C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3609 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 oct. 2021

Des esthètes à la bouche pleine

Sous le vernis, la gourmandise

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Buffet n'est pas de Bernard ...

Le vernissage d'une exposition donne droit assez souvent à un spectacle aussi incongru que désagréable qui peut rester en travers de la gorge pour ceux qui ont investi temps et talent pour se mettre à nu devant le public. Exposer c'est s'exposer plus encore, s'offrir sans fard ni pudeur. La scénographie a été soigneusement pensée, le choix des œuvres fut parfois un supplice, le moment tant entendu arrive enfin.

Le public arrive, l'ouverture officielle est un moment de grande émotion pour les artistes. Les premiers commentaires sont guettés avec angoisse, ceux qui ne disent rien sont plus redoutables encore. Il n'est plus temps de changer quoi que ce soit, les dés sont jetés et le verdict du public tombera. C'est du moins ce qu'espèrent les artistes. Mais auparavant, un petit rituel s'impose. Les petits plats ont été mis dans les grands, les discours vont ouvrir la séance avant que le buffet marque l'apothéose de ce prélude à une semaine en pleine lumière. Le public a répondu présent. On peut espérer que c'est la curiosité qui les a poussés à venir.

Il est vrai que nombre d'entre ces visiteurs arpentent les différentes salles, s'arrêtent tout particulièrement devant telle œuvre ou telle autre. Certains consultent le catalogue, envisageant un achat. On devine ici ou là des connaisseurs, des amis venus par sympathie, des curieux et des esthètes, des collègues qui suivent le travail de leurs amies.

C'est alors que surgissent les rois de la fête. Ils savent avec une incroyable précision à quelle heure il convient d'arriver pour éviter les discours et se dispenser du tour des salles. Le buffet est leur préoccupation ultime, ils se sont déplacés pour ce moment qui ne les laisse jamais sur leur faim ni sur leur soif d'ailleurs.

Ils sont au premier rang, ne perdant pas une miette de ce qui remplira leur curiosité d'aise. Ils sont capables malgré tout de faire conversation la bouche pleine, l'art n'est pas aisé, il faut bien le reconnaître tout en disant deux ou trois banalités sur des œuvres qu'ils ont tout juste entrevues en arrivant.

Il convient de trouver des gens de connaissance pour justifier une station prolongée devant la divine table. Ils sont habiles dans l'art de glisser dans les cercles bavards tout en se trouvant au plus près des petits fours. Plus la conversation dure, plus ils vont et viennent pour se remplir la panse.

Un vernissage réussi leur évitera de souper. Ils n'ont ni pudeur ni gêne. Ils dévorent à pleines dents une culture qui si elle ne nourrit pas l'artiste, entretient les spécialistes du vernissage. Je les regarde avec amusement d'abord puis exaspération au fil du temps. J'étais venu pour dire des contes illustrant quelques œuvres exposées. Jamais ceux-là n'ont tendu l'oreille ni se sont déplacés pour venir à ma rencontre. Il est vrai que des maxillaires largement sollicités font obstacle à une audition attentive.

La soirée tire à sa fin, le public après une visite complète et attentive des différentes salles s'en va. Nos amis seront les derniers, toujours proches de la sainte table qui ne leur propose plus que quelques reliquats toujours bons à prendre. Ils n'ont rien vu mais qu'à cela ne tienne, ils reviendront au prochain vernissage. D'ailleurs ils ont avoué, la mine satisfaite, qu'ils n'en manquaient aucun en ce lieu.

Parasites sans honte, ils pensent ne pas être reconnus pour ce qu'ils sont. Pourtant, leur présence avait été évoquée, chacun se demandant quand ils allaient surgir pour se goinfrer. Une telle réputation a de quoi les combler d'aise. Ils font désormais partie d'un décor auquel ils n'accordent jamais la moindre attention. Il n'est pas un vernissage qui se respecte sans eux. Ce sont nos esthètes à la bouche pleine et aux propos vaseux.

Artistiquement leur.

Seront-ils présents ce samedi 16 octobre à 11 Heures ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau