Quand la fable vire à la farce

Le coq en Pâte

Sur ses ergots

coq

 

Un coq se désolant de son sort

Voulut s’octroyer de la hauteur

S’il était enchanté de son corps

Ses ergots lui causaient du malheur

 

Se percher sur un tas de fumier

Situation peu honorable

Le plaçait au dessus du fermier

Personnage bien peu aimable

 

C’est vers la cour que son cœur penchait

Non pas là où vivent poulettes

Mais celle des puissants qu’il vénérait

Ceux-là qui ont la crête en goguette

 

Le coq se grandit tant qu’il le put

Usant de mille et un stratagèmes

Il voulut s’approcher de la nue

Pour rivaliser avec la crème

 

Ces beaux parleurs si prétentieux

Qu’on doit leur ériger un perchoir

Eux qui se prennent pour les rois des cieux

Lorsqu’ils s’adressent à l’auditoire

 

Pour cet emblème national

Son statut impose qu’une estrade

L’éloigne de toute cette volaille

Les gueux aiment tant la parade !

 

Il se grandit sur des échasses

Modestes tribunes pour l’orateur

Quand la police le prit en chasse

Craignant qu’il trouble les beaux parleurs

 

Dévoilant à tous le pot aux roses

Il devenait ennemi public

Car en prenant ainsi la pause

Il dépassait les politiques

 

Hélas, son sort en était jeté

À la demande de notre président

Ce petit prétentieux fut extradé

Sans ménagement par deux flamands

coq-1

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.