C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3909 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 août 2022

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Un vieil homme pleure.

Un cadeau magnifique.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour l'enregistrement, il faudra attendre

Il est des moments rares pour qui s'essaie, maladroitement le plus souvent, à écrire ce qu'il pense être des chansons. La rime, la métrique ne font pas nécessairement une rengaine d'autant plus que celui qui se livre à cet exercice n'est absolument pas musicien. L'alchimie qui permet de transformer le plomb des lettres en l'or d'une mélodie qui touche au cœur, recèle tant de mystère que je n'en comprendrai jamais le mécanisme comme me le fait souvent remarquer le Jacques !

Qu'importe. Qui ne persiste pas, ne peut pas connaître parfois la réussite après tant d'échecs. Ce fut le cas ce soir-là au Pouliguen où des Fous de Bassan me firent la plus belle offrande qui soit pour un parolier incertain. Depuis longtemps du reste, ce texte avait été envoyé comme une bouteille à la mer, cherchant désespérant quelques voies d'eau pour lui donner une âme.

Le miracle, car s'en est un se matérialisa par le truchement bienveillant d'un facteur à cheval sur les notes qui trouva que ce texte rentrait possiblement dans ses cordes. Il en fit une première version afin de convaincre la chef de chœur qu'il y avait là matière à des arrangements plus subtils pour toucher le cœur de la chorale.

Le résultat obtenu fut à la hauteur des espérances mis dans cette balade nostalgique qui au demeurant sortait largement du cadre des chants de marin. La nostalgie n'a pas forcément sa place quand le public ne souhaite que taper dans ses mains en reprenant des succès, aujourd'hui incontournables, dans ce répertoire. La validation du président s'imposait pour que Mon Cimetière des bateaux sorte de son petit coin de terre mouillé de bien peu d'eau.

Il me fallut attendre pour entendre le résultat que mes pas de conteur me mènent à nouveau sur les quais du Pouliguen. La Loire ne mène pas tout à fait là. C'est par le truchement et l'entremise de Ondes Bleues la radio que se fit cette rencontre un soir de juillet. Pour ajouter à l'émotion, plus de mille spectateurs furent les témoins auditifs de ce cadeau. Le risque était grand de me retrouver le bec dans l'eau !

Dès les premières notes, l'ambiance que j'avais imaginée était parfaitement restituée. Le cimetière s'imposait à nous, se matérialisait grâce à une mélodie qui brossait parfaitement le décor. Les voix harmonieuses ajoutant au tableau, l'émotion m'étreignait sans que cette impression puisse suffire. Je n'étais en effet pas le meilleur juge.

Mes voisines se taisaient et elles n'étaient pas les seules. L'absence de conversations périphériques pouvait constituer un indice favorable à moins que ce ne fut une marque de politesse. Il y avait pourtant une intensité palpable dans cette écoute collective qui me poussait à croire que la magie avait opéré. J'en avais la gorge serrée.

Les applaudissements arrivèrent. Ils n'étaient naturellement pas de la même intensité qu'après un succès reconnu. Ils me semblaient pourtant empreints de cette sincérité qui marque l’émotion. Les quelques réflexions entendues autour de moi me confortaient dans cette idée quand, dans la foule, on murmura qu'un vieil homme pleurait …

Avait-il laissé son bateau dans l'un de ces endroits où s'achève le parcours ? Avait-il ressenti une émotion qui le submergeait au point de laisser couler des larmes en public ? Il conservera son mystère tout en m'offrant ce cadeau somptueux. Les Fous de Bassan avaient réalisé un miracle.

Je me souvenais alors que pareille réaction avait accompagné la première de La Venelle à quatre sous. Une femme avait versé des larmes à l'écoute de cette chanson. Puis, les autres spectateurs partis, elle était venue raconter son histoire avant de demander à l'entendre à nouveau, rien que pour elle. Cette fois, le vieux monsieur s'en alla sur la pointe des pieds sans se manifester. Il n'avait pas besoin du reste, il nous avait tant donné.

À contre-mode.

Version chantée

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Accès à l’IVG : des progrès dans la loi, des galères sur le terrain
Alors que le droit à l’avortement est menacé dans le monde, des avancées ont été obtenues en France, dont l’allongement du délai légal. À la veille de la journée mondiale du droit à l’IVG, Mediapart a enquêté sur les freins persistants.
par Alexandre Léchenet et Rozenn Le Saint
Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk