Libérez Balkany

Chiche !

La farce du pouvoir ...

a1

 

Qu’on puisse souscrire à une cagnotte pour libérer une telle canaille relève, il faut bien l’avouer de la plus invraisemblable farce de ces derniers temps. Une plaisanterie de plus qui fera rire jaune qui vous savez. Mais un bon conseil, gens de pouvoir et épouse offusquée quoique largement indigne, elle aussi, de toute confiance : « Allez-y ! ». Vous ne feriez que confirmer l’impression qui ne cesse de gagner du terrain dans ce pays, abasourdi par les magouilles, les arrangements, les procédures alambiquées destinées à protéger de sinistres individus dont celui-ci, Roi des bandits.

Faites donc ce geste de trop qui risque de mettre dans une colère noire tous ceux qui un jour ont reçu une amende pour des broutilles et n’ont pas eu d’autre choix que de la payer sans rien dire. Balkany et l’immense troupe de mauvais sujets de son acabit sont au-dessus des lois. Même condamné à la prison, même déclaré inéligible, le gredin pourra encore se présenter dans sa chère mairie tandis que son épouse, bien trop fragile pour honorer sa peine en prison, prend la mairie sans que ça ne dérange personne dans les allées du pouvoir.

Dans ce monde de privilèges éhontés, il suffit de faire appel pour être exonéré de tout ou presque tandis que le bon peuple est pressuré sans rémission. Vous ne pensez pas que ça suffit ? Vous ne croyez pas que plus personne n’est dupe de vos combines, astuces, magouilles qui font de vous des êtres inattaquables ? Faudra-t-il que quelques têtes pendent au-dessus des piques de la colère pour qu'enfin vous retrouviez collectivement vos esprits et les sens de la République ?

Notre brave Freluquet est arrivé au pouvoir en déclarant vouloir une République exemplaire ; nous en rions encore. Il a commencé en fanfare avec son bon ami Benalla pour nous montrer les limites qu’il donnait à l’exemplarité et la suite fut du même tonneau avec des casseroles qui n’expliquent en rien le prix de la vaisselle du Palais.

Le parlement n’est pas en reste qui refuse l’idée qu’une condamnation, qu’une peine inscrite sur le casier judiciaire vaut interdiction à vie d’exercer un mandat. Ils savent tous qu’ils n’ont jamais les mains propres pour financer des campagnes électorales qui sont devenues foire au fric douteux. Les parlementaires comme les ministres, acceptent sans s’indigner des privilèges à vie qui ravalent notre République au rang de Monarchie véreuse et tout cela au nom de l’exemplarité.

Les mêmes veulent interdire les yourtes, les habitats mobiles et ne sont en rien choqués par des logements de fonction dignes des châteaux pour des hauts fonctionnaires et des dignitaires qui ont pourtant des émoluments conséquents. Le principe d’égalité exclut cette secte au pouvoir des règles établies pour le commun des couillons. Nos Princes ont besoin d’égards au nom du poids d’une charge que pourtant ils refusent d’abandonner tant la place est bonne et payante.

Libérez donc ce triste sire, vous ne ferez qu’aviver la colère populaire, ce peuple que vous ne cessez de mépriser, pressuriser tout en lui retirant un à un tous les acquis sociaux issus du Conseil National de la Résistance. Ne vous dérangez pas pour nous, vous savez très bien qu’en cas de mouvement d’humeur de notre part, vous ferez donner du bras séculier, éborgnant et amputant ceux qui osent s’élever contre vos injustices.

N’hésitez pas une seule seconde, plus personne n’est dupe de la parodie de démocratie que constitue cette République bannière. Mais de grâce, n’attendez plus de nous considération (en un seul mot) et courtoisie, déférence et civilité. Nous sommes en guerre contre votre caste infâme et comme nos moyens d’expression sont dérisoires face à votre police, vos escouades violentes, nous entrons en résistance.

Balkany est le paradigme d’une République aux abois, menée par des personnages sans honneur. Déroulez-lui le tapis rouge, vous vous prendrez tous les pieds dedans.

Honteusement vôtre.

a2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.