C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3664 Billets

1 Éditions

Billet de blog 7 déc. 2021

Mise à pied.

Les bras m'en tombent.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourtant, ils se cramponnent !

Le monde du football ne cessera jamais de m'étonner. Un grand club tricolore quoique ayant un penchant prononcé pour une couleur qui n'est pas sur le drapeau, vient, après une série calamiteuse de résultats, de mettre à pied son entraîneur. Le malheureux risque fort de ne plus savoir sur quel pied danser.

Je l'imagine vouloir reprendre la balle au bond, au pied levé, ça va de soi. Il n'a cependant pas le choix, il doit passer la main pour qu'un autre tente de sauver la situation. Mais lui, de son côté, que doit-il faire ? Se retrouvant sans emploi, les jambes coupées, le moral en berne, le pauvre garçon doit songer à se recycler. Le Handball lui tend la main, c'est à lui de prendre au mot ceux qui l'ont privé de son emploi.

La mise à pied pourrait aussi toucher tous ceux qui se prétendent en marche. On ne joue pas impunément avec les expressions. Le retour de bâton est toujours possible et attend au coin du bois, ceux qui se voient prolonger l'aventure en grande pompe. Dans pareil cas, cette mesure serait de nature à rabaisser le caquet du Freluquet, lui qui se prend pour Jupiter, divinité toujours flanquée d'une roue.

La confusion ne peut plus durer. La roue tourne tandis que le marcheur tente vainement de mettre un pied devant l'autre. La mise à pied clarifierait les choses, mettrait un peu plomb dans les semelles de ce monarque qui n'a eu de cesse de nous glisser des cailloux dans nos croquenots. Malheureusement, notre constitution n'envisage qu’une seule alternative : son remplacement éventuel, comme si, changer de pointure apporterait la plus petite réponse à ce bazar.

Comme pour le club de football, changer le guide suprême, c'est accréditer l'idée que pour marcher droit nous avons besoin d'un éclaireur, un seul, capable de trouver la bonne voie dans la tempête et l'obscurité. La France n'est pas loin de vivre sous le concept fallacieux de l'infaillibilité présidentielle.

Le guide suprême décide de tout et nous devons emboîter ses pas, les yeux fermés. Nul contrôle de la route, nulle possibilité d'infléchir le parcours, nulle discussion sur le choix du chemin. Un seul décide et s'il nous envoie dans le décor, nous devons sauter avec lui dans le précipice. C'est cette constitution qui mérite d'être mise à pied. La monarchie est passée de mode tandis que le spectacle que donnent les prétendants au trône atteste que nous filerons un mauvais coton, quel que soit le prochain éclaireur.

Nous pourrions marcher de concert, main dans la main. Au lieu de quoi, on nous promet la trique, la bride ou le fouet, l'absence de concertation sur l'itinéraire à prendre. Pieds et poings liés, nous suivrons la prochaine ou le prochain guide, lui faisant une confiance aveugle sous le prétexte fallacieux d'une légitimité par les urnes.

Les errements de la crise actuelle démontrent à l'évidence qu'un seul être ne peut pas avoir la science infuse. Il est grand temps de repenser le pouvoir dans une collégialité qui suppose des idées et des pensées divergentes. Marcher au pas au son du canon n'est pas la plus sûre manière de parvenir à ses fins.

Voilà les réflexions inutiles qui me sont venues en tête à l'annonce de ce limogeage sportif. Je fais une terrible erreur en pensant que l'opinion d'un quidam a une quelconque chance d'être prise en compte. La troupe doit marcher au pas, les mains sur la couture du pantalon, sans savoir où elle va. Seul le premier de cordée, décidera le moment venu et en dépit de ce qu'il a pu promettre avant, de la direction à prendre. Oui, vraiment, la mise à pied de la cinquième République s'impose.

À contre-pied.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes