C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3774 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 janv. 2022

Qui va à la chasse…

Le proverbe est-il prémonitoire.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Autant se moquer de l'étron que de pourfendre les fesses !"

Les idiomes ne sont pas automatiques, c'est fort dommage parfois. Ainsi pourrait-on espérer voir se réaliser celui qui prétend malicieusement : « Qui va à la chasse d'eau perd sa place sur le trône ! ». Mais hélas, rien n'est moins sûr, tout dépend de la couleur et de la senteur des humeurs d'un bon peuple aussi versatile que bienveillant pour ceux qui les méprisent.

Restons dans ce registre pour examiner ce qui pourra corroborer la rétention scabreuse de l'heure, manière d'élever le débat au dessus d'une fosse à lisier qui laisse sceptique les observateurs avisés du débat public. Débutons cette introspection intestine par celui-ci : « Qui mal étron se prend pour Macron ! ». Si son authenticité n'est pas certaine, ce proverbe atteste que notre langue aime à explorer les secrets de l'âme et quelques endroits discrets.

D'autres font œuvre de prévision en commentant la rase campagne qui s'offre à nous : « Il faut avoir la courante séance tenante ! ». Non seulement, son interprétation est des plus embrouillée mais qui plus est, l'expression ne permet pas de se faire une réelle opinion sur les sondages à moins de cent jours de l'échéance. Toute rétention d'information et de matière en cette période délicate peut pousser à la crise de régime.

Fouillant plus avant les bas fonds du palais et de l'âme humaine, il vient à notre connaissance la formule suivante, qui mériterait une analyse approfondie : « Petit pet abat grand vent ! ». Est-ce à dire que nous ne sommes pas au bout de nos méprises et qu'il est permis d'espérer un coup de théâtre, l’émergence d'une nouvelle voie pour libérer nos entrailles.

Il s'agit de dérouler le grand parchemin de notre langue, jonché de fleurs de roses ou de parfum des Landes pour découvrir d'autres trésors. Parmi ceux-ci : « Qui trop expectore, mal s'exprime. Qui trop flatule reste dans le vent ! ». On peut y percevoir une sorte d'encouragement pour celui qui manie la langue vulgaire. Il est à souhaiter que la sagesse populaire se trompe en ce point.

Plus avant, nous trouvons un de ces fameux conseils que nous transmettaient nos grand-mères, quand celles-ci n'étaient pas prisonnières dans un quelconque lieu de relégation. Je me souviens avec nostalgie de cette parole de sagesse : «  Il est plus aisé de se retenir que de faire en public ! ». Voilà ce qui aurait permis à notre foutriquet de ne pas salir la fonction et de remuer sept fois son étron dans sa bouche.

Revenons à nos anciens avec Charles de Méry qui dans son histoire des proverbes en 1829 évoquait cet aphorisme qui mérite encore de faire écho dans le microcosme parisien : « La politique n'est que la science de la tuyauterie ! » . C'est dans le même temps le conflit des tenants du tout à l'ego, de ceux qui sont près à toutes les bassesses, à l'instar de brave Erdogan, pour à leur tour, s'asseoir sur le trône en faisant fi de leur convictions intimes. L'essentiel n'est pas ce qu'on y dépose, mais le chemin qu'il faut parcourir pour atteindre le Saint Graal.

Pour conclure en apothéose ce tour d'horizon bouché de notre campagne électorale, menée avec maestria par celui qui tient les commandes, nous pouvons parachever ce morceau d'anthologie qui restera dans les annales par la célèbre formule : « À cœur vaillant, rien d'impossible. À cul béant, tout est facile ». Quand la voie est tracée, que tout mène au triomphe, le trône reste grand ouvert.

Bien-sûr il se trouvera des esprits chagrins pour s'offusquer de tels propos. Si le contrepet est la fiente de l'esprit, la vulgarité n'en demeure pas la plus détestable manière de remplir la fonction suprême. Il est des circonstances qui réclament de la réserve tout autant que de la contenance. Quand on oublie cela, c'est le début des emmerdements !

À contre-pet.

Un futur bureau de vote :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd