C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3917 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 août 2022

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Vacance

Si singulière !

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vacuité et vulgarité sont les deux mamelles des hémicycles.

Il semble que nos chers parlementaires ont droit, comme tout un chacun, du reste à des vacances. Je leur souhaite d'en profiter pour partir à la découverte du pays réel, d'aller rencontrer les vraies gens, pas ceux qui grouillent autour d'eux, porte-paroles des lobbies, influenceurs malsains, fossoyeurs de l'espoir. Ils seront alors surpris du décalage entre leurs agitations pitoyables et la réalité, l'effroyable réalité d'un monde qui court à sa perte tandis qu'ils favorisent ignominieusement tout ce qui accélère cette catastrophe imminente.

Depuis longtemps, le système politique de notre nation à l’instar de ceux des autres pays de cette Planète est en vacance. Le singulier va si bien à toutes ces têtes couronnées, ces hauts dignitaires, ces princes et ces monarques tout autant qu'à l'immense armée de leurs godillots. Ils sont sourds et aveugles à la réalité, à la catastrophe qui se précise un peu plus chaque jour, continuant de croire en des chimères économiques, apprises dans leurs grandes écoles.

Le système économique et cet ordre mondial délirant sont la seule perspective pour ces braves gens qui continuent de croire que le progrès va régler, d'un coup de baguette magique, la catastrophe que quelques années de pillage des ressources a mis en branle. L'accélération actuelle n'étant que la conséquence d'une conception délirante de notre rapport à la nature.

L'expansion infinie, la croissance permanente, la jouissance comme unique perspective pour des humains qui ont été formatés pour consommer sans trêve ni repos, sans raison ni sagesse, sans modération ni partage. Tout a été organisé pour que chaque individu se transforme en un pion au service de l'enrichissement de quelques-uns, ceux-là même qui tirent les ficelles de nos pantins politiques.

La vacance de leur pensée est radicale, absolue. La vacuité de leur réflexion est sidérante, ces gens sont incapables d'envisager un modèle qui permettrait d'échapper à la destruction de l'humanité. Ils sont à ce point focalisés sur les concepts de relance, d'activité, de production, de richesse qu'ils sont capables d'envisager la Guerre comme un moyen de sortir de la crise actuelle. Leurs prédécesseurs n'ont jamais hésité à recourir à ce moyen qui a toujours fait ses preuves.

La vacance de leur imagination est radicale. La crise de l'énergie le prouve de manière spectaculaire. Ils se contentent d'une formidable transition pour déplacer le problème, ce qui du reste ne constitue qu'un déplacement de curseur des énergies carbonées vers la fée électrique. Sans voir plus loin que le bout de leur nez, ils transforment les pompes en bornes sous la houlette des marchands de la mort nucléaire.

Le tout électrique est la plus incroyable imposture d'une classe politique incapable de penser le réel. Ils ont l'outrecuidance de ruiner les générations futures s'il en restera encore, avec un déficit colossal pour financer des réponses totalement délirantes : voitures, trottinettes, vélo, bus, avions électriques pour continuer à nous mouvoir de manière hystérique pour travailler, pour se distraire, pour les loisirs, pour visiter en masse une planète exsangue.

La vacuité des pouvoirs est avérée, il n'est plus rien à espérer de ces gens qui appuient joyeusement sur l'accélérateur. Il est vrai que la cupidité, la corruption, l'irresponsabilité, la démagogie sont des conditions essentielles pour être du nombre des décideurs. Le plus insupportable dans ce constat c'est qu'ils agissent avec l'assentiment sous conditionnement d'une population mondiale incapable de se sortir de ce piège mortel.

La seule vacance qui vaille est l'abolition de l'espèce humaine. C'est je le crains la seule perspective de survie pour nombre de vies sur Terre. N'attendons pas que nos chers responsables profitent pleinement de ce mois de repos pour revoir totalement leur façon de concevoir l'avenir. Ne rien changer fondamentalement est leur seule ligne de conduite.

À contre-espoir.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange
Journal — Politique
Sur l’Ukraine, la gauche ne parle toujours pas d’une seule voix
Un PS à l’offensive, une France insoumise semblant plus floue que jamais… Alors que le premier conflit sur le sol européen du siècle s’intensifie, la question ukrainienne reste la grande absente des débats à gauche.  
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod