La gâchette divine

Pas de quartier à Saint-Germain.

Mon Pays d'En-France

 

b1

J'ai connu une drôle d'époque dans laquelle, nombre de mes camarades se virent offrir un cadeau qui était totalement inimaginable pour mes parents. Était-ce pour leur donner le sens des responsabilités ? Appréhender la terrible loi de l'existence ? Leur mettre un peu de plomb dans la tête ou encore en faire de véritables hommes ? J'avoue ne pas connaître les intentions de leurs géniteurs à moins que paradoxalement, ils cherchaient dans ce présent, une manière d'avoir la paix …

Quant à moi, si je ne fus jamais du nombre, je n'en tire ni gloire ni regret. Manifestement, je n'étais pas armé pour être des leurs. C'était bien l'un des rares domaines où je ne parvenais pas à rivaliser avec eux dans l'art de jouer les têtes brûlées. Dois-je m'en féliciter ? Certes pas, c'est plus par défaut que je fus exclu de cette curieuse manière de tuer le temps !

Tout bon galopin du pays ne manquait pas de venir rêver devant la vitrine de monsieur Chalumeau, l'armurier du boulevard. Les uns étaient attirés par les fusils de chasse, les autres par les magnifiques couteaux et quelques décalés comme votre serviteur se contentaient d'admirer les cornes de chasse et les appeaux. Mon père n'ayant jamais été chasseur, je n'avais sans doute pas le désir de mettre le feu aux poudres à la maison en réclamant ce que mes copains avaient obtenu.

Car dans la troupe de mes complices, il y avait un gros bataillon de chenapans qui avaient reçu une carabine à air comprimé. Je les revois encore, pliant leur engin, introduisant une petite ogive dans l'orifice prévu à cet effet, refermer le canon et mettre en joue. Il y avait alors deux écoles : ceux qui voulaient sans doute briller au tir à la carabine lors des fêtes foraines pour épater les filles et leur offrir une hideuse poupée et les chasseurs en herbe qui faisaient un carton sur les moineaux.

Tous se retrouvaient dans l'église Saint Germain, alors en ruine et véritable paradis des ronces, des herbes folles, des princes de la gâchette et des oiseaux qui eussent mieux fait de choisir un autre refuge. Aucun adulte ne venait se mêler de l'origine de ces bruits sourds qui émanaient du sanctuaire désaffecté. Quant à moi, parfaitement bigleux tout autant que réfractaire à l'idée de porter des lunettes en dehors de la classe, j'avais renoncé à me ridiculiser dans ces exercices.

Je ne vais pas dénoncer le plus redoutable fusil de l'équipe. Il jouait du reste à domicile, ce qui devait lui laisser du temps pour parfaire sa redoutable technique. Il se vantait même de faire une telle razzia de moineaux, de sansonnets qu'il les mangeait en compagnie des siens et s'en délectait. Je pense que par nature, il devait rouler un peu les mécaniques ; expression juste pour donner un petit indice aux gens du pays.

Le lance pierre avait été l'étape préalable à l’acquisition de la carabine. À la différence de l'objet manufacturé, le lance pigot démontrait les capacités manuelles de chacun. Il y avait nécessairement des experts et des branquignoles. J'ai toujours eu un faible pour la seconde catégorie si bien que je ne suis jamais parvenu à aller au bout de ce projet et encore moins à dégommer une boîte de conserve avec la chose. Heureusement que je parvenais à trouver la cible au football, sinon je crois que j'aurais été mis au ban de cette société en culotte courte.

Je ne sais ce que sont devenues ces armes qui ne concernaient véritablement que la gente masculine. Dans le lot, quelques-uns, plus par atavisme familial que par cette initiation précoce, devinrent chasseurs. Les autres ont peut-être continué à briser quelques cigarettes dans le stand des successeurs de Camille Delamour, le berlingotier poète de Briare, boutique ambulante dans laquelle tir et confiseries faisaient bon ménage. J'ai continué de mon côté à ne jamais viser juste c'est sans doute pourquoi mes tentatives littéraires ont toujours fait long feu. Saint Germain doit m'en vouloir de n'avoir pas pris les enfants du bon dieu pour des petits moineaux sauvages ...

Comprimement leur.

b2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.