Regardez passer le défilé.

Armée d’opérette …

La parodie en bandoulière !

 

a1

La France est un grand marchand d’armes. Les uns s’en offusquent, les autres se frottent les mains. Chacun voit midi à sa porte pourvu que ces armes ne viennent pas assombrir notre quotidien. L’exportation, à ce titre est une formidable manière de repousser plus loin nos états d’âmes auxquels nos charmants vendeurs préfèrent de très loin les États d’armes.

Nos produits sont technologiquement avancés, c’est dire qu’ils sont capables de tuer sans provoquer des mares de sang. Il convient en effet d’agir en toute discrétion quand il s’agit de trucider son voisin avec des produits fabriqués en France. Le pays des droits de l’homme a des pudeurs et souhaite pour le moins que ses clients respectent le droit à mourir sans trop souffrir.

Nous devrions nous enorgueillir de cette précaution qui nous permet de dormir la conscience tranquille. D’ailleurs, nos responsables politiques ne manquent jamais d’élever la voix quand des armes françaises sont utilisées sans discernement. J’en veux pour démonstration le récent embargo sur les jouets pour dictateurs sanguinaires à destination de la Turquie.

La France a donc créé un nouveau concept en matière d’armement : l’arme de guerre destinée uniquement aux défilés militaires. Garantis inoffensifs, les produits destinés à l’exportation sont donc dénués de tout ce qui pourrait causer du tort à des civils innocents. Les bouches à feu sont hermétiquement closes.

Mieux encore, pour faciliter les ventes et l’usage spécifique de nos armes, des ingénieurs se sont penchés sur les sources d’économie d’énergie. L’arme de défilé n’ayant pas besoin de disposer de tous les blindages et système de protection pour ses usagers, elle peut gagner en poids et en économie d’énergie. Nous devrions nous féliciter de ce pas décisif dans la préservation de la planète.

Dans l’avenir, pour améliorer encore les ventes dans ce créneau spécifique où semble-t-il, nous n’avons pas de concurrents, des décorateurs se penchent actuellement sur l’aspect extérieur de ces équipements de parade. Des gammes de couleurs chatoyantes seraient à l’étude tandis qu’il est envisagé de créer des collections équipées de rayons laser, systèmes de pyrotechnique et autres innovations esthétiques transformant les fastidieux défilés en de véritables spectacles modernes.

Les ventes d’armes factices sont en pleine explosion dans notre pays qui vise sur la parade et le goût du décorum des joyeux dictateurs du monde entier pour équilibrer la balance commerciale. Nous ne pouvons que nous réjouir de cette nouvelle orientation de notre industrie de l’armement qui engendre des niches d’emploi qui ne peuvent que satisfaire notre veine patriotique

Ainsi, des chorégraphes de défilé sont en train de modifier radicalement l'ordonnancement trop figé de ce spectacle populaire. Des formateurs militaires sont envoyés dans les différents pays intéressés afin que les soldats soient initiés aux différents pas de danse qui pourraient rendre plaisantes ces démonstrations de force.

L’avion rafale serait débaptisé pour rassurer les éventuels acheteurs. Il serait question de le nommer « Petite Brise ! » et de l’équiper de fumigènes et autres procédés distrayants. Le ciel devenant ainsi un support esthétique grâce à nos brillants ingénieurs. Il serait encore à l’étude tout un travail sur le bruit que font ces terribles engins. Des compositeurs sont en étroite collaboration avec les motoristes afin que le bruit devienne mélodieux.

Avec la France, la guerre deviendra une joyeuse opérette. Nous sommes vraiment fiers de cette nouvelle orientation de notre industrie grâce à une diplomatie particulièrement agressive dans ce domaine. La guerre en dentelle est pour bientôt, les industries de la mode et du luxe ayant elles aussi été sollicitées.

Pacifiquement leur.

a2

Henri TACHAN-Dans les orchestres militaires © Eric Chardin

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.