C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3610 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 nov. 2020

Nous ne sommes que du bétail pour eux.

« Pas question de lâcher la bride ! »

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dura lex, sed Castex

Notre bon premier éleveur en chef à l’accent rocailleux vient de trahir le fond de la conception du pouvoir vis à vis du peuple. En déclarant benoîtement qu’il n’est pas question de lâcher la bride, il reconnaît clairement que nous ne sommes au mieux que des ânes bâtés, au pire du bétail qu’on envoie à l'abattoir. Il faut espérer que l’association L214 filmera les exactions qui nous sont promises afin d’alerter la conscience publique de nos frères les animaux.

La bride, le lascar a dû interroger grandement les citadins patelins qui ignorent tout du langage des éleveurs. Il a cependant fait un grand pas dans la précision du vocabulaire puisque depuis le début de la crise, ses collègues vachers ou bergers ainsi que le grand fermier général se refusaient à user du terme adéquat pour un élément incontournable de la stratégie du grand élevage national. En effet, au lieu de désigner ce que les animaux portent sur le museau sous son vocable officiel de muselière, on leur servait du masque, terme qui n’avait ni queue ni tête.

Voilà qui est plus clair. La bride reste fermement fixée autour de l’encolure. Les animaux disposent cependant, libéralité extraordinaire d’une heure de débourrage au manège. Il n’est d’ailleurs pas question de les laisser trotter en liberté en pleine nature, le risque serait trop grand qu’ils prennent le maquis ou la clef des chants révolutionnaires. Non, un manège circulaire d’un kilomètre de rayon est largement suffisant.

Pour le nourrissage, le pouvoir n’a pas trouvé assez de personnel pour remplir directement les innombrables râteliers. C’est donc aux bêtes à manger du foin elles-mêmes, de se rendre à la queue leu-leu dans les grandes coopératives de la mal bouffe. Elles disposent pour ça d’un râtelier à roulettes dans lequel elles jettent en vrac le fourrage, les croquettes, les compléments alimentaires pour bien engraisser avant l’abattage.

Les soins vétérinaires exigent une surveillance drastique des têtes de bétail. Un test a été mis en place pour aller fouiller au fond de leurs naseaux afin d’y débusquer un agent viral qui serait de nature à souiller la viande et à attaquer les poumons. Les vétos ont d’ailleurs la tâche simplifiée puisque les bœufs, les ânes, les cochons, les moutons se rendent d’eux même au contrôle hygiénique. Un tampon violet leur sera imprimé sur le bras quand ils auront été soumis au vaccin obligatoire.

Contrairement à ce qui se disait dans les élevages modèles, la culture est contre-productive pour la qualité de la viande. Il convient de ne pas cultiver des plantes rares et originales afin d’en nourrir les futurs sacrifiés. Il a été remarqué des difficultés de digestion, des flatulences, des maux de tête parfois. C’est une bouillie prémâchée qui sera distribuée par des tuyaux médiatiques parfaitement contrôlés.

Pour éviter le coup de pied de l’âne, une autre mesure a été adoptée. Tous les comices agricoles, les foires à bestiaux, les concours hippiques et autres animations concernant des animaux domestiques se passeront désormais en l’absence de toute bête. Seuls les responsables politiques viendront pérorer devant les caméras devant des boxes vides. On désigne cette curieuse pratique sous le nom de huis-clos.

Pour tenir la bride ou la longe, il est recommandé aux responsables de l’ordre de se laver fréquemment les mains. Il se peut qu’il y ait des bavures, des déjections, des ruades. Il est important de ne jamais perdre de vue les bestiaux, de les avoir toujours à l’œil en restant face à eux. Tous les moyens seront mis en oeuvre pour enclore davantage cet immense troupeau : hélicoptères, drones, escouades sanitaires, caméras de surveillance. Jamais élevage n’aura été aussi bien gardé que celui-là.

Bestialement leur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro