne surviennent pas d'un claquement de doigt. Par contre, pour ce pauvre homme, faire en sorte de fuir systématiquement les propos et les interventions de l'amuseur lui impose une contorsion des plus pénibles.

Alors qu'il est censé personnaliser l'intérêt pour le sujet, qu'il représente ceux qui consacrent leurs loisirs à cette passion, qu'il est décideur d'un organisme qui promeut la chose, il fuit à la première parole de cet autre qui vulgarise ce sujet auprès des béotiens, qui parfois en apprend à ceux qui sont acteurs de ce loisir à dimension historique.

Est-ce parce qu'au final, l'histoire, la poésie, la culture ligérienne n'ont strictement aucun intérêt à ses oreilles que ce monsieur, se tourne vers la rivière pour noyer son chagrin de voir ce clown tirer la voile à lui ? En tout cas, il fait en sorte de se trouver ostensiblement dans sa ligne de mire pour montrer ce dos du mépris qu'il affiche avec constance.

Pire, son petit pouvoir l'incite à priver le public des manifestations pour lesquelles il se retrouve maître d'œuvre ou bien simple conseilleur. Il fait ainsi le choix de n'apporter que la distraction, le divertissement, la bonne ambiance pour animer des fêtes alors que l'histoire demeure la toile de fond de cette reconstitution fictive.

La tenue n'a jamais fait le marinier d'antan. Si faire porter le chapeau à celui qui ne s'en couvre pas, permet de le mettre à l'écart sur la moitié du cours de la Loire, ceci prive dans le même temps les spectateurs d'un éclairage autre que la joyeuse farce qui se joue devant eux. Tourner le dos à un pitre sans rien apporter sur le pupitre de la connaissance, est une étrange manière de promouvoir sa passion.

Quant à juger sans entendre la défense ou du moins les récits de ce pirate des mots, ce passager clandestin des chalands d'antan, c'est faire preuve d'une légèreté qui confine à la bêtise. Fuir ainsi à chacune de ses interventions exige de disposer à chaque fois d'une embarcation pour prendre le large et ne rien entendre. Cette fois, ce n'était pas le cas et durant deux jours, il erra comme une âme en peine pour se trouver hors de portée de celui qu'il refuse d'entendre.

Qu'il ne puisse le voir, c'est son droit le plus légitime, qu'il se refuse à l'entendre exprime un manque de tolérance qui pose question quand il se prétend le promoteur de cette reconstitution, qu'il fasse en sorte que jamais il ne soit invité dans son aire d'influence atteste qu'il refuse l'idée que lors de ces manifestations, le public ne vienne pour autre chose que l'amusement. C'est réduire singulièrement les objectifs affichés d'une fédération dont il est l'une des pièces maîtresses. J'espère que ce billet lui sera salutaire. Hélas, il est impossible de conclure par le rituel : « À bon entendeur salut ! » car comme chacun le perçoit : « Il n'est pire sourd que celui qui ne veut rien entendre ! »

À claire-voix.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal — Libertés publiques
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise