Les grandes manœuvres...

Les ci-devants et la poudre aux yeux.

 

Loin du front, les soixante renégats

 

a0

 

Tandis que des humbles, des sans-grades, des troufions du quotidien, des gueux ordinaires sont en première ligne, menant une guerre de tranchée contre un ennemi invisible, à l’arrière déjà, à l’abri des risques, sauf celui du ridicule, on prépare gaiement le monde d’après. Les grandes manœuvres de la récupération sont lancées par soixante parlementaires, qui non seulement n’ont rien compris mais font justement étalage de leur inanité pour garder leur place et rebâtir à l’identique.

Quand ils sont désormais à court d’idées, nos maîtres de l’ancien monde sortent une nouvelle carte biseautée de leur manche : « la plateforme citoyenne ! ». Nous autres les plébéiens n’avons jamais été aussi considérés comme des citoyens alors même que nous sommes enfermés, réduits au silence, privés prochainement de nos libertés et de nos acquis. Tout s’organise pour préparer notre futur traçage numérique permanent mais malgré tout, nos opinions leur importent.

Ils n’ont pas honte ces fossoyeurs de la Planète de penser qu’un nouveau Monde a besoin d’eux. Comment pourraient-ils changer si soudainement de paradigme, de conception de la société, par la seule magie d’une petite bête. Ils ont grandi avec le catéchisme du libéralisme en tête, de la société de libre échange, de la mondialisation et de la lente et inexorable destruction de toutes les richesses naturelles.

Soudain, ils seraient capables, eux et eux seuls, parce que durer est leur seule préoccupation véritable, de repenser ce qui va advenir après la grande pandémie. Quelle farce ! Quel manque absolu de dignité ! Pour essayer de se justifier, ils lancent leur dernière tarte à la crème, la participation des couillons qui derrière leurs écrans, iraient leur souffler quelques bonnes idées, eux qui n’en ont plus depuis si longtemps.

Nous sommes rassurés et déjà fixés. Rien ne changera avec ces hussards diaboliques de l’économie de marché. Ils n’espèrent qu’une chose : « Favoriser la Reprise » puisque fondamentalement pour eux, il faut que rien ne change sauf l’étiquette. Ne nous y trompons pas, nous avons déjà eu une formidable démonstration de ce tour de passe passe avec la fabuleuse et irrésistible révolution « En Marche »

Nous allions voir ce que nous allions voir… Tout allait changer, les anciens travers de la politique allaient disparaître, l’illusionniste de l’Élysée et des godillots béats d’admiration, nous préparaient une société idyllique, sans les clivages anciens, débarrassée des pesanteurs du passé, libérée de toutes les lourdeurs obsolètes.

Nous avons vu, nous n’avons pas cru et nous fûmes bien plus que déçus. La crise des gilets jaunes, réglée par la violence, le mépris et le mensonge, la dissolution de nos droits sociaux menée à la hussarde en frappant sur les manifestants, le défi écologique traité avec dédain et indifférence, tout cela a conduit à une déroute électorale qui ne les calme guère. Nos margoulins sont tout disposés à se remettre en ordre de bataille, surtout si ce sont pour des manœuvres loin du front, pour reprendre la main pour l’après.

Avec eux, vous pouvez être certains que rien ne changera. La Planète continuera d’être pillée, l’industrie de continuer à vivre de l’esclavage à grande échelle, les marchandises de se mouvoir plus aisément que les humains, les marchés de jouer au yoyo pour le seul profit des spéculateurs, les droits sociaux disparaître comme neige au soleil, le bras séculier de mettre à la raison la révolte du peuple…

Leur programme est clair. Alors comme je l’écrivais à l’un de ces doux utopistes de cette plateforme parlementaire constituée pour l’heure de soixante canailles : « Il ne peut y avoir de demain avec les tenants de l'ancien monde, celui qui nous a menés à cette calamité précédant la grande catastrophe... Le mieux est de vous retirer avant que sonne l'heure de la révolte des peuples voulant sauver la vie sur terre, loin du libéralisme mortifère que vous défendez bec et ongles. »

Hélas, ils vont s’accrocher à leur place, se considérant légitimes malgré le fiasco dont ils sont tous responsables. Ceci ne vaut d’ailleurs pas que pour notre malheureux hexagone, l’Europe est dans le même sac et les autres continents parviennent à réaliser l’exploit d’être plus mal lotis encore.

L’après si nous voulons que les choses changent vraiment se fera sans EUX, ou bien ne se fera pas et il nous restera plus qu’à attendre la fin de l’aventure de Sapiens, qui depuis belle lurette ont oublié d’être sages.

Citoyennement nôtre.

a1

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.