Ils ont doublé la mise …

La belle mansuétude que voilà !

Les radars font les spécieux

801

 

Cinq cents mille amendes pour excès de vitesse en juillet, c’est deux fois plus que l’année dernière. Ainsi donc il y aurait dans ce pays deux cent cinquante mille furieux, incapables de lever le pied, fous du volant et trompe la mort, dangereux chauffards qu’il convient de tailler en pièces et surtout en prélèvements automatiques au profit des hôpitaux. C’est la nouvelle version que des spécialistes de la tromperie organisée viennent de sortir pour faire avaler la pilule. On peut le croire comme nous avons cru la promesse de mansuétude affirmée le sourire aux lèvres d’un premier ministre plus prompt à effacer les dérives d’un barbouze que les étourderies des citoyens.

Deux cent cinquante mille personnes se sentent ainsi rackettées injustement alors que la plupart font désormais preuve d’une grande prudence sur la route. Rouler à quatre-vingts ce n’est pas simple, ça demande de nouvelles habitudes, un changement de régime pour un véhicule qui va désormais brouter joyeusement dans la belle campagne française. Que les vaches à lait aient la digestion difficile, quoi de plus normal quand on y pense (panse) ?

Ce qui ne passera jamais c’est justement l’injustice du prix à payer pour la broutille ou le délit constaté. Comment accepter que le montant soit le même pour tous alors que les situations sont diamétralement opposées. Quarante-cinq euros à payer représentent une catastrophe financière pour certains et une simple piqûre d’insecte pour d’autres. La fameuse égalité avancée dans notre devise si mensongère n’est qu’une fiction. Aucune équité dans ce principe qui tape toujours plus fort sur ceux qui n’ont rien.

Tout fonctionne sur ce principe dès qu’il s’agit de punir. Une amende, un montant décidé dans l’antichambre des privilèges : le parlement pour impressionner ou bien servir de repoussoir et une réalité fort différente que l’on soit riche ou bien misérable. C’est un scandale que je n’ai jamais supporté, constatant ainsi à quel point ceux qui nous gouvernent sont incapables d'empathie vis à vis des moins argentés.

Par contre dès qu’il est question d’une augmentation, plus de montant forfaire et unique. On sort de la machine à leurrer les gogos le redoutable pourcentage, la machine à creuser les inégalités, à servir les canailles et à tromper les miséreux. Ils ont fait des hautes études pour se permettre ainsi d’établir des règles de trois qui arrangent systématiquement ceux qui vivent déjà confortablement. La TVA est à ce titre la plus grande saloperie depuis la Gabelle, frappant systématiquement les nécessiteux et réjouissant ceux qui trouvent moyen d’y échapper.

Va-t-on enfin installer des radars de la combine qui examineront les magouilles, les combines, les arrangements avec l’équité que ne cessent de pondre nos joyeux législateurs ? Niches fiscales, défiscalisation ou optimisation, mesures d’exceptions ne cessent d’alimenter la richesse des plus fortunés tandis qu’amendes et taxes tombent à pieds joints sur le dos des vaches à lait que nous sommes.

Deux cent cinquante mille nouveaux ponctionnés, de manière indifférenciée, sans soucis de leur niveau de ressources, ce serait le début d’une grande contribution générale à l’effort de redressement national si dans le même temps les grosses sociétés payaient enfin l’impôt, les cabinets d’avocats fiscalistes fermaient leurs portes, les banquiers cessaient de proposer des combines à leurs meilleurs clients pour échapper au juste prélèvement.

L’égalité ? Chiche. Égalité devant la loi et équité quant aux traitements qui nous sont consentis. Je pisse dans un violon et je risque bientôt de m’y retrouver dans notre nation qui est désormais aux mains de gens sans scrupules ni morale, uniquement au service des plus aisés. L’injustice est élevée en principe par des gens en marche vers une dictature libérale à visage souriant.

Raketteusement leur.

802

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.