C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3919 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 mars 2022

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Le désert des toquards.

Un petit grain sable.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour Se Gausser ...

Les uns parleront de malédiction, d'autres d'une alchimie qui transforme étonnamment l'or en plomb dès qu'il s'agit de chausser des crampons, tous se gausseront d'une prétention qui achève toujours sa course, le nez dans le gazon. Il y a dans cette histoire de ballon rond une forme assez surprenante d'épopée morale qui ne peut que réjouir ceux qui ont encore, par naïveté sans doute, une certaine idée des valeurs du sport.

Quand une équipe d'un sport collectif bafoue à ce point les principes du jeu en équipe, de la stratégie et de l'organisation pour fonder ses victoires sur le seul talent des joueurs, quand la fonction d'entraîneur se résume à entériner les choix d'un Prince lointain qui n'a d'autre crédibilité que par l'argent qu'il déverse sans limite dans les caisses, quand les joueurs eux-mêmes, passent le plus clair de leur championnat domestique à mépriser leurs adversaires et à se moquer de l'esprit du jeu, la défaite finira toujours pas surgir au coin du bois, à l'improviste.

Car, chaque fois, en dépit des évidences, malgré les différences de talent, quand l'esprit vient à manquer, il y a toujours quelque chose qui vient enrayer une mécanique impersonnelle qui n'accepte ni l'adversité ni les principes d'un duel loyal. Un petit grain de sable et soudain le désert des toquards apparaît dans toute sa laideur.

Le bon Prince, à coup de dollars, pensait construire un château, une forteresse inexpugnable au lieu de quoi la construction en cartes bancaires s'effondre à chaque fois dans un retentissant fiasco, une banqueroute sportive qui ne peut que réjouir les véritables amoureux du sport. Que cela se passe en Espagne ou bien en Angleterre n'est d'ailleurs pas sans raison. Si le même modèle de l'argent roi y fonctionne à plein régime, les formations en question ont à l'esprit, le respect absolu de l'histoire du club, le respect des anciens et impose l'humilité à ceux qu'on se garde bien de prendre pour des dieux vivants.

La déculottée que les madrilènes ont infligé aux parisiens s'inscrit dans une logique propre à ce conglomérat de toutes les vanités de l'époque. Les joueurs élevés au rang d’icônes, le public constitué dans les loges de tout ce qui se fait de plus prétentieux et argenté, des hommes politiques qui se courbent pour être de la fête, des célébrités qui viennent redorer leur blason, des arrivistes voulant prendre un peu de lumière et des journalistes qui déroulent le tapis rouge à cette mascarade tout ce joli monde trouve pleinement sa place dans ce Parc des Princes de pacotille.

Si la défaite peut sembler injuste, imméritée, surprenante, elle n'en constitue pas moins la juste et légitime revanche d'un sport qui est avant tout une distraction, d'une nation qui voudrait enfin cesser d'être une monarchie honteuse et irrespectueuse, d'un public qui aimerait que le football redevienne un jeu d'enfant.

Deux jours avant la farce, le pied gauche du prodige parisien était devenu plus important que la guerre en Ukraine, le dérèglement climatique et les enjeux internationaux. C'était devenu une catastrophe nationale, prouvant à quel point nos médias marchent sur la tête. Jamais la volonté d'abrutir le peuple n'a été aussi forte et c'est fort opportunément en période électorale qu'il convient de l'anesthésier davantage.

Le pain est certes devenu de la viennoiserie de luxe mais les jeux n'ont jamais été tant exploités pour que perdure ce système vermoulu qui nous conduit dans le gouffre. Le réveil est brutal pour tous ceux qui s'extasient devant ce générique de pauvres pantins à l'ego inversement proportionnel à leur qualités humaines. Je plains sincèrement le prodige de Bondy, le seul à se distinguer quelque peu de ses collègues. Évoluer dans un tel contexte doit être un calvaire pour lui et je lui souhaite d'aller s'épanouir ailleurs.

À contre-pied.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart