Le conte de Perrault

Quand Pierre sème des chansons.

Il enchante ses amis

 

 

p1

 

Il était un Petit garçon élevé dans un monde étrange. Je devine que beaucoup d’entre vous seront incapables d’imaginer que ce soit possible, pourtant le gamin ne disposait pas de télévision. C’est ainsi qu’il fut nourri par la TSF, cet étrange appareil qui crachotait de la musique et surtout des chansons en français.

Pierre aima bien vite ce qui devint pour lui une culture, une nécessité bien vite vitale pour lui, un langage merveilleux d’autant plus qu’il entendait ses parents reprendre en chœur les airs qui émanaient du poste à transistor. Certains grandissent la tête dans les étoiles, d’autres se construisent au gré des voyages, pour Pierre, ces itinérances étaient immobiles, accompagnées des plus belles voix de l’époque.

Pierre, plus grand, découvrit avec une admiration sans borne, que dans les cabarets, se produisaient les chanteurs qu’il écoutait autrefois à la radio. C’est alors que pour lui, le spectacle vivant devint une sorte de drogue, un passage obligé pour être heureux et plus encore, un plaisir qu’il entendait partager avec ses proches, ses amis.

p2

Tous les prétextes étaient bons afin qu’ils permettent aux autres de découvrir ces voix et ces textes qui l’enchantaient. Ne croyez pas qu’il avait figé son curseur sur les chansons de son enfance, sa soif intarissable lui donnait à découvrir sans cesse de nouveaux talents, d’autres explorateurs de la chanson francophone.

Plus tard, il sut fédérer autour de lui des compagnons capables de rendre possible son rêve de diffusion. Il créa une fête et une association dans le seul dessein de faire chanter tout un quartier. Il y réussit au-delà de ses espérances. Des dizaines de bénévoles se mirent en action pour que des centaines de leurs concitoyens goûtent à leur tour du bonheur sans pareil de la chanson vivante.

Il lui en fallait plus encore. Une bande d’artiste locaux se regroupa autour de lui. Il créa un Festival qui sous prétexte d’aller de travers, explorait toutes les facettes de la chanson. Il lui demanda de monter des spectacles hommage aux grandes voix de l’époque. Petit à petit, il vit émerger des talents originaux, des artistes capables de voler de leurs propres airs. Il avait enfanté une génération de créateurs.

p3

Alors, Pierre osa franchir le pas. Il se mit à chanter, offrant à des amis indulgents un tour de chant avec ces ritournelles anciennes qui l’avaient construit. Accompagné d’une guitare et de quelques larmes coulant de ses yeux, il reprenait ces chansons qui avaient constitué son héritage culturel. Il pensait alors avoir réalisé son rêve, bouclant ainsi un parcours en chansons.

p4

Ce n’était pourtant que le début d’une nouvelle aventure. Tout d’abord, il hérita d’une tranche hebdomadaire sur une radio locale pour raconter le monde au travers des chansons. Puis, il eut l’immense privilège d’avoir fait éclore des talents originaux, des artistes à la personnalité si forte qu’ils se décidèrent à créer une structure : Loges Production. Tout naturellement, ils réclamèrent le parrainage de leur mentor.

Pierre voit désormais ses filleuls de la chanson parcourir l’hexagone et même parfois l’Europe avec des spectacles forts, des productions qui ne peuvent laisser indifférent. Ils sont quelques-uns à avoir ainsi ramassé les petits cailloux semés par Pierre. L’aventure ne fait que débuter, elle méritait bien un conte enchanteur.

p5

Parfois, ils se rencontrent tous, dans un jardin, chez l’un ou chez l’autre, retrouvent les amis qui furent à l’origine de cette folle aventure et chantent rien que pour le plaisir d’être ensemble et de partager cette passion. Parmi les auditeurs, assis sur un banc, un verre à la main et quelques larmes pudiquement effacées d’un revers de la main, Pierre écoute ceux qui en quelque sorte sont les enfants d’une curieuse et mélodieuse portée.

Rares sont ceux qui peuvent ainsi se prévaloir, à son image, d’avoir su transmettre une passion à un aussi grand nombre de personnes. La bande à Pierre essaime, elle ne cesse de s’accroître et de se diversifier, d’explorer d’autres genres musicaux et d’accueillir de nouveaux talents. Tous ont pour lui une reconnaissance infinie et je peux le dire, une affection sans borne. Merci à lui …

p6

Enchantement sien.

p7

Photographies empruntées à ses amis ...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.