Les écrits du confinement.

Prendre la plume pour s’envoler.

L'écrit et les cris ...

 

219477-couverture-validation-jpeg

 

Durant cette étrange claustration que nous avons subie, nombreuses furent les initiatives invitant les prisonniers du quotidien à s’évader par le truchement des mots couchés sur le papier. C’est ainsi que des ateliers d’écriture, des collectes de récits, des appels à témoignages fleurirent un peu partout.

L’association, Au fil des mots, proposa par exemple les 10 et 11 avril derniers, les 24 heures d'écriture confinées. La participation fut exceptionnelle puisque 97 textes ont permis la naissance d’un ouvrage qui est prêt et désormais disponible. La recette de sa vente sera reversée à la cagnotte « Solidarité Covid 19 » créée par le CHR d’Orléans. Au prix de 12 euros, ce recueil de 218 pages n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Les archives départementales du Loiret ont elles aussi fait appel aux habitants dans une opération de collecte des témoignages de la vie quotidienne et des réflexions personnelles durant le confinement. L’objectif étant de conserver cette expérience à la fois individuelle et multiple pour l'histoire en constituant une mémoire collective pour cette période inédite dans notre histoire.

L’infatigable militant du quotidien, Jean-François Chalot ne pouvait pas passer à côté de ce mouvement qui a sans doute posé les bases d’une réflexion à venir sur l’expérience commune que nous avons tous partagée. Rapidement j’ai reçu un message de sa part me demandant si j’acceptais de lui envoyer mes premiers textes du Confinement ce que je m’empressai de faire.

C’est précisément le jour de la libération que je reçus par la poste un ouvrage intitulé : Confinés ! Il n’y avait pas plus beau symbole en ce fameux 11 mai premier jour, nous aimerions le croire, du monde d’après, même si le doute s’impose tant le pouvoir semble n’avoir retenu sincèrement aucune leçon d’une crise consubstantielle à son logiciel idéologique.

Le petit ouvrage est un parfait condensé de ce qui a pu s’écrire durant cette période. Poèmes, chansons, chroniques, témoignages, ateliers d’écriture sans oublier les incontournables dessins de Nagy. C’est un ouvrage collectif auquel ont contribué 16 personnes dont certaines n’avaient jamais osé l’écriture.

C’est en ce sens un formidable témoignage d’une période qui va s’inscrire dans les mémoires, non pas par la vision d’un auteur habitué à s’exprimer mais par une vision périphérique de ces traces laissées ici au cœur de cette épreuve. D’autres ouvrages ne manqueront pas d’être proposés à votre curiosité, c’est ce qui exprimera au mieux l’incroyable effervescence qui gagna le pays à l’exception notable des plateaux de télévision, tournant en boucle sur un message destiné à semer l’effroi.

L’espoir, la fantaisie, la poésie, l’imaginaire, le conte et bien d’autres formes d’expression apportent ici et ailleurs un nécessaire contre-point à un discours officiel qui n’a jamais été aussi injonctif et répressif. Paraphrasant un slogan de la dernière grande expérience du rêve collectif : « Sous les claviers, les messages ! »

L’imaginaire n’a pas été mis en quarantaine, le réel tel qu’un pouvoir dépassé a voulu nous imposer, n’est pas parvenu à briser le souffle qui finira par balayer la formidable opération d’aliénation des masses pour maintenir une société qui nous conduit dans l’abîme. Utopie s'exclameront les moutons et les fossoyeurs, les tenants de cette mondialisation mortifère.

Laissez donc ces gens pour ce qu’ils sont, les représentants du monde d’avant. Prenez votre envol pour des lendemains plus radieux en suivant les écrits des souffleurs de rêve.

Chimèrement vôtre.

 

Les liens

 

 

http://associationaufildesmots.com/

 

https://www.archives-loiret.fr/

 

http://aflmelundal77.over-blog.com/

 

bon-commande-24h-pour-se-vader

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.