Freluquet au Liban

Le grand créateur s’arrache les cheveux et la barbe.

Trichotillomanie céleste

 

 

a2

Nous l'appellerons le Grand Créateur dans cette région explosive où le moindre incident est susceptible de mettre le feu aux poudres. Seuls d’ailleurs Brahma, Zeus et Odin se dispensent de prendre la moindre précaution oratoire, lui qui du haut de leur Olympe illusoire, sont capablse de résoudre tous les problèmes d’un coup de baguette magique.

Mais revenons à ce vieux patriarche qui a depuis longtemps l’occasion d’assister au triste spectacle de sa terre promise à feu et à sang pour un oui ou pour un non. Il a beau se lamenter, construire un mur et des frontières, les humains sont incapables de raison dans cette région du monde aveuglée par les querelles de chapelle.

Le Créateur pensait en avoir assez soupé. Il avait vu l’effondrement du temple, les grandes migrations, les pogroms et un génocide, un septembre noir, des attentats et des guerres à n’en plus finir. Il avait espéré un temps que le Liban fut préservé des tumultes de la Palestine, vaine illusion qui ne tint pas longtemps.

La haine s’exporte aussi facilement que les croyances. Ce Dieu de miséricorde et de pardon avait sans doute mal envisagé les conséquences de ses décisions. La division est facteur de discorde tout autant qu’un coefficient multiplicateur des conflits et des querelles. Même au sein des mêmes confessions, le schisme est toujours possible tandis que les scissions entraînent de nouvelles ruptures.

Le Grand Créateur avait envoyé son propre fils jouer l’intermédiaire une couronne d’épines bleues sur la tête pour s’interposer dans cette poudrière spirituelle qui ne le faisait plus rire de tout. La médiation s’acheva de manière dramatique clouant le bec à ceux qui croyaient encore aux vertus de l’œcuménisme.

a1

Le vieillard était au désespoir. Son fils avait prêché dans un désert qui n’avait eu de cesse de gagner les paysages. Le dérèglement climatique n’arrangeant en rien une situation géologique calamiteuse. Il convenait d’agir. Se souvenant alors du premier miracle de Saint Nicolas alors évêque de Mire, le Très Grand se dit qu’il pouvait donner un coup de pouce au destin.

Un navire lourdement chargé d’engrais : Le Rhosus a fait escale dans la capitale libanaise en septembre 2013 en raison de problèmes techniques. Ce navire battant pavillon moldave devait rallier le Mozambique depuis la Géorgie. Dans ses cales, 2750 tonnes de nitrate d’ammonium. Ce sel blanc, inodore, est utilisé comme base de nombreux engrais. Le tout puissant en le bloquant au Liban espérait que les humains allaient en faire bon usage.

Il se trompa lourdement. Les lois du commerce et la stupidité des dirigeants firent que cette cargaison resta à quai. Ce produit hélas, pouvait servir aussi de puissant explosif. Les bonnes intentions du Créateur finissent toujours par se retourner contre lui par la faute de ceux qu’il avait fait à son image. Il est inutile d’évoquer le terrible drame qui s’en suivit et raya Beyrouth de la carte.

Après s’être arraché les poils de la barbe et les cheveux, le vénérable céleste se dit qu’il était temps d’envoyer un nouveau signal fort à cette humanité en plein désarroi. La technologie moderne est arrivée elle aussi dans les parages de l’Eden. Il prit son portable et tenta d’appeler son propre fils à la rescousse. Jésus refusa de décrocher. Il en avait assez soupé des histoires saintes.

Jamais à court d’idées, le Tout Puissant savait qu’il pouvait trouver un suppléant sur terre, un nouveau messie de la bonne parole et du discours qui réconforte. C’est avec la plus extrême confiance qu’il confia la mission à son nouvel envoyé. Freluquet arriva par la voie des airs. La situation était désormais sous contrôle. Ne se souciant ni d’entraver les cours, ni de servir de poids mort et de fardeau encombrant, il prononça un grand sermon qui va inaugurer une nouvelle ère dans cette région. Gloire au très grand et à son nouveau représentant sur terre.

Blasphématoirement vôtre.

a3

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.