Pour un immense éclat de rire.

L'humour est une arme subversive !  Après avoir séché les larmes, après après dépassé l'incroyable sidération dans laquelle nous fûmes tous projetés malgré nous, en dépit de nos croyances et de nos convictions, il est temps de nous demander comment réagir au défi qui se présente à notre civilisation. Car, à n'en point douter, ce sont bien nos valeurs, nos modes de vie, notre culture et nos approches philosophiques qui sont attaqués sous couvert de religion.


L'humour est une arme subversive !

 

 

Après avoir séché les larmes, après après dépassé l'incroyable sidération dans laquelle nous fûmes tous projetés malgré nous, en dépit de nos croyances et de nos convictions, il est temps de nous demander comment réagir au défi qui se présente à notre civilisation. Car, à n'en point douter, ce sont bien nos valeurs, nos modes de vie, notre culture et nos approches philosophiques qui sont attaqués sous couvert de religion.

 

La première remarque qui apparaît à tous, c'est que Charlie Hebdo était l'ennemi à abattre, le plus mortel adversaire de l'intolérance et de l'obscurantisme. La dérision, la satire, l'humour n'ont pas leur place dans les schémas de pensée archaïques de ces fous furieux, ces montres sanguinaires. C'est parce que le rire est création diabolique qu'il doit être combattu par ceux-là.

 

C'est donc sur ce terrain-là que doit continuer le combat. Rions, rions aux éclats, à gorges déployées avant qu'ils ne viennent nous les trancher. Rions à les effrayer, éclatons d'un rire contagieux, puissant et universel. Que chaque éclat de rire touche sa cible, frappe ces pauvres malheureux, ces individus si tristes que, pour eux, le plus beau des sourires doit être dissimulé sous une étoffe noire.

 

Rions et ne cédons pas à la minute de silence. Offrons à nos amis de Charlie Hebdo une franche poilade, un grand moment d'énorme rigolade. Marrons-nous pour chasser les idées lugubres d'un monde sous le joug d'une loi de la soumission, de la privation et des restrictions de toutes sortes. Esclaffons-nous devant leurs tronches hirsutes, leurs dégaines de croque-mitaines, leurs simagrées d'hypocrites dévots.

 

Rions de bon cœur, rions tous en chœur. La barbarie est un repoussoir ; présentons-lui le plus puissant répulsif  : le rire ! Que dans tout le pays soient organisées des manifestations hilarantes pour honorer comme ils le méritent nos princes du rire, nos chevaliers de la farce et de la caricature, nos rois de la foire du trône : celui où l'on finit par tirer sur la chaîne.

 

Honorer les victimes de l'absurde cruauté c'est leur restituer leurs lettres de noblesse, leur rendre les armes qui furent les leurs. C'est par et pour le rire qu'ils sont morts, c'est par lui qu'ils doivent être célébrés. Rions et faisons si grand tapage que cette exclamation collégiale et euphorique interroge et alarme les tristes criminels et les candidats au martyre.

 

Ce ne sont pas nos mines compassées qui les feront reculer, bien au contraire ; faire peur, effrayer, terroriser est leur but ultime, leur seul plaisir, leur jouissance maladive. Tuons leurs objectifs dans l'œuf, rions, marrons-nous, éclatons-leur au visage d'un rire gras et salvateur. Tapons- nous la sous-ventrière, ça vaut mieux que la sous-rate. Faisons grand brouhaha de nos zygomatiques en hommage aux martyrs de la satire.

 

Rechargeons nos cartouches d'une encre de toutes les couleurs, portons haut et fort nos crayons et nos claviers. Faisons-leur un dessin s'ils ne comprennent pas. N'hésitons pas à user de la caricature, faisons-nous les prophètes de la jubilation. À leurs mines patibulaires de carême et de satyres lubriques, opposons-leur nos faces rubicondes et épanouies.

 

Le rire les annihilera plus sûrement que leurs couteaux et leurs balles ne nous feront reculer. Dans l'immense loufoquerie de cette falsification du divin qu'ils veulent nous imposer par le sang et les larmes, nos rires fuseront de toutes parts comme un glaive euphorique. Dieu reconnaîtra les siens et c'est en se tapant fort sur le ventre qu'il nous donnera raison.

 

Gloire à la joyeuse troupe de « Charlie Hebdo » ! C'est parce qu'ils n'ont jamais eu peur qu'ils ont continué de nous faire rire. Ayons cette élégance de l'âme que de rire avec eux de ceux qui ont cru abattre l'humour et notre liberté d'expression et de dérision !

 

Euphoriquement leur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.