C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3611 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 mars 2015

Journée internationale des droits des femmes

L'art et la manière de tout salir … Alors que de par le monde, elles sont battues, bafouées, asservies, voilées, cachées, violées, lapidées, mariées de force, privées de scolarité, le commerce tout puissant détourne une journée de lutte et de combat pour en faire une affaire simplement mercantile. Et nos bons médias de tomber dans le raccourci en nous présentant cela comme la journée des femmes, le prolongement de la Saint Valentin et de la fête des mères … 

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'art et la manière de tout salir …

© 

Alors que de par le monde, elles sont battues, bafouées, asservies, voilées, cachées, violées, lapidées, mariées de force, privées de scolarité, le commerce tout puissant détourne une journée de lutte et de combat pour en faire une affaire simplement mercantile. Et nos bons médias de tomber dans le raccourci en nous présentant cela comme la journée des femmes, le prolongement de la Saint Valentin et de la fête des mères …

Ne sommes-nous donc pas capables, une fois, de faire preuve de dignité et d'oublier les démangeaisons du porte-monnaie ? Je crois qu'il n'est plus rien à espérer de cette société qui ne voit que l'aspect mercantile, le fric et la vulgarité comme lignes de conduite. Même le président profite de l'aubaine pour faire de la communication et inventer une nouvelle partie dans les jardins de l'Élysée, réservée au sexe faible.

Les fleuristes se frottent les mains. L'injonction pèse sur l'homme attentif à l'air du temps, en ce jour si particulier : il faut offrir des fleurs à sa potiche. Respecter sa femme, prendre en compte la misère de tant d'autres ? Mais vous n'y pensez pas ; la chose est bien trop difficile. La fuite en avant de l'individualisme et de la futilité réunis les font tous se précipiter vers la fleur coupée …

Les marchands jouent eux aussi de la confusion en affichant fièrement sur le trottoir : « Journée de la femme … ! » On sait malheureusement ce qu'il en coûte à ces dames qui font le pied de grue en ce lieu de déshonneur et de déchéance. Mais nul risque de confusion : les marchands n'ont pas d'état d'âme et encore moins de conscience politique.

Quelques restaurateurs non plus, ne peuvent pas se donner la peine d'une pensée pour les victimes de toutes les horreurs sexistes. Il faut faire du chiffre (le contexte est si difficile), remplir la salle et feindre de se moquer des vraies motivations de cette journée si nécessaire. Les reculs des libertés, l'horreur intégriste, les mutilations sexuelles, le calvaire quotidien des femmes seules élevant des enfants et se débattant dans des emplois à temps partiels …, tout cela, ils n'en ont cure. Leurs clients ont du fric et aucune empathie pour les misères autour d'eux.

J'attends encore qu'on nous dise nos quatre vérités, qu'on pointe du doigt les dérives insupportables d'une société qui fait argent de tous prétextes. Les mots n'ont pas plus d'importance que la réalité. C'est la journée de la femme : celle qui porte beau, qui va bien, qui a du pouvoir d'achat, des relations, un mari aimant, une belle profession … Tout le cortège des vanités a droit à la parole tandis que l'immense cohorte des femmes, démolies par le réel est écartée des écrans et des pensées.

Le rouleau compresseur des paillettes passe une fois encore. Rien ne l'arrête : l'atroce, l'immonde, le sordide, le graveleux, l'injuste, l'insupportable sont repoussés d'un revers méprisant. C'est la fête et venez pas la gâcher avec vos idées noires, vos idéologies déprimantes ! Nous, nous allons bien et nous entendons jouir sans entrave , sans leçon de morale. Le monde peut bien crever, nous nous n'en portons que mieux.

Alors, la journée de le femme est passée. Quelques défilés de-ci de-là ont voulu réveiller les consciences. La cause semble perdue d'avance. L'égoïsme est devenue la règle absolu et ce billet sera lu comme une intolérable ingérence à la liberté de consommer. Le client est roi et pour conserver sa couronne, mieux vaut qu'il soit jeune, riche, beau, bien portant.

Les autres, qu'ils crèvent … ! D'ailleurs, nous penserons peut être à eux lors de la prochaine journée internationale du refus de la misère, des discriminations, des injustices, des coups tordus et des malentendus. En attendant, faisons comme si de rien n'était. Après tout, si nous avons échappé à tout ça, c'est que nous le valons bien …

Exaspérèment vôtre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo