C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3864 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 juil. 2022

Un mot plus haut que l'autre.

Digression.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sur la pointe des pieds ...

Comment doit s'y prendre celui qui entend écrire ou dire un mot plus haut que l'autre ? La question taraude le quidam incapable de prendre de la hauteur, de gravir les échelons de la notoriété. À toujours rester bassement terre à terre, tenant des propos au ras des pâquerettes, le voilà confronté à un dilemme qui dépasse ses compétences.

Devra-t-il monter sur ses grands écriteaux ou se contenter de prendre de haut le lecteur de base pour parvenir à ses fins ? Le risque est grand alors d'être descendu en flèche, non par la critique qui ne se soucie de lui comme d'une guigne tombée à terre, mais plus certainement les quelques lecteurs qui lui font l’aumône d’un peu de considération.

Suffit-il d'élever le ton en public ou bien de recourir au caractère gras et majuscule pour sortir du rang, s'élever dans la hiérarchie, être élevé au pinacle de la littérature ? S'il n'y allait que de considération mécanique, la taille de la police suffirait à vous donner ce coup de pouce nécessaire. Hélas, le mot plus haut que l'autre ne doit se faire remarquer au premier abord.

Il se noie dans la masse de ses voisins, il joue l'anonymat, ne cherche nullement à attirer la lumière. Il s'impose autrement que par les artifices et les astuces. Il saute aux yeux, d'où sans nul doute, sa position initiale, qui lui permet ce plongeon dans l'inconnu. Il ne se jette pas dans le vide, il a besoin de ses paires pour conserver la ligne, s'accrocher à la phrase tout en s'en démarquant de manière explicite.

Le mot plus haut que tous les autres ouvre la voie de l'aphorisme, de la maxime, d'une expression qui ne demande qu'à entrer dans le langage courant. Il se dresse sur ses arpions, il prend de l'emphase, il déploie ses ailes pour voler au-dessus de la médiocrité habituelle. Ce mot devient un phare, un guide, une référence qui a besoin des autres pour prendre toute sa place.

Le mot plus haut que les autres a l'art de ne pas prendre de haut ses homologues. C'est à cette subtilité qu'on le reconnaît, qu'on lui accorde la place d'honneur, non par sa position dans la page, mais bien par le sentiment qu'il magnifie tous ses alter ego. Il est la quintessence et la nuance, le point d'orgue et le diapason, la clef de voute et le pilier de la phrase.

Ce mot est un miracle, une évidence, un trésor non de complexité, de pédanterie, de connaissance encyclopédique, mais tout au contraire de simplicité, d'universalité, de modestie. Il n'a pas besoin de sortir d'une longue recherche dans un dictionnaire ni même d'une quête dans les termes vernaculaires. Il appartient au langage de tous et parvient malgré sa modestie, à sortir du rang, à se hisser tout au sommet de la pensée.

Le mot plus haut que tous les autres vous donne l'ivresse de la compréhension immédiate, vous ouvre les portes de la pensée, vous prend par la main pour vous élever comme le faisait jadis votre maître d'école. Un mot qui rayonne, un mot qui ne se la joue pas, un mot qui ne vient jamais du langage technocratique ou de la novlangue de nos dirigeants.

Il a les pieds sur terre et le sens dans les étoiles, il est terrien et solaire, il puise ses racines dans la culture et laisse ses rameaux aller leur chemin, toujours plus haut. Il ne vient pas de nul part, il est de partout tant il porte tout l'héritage d'une culture.

Le mot plus haut que tous les autres nous donne accès à la parole. Il se perche sur l'esprit pour devenir parabole, non celle qui diffuse des images pour abaisser le niveau de conscience mais bien au contraire pour jouer de comparaison, d'images et de rapprochements afin d'incarner la pensée par le truchement des mots. Il est consubstantiel de la langue qu'il a devancée. Parole est le plus beau mot qui soit, le plus haut dans mon Panthéon.

À contre-plongée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua