Les soldats du feu au feu des CRS

Un magnifique feu d’artifice.

Rien que de la poudre aux yeux

feu

 

L’image a fait le tour de la toile et peut-être du monde pour narrer la douceur de vivre à la française, la belle harmonie qui règne parmi le peuple des lumières. Nous ne pouvons que nous féliciter de cette merveilleuse concorde, surtout au niveau des grands corps d’état, cette fusion qui laisse envisager des lendemains qui chantent.

Les sapeurs pompiers, soldats du feu manifestent leur fierté de remplir la plus belle, la plus noble mission qui soit. Ils vont au feu, affrontent des dangers multiples pour voler au secours de la population. Ils entendent démontrer de manière explicite ce plaisir incomparable de mettre en danger leur vie afin d’en sauver d’autres. Pour que la démonstration soit éclatante, quelques fumigènes expriment pleinement leur joie débordante.

En face d’eux, des hommes qui ont une tâche beaucoup plus ingrate, celle de rétablir l’ordre pour maintenir coûte que coûte un pouvoir coupé de sa population. Bardée de protections, casquée, la compagnie si peu Républicaine de la Sécurité menacée se lance dans une contre offensive. Pourquoi les pompiers sont-ils aimés et pas eux ? Il convient de rétablir la confiance parmi la population en saisissant l’aubaine de cette manifestation.

Pourquoi ne pas la transformer en spectacle pyrotechnique ? Le peuple raffole de ça. Les chefs se concertent, la chose peut paraître surprenante dans cette profession mais il arrive parfois qu’en retirant le casque, des gradés puissent réfléchir et émettre des idées. Le résultat sera éclatant, à la mesure de l’effort consenti.

Pour profiter du courant de sympathie dont jouissent les pompiers, il convient d’user des mêmes stratégies qu’eux. Ils combattent les incendies avec des lances à eau, montons à l’assaut de l’opinion en arrosant nos collègues. La belle initiative que voilà, digne des premiers films en noir et blanc des frères Lumière.

Les pompiers trempés, les spectateurs pourront alors prendre toute la mesure de leur erreur. Les vrais héros des temps modernes ce sont eux, les CRS, ceux qui montent au feu qui couve dans la société, qui affrontent des hordes sauvages, qui mutilent des fous furieux, qui se dressent pour préserver l’unité de la nation derrière son magnifique chef. La démonstration sera éclatante !

Alors nos braves petits soldats de la guerre incivile n’y vont pas de main morte. Se réconcilier les faveurs de l’opinion exige des efforts. Ils se lancent sans retenue dans la sarabande, font de la rencontre, une reconstitution magnifique d’un immense combat de rue. Il faut qu’il y ait des couleurs, des odeurs, des flammes, des cris, des gaz et des pétards. C’est un feu d’artifice sans précédent qu’ils mettent en place pour frapper les esprits comme ils savent si bien le faire.

Le résultat est spectaculaire, avouons le, au delà de ce que nous pouvions envisager. L’image non seulement rend parfaitement compte de la volonté éclatante de démontrer le courage sans équivalent de ces hommes si souvent décriés mais de plus elle est remarquablement belle. Le geste altier, presque chevaleresque du CRS qui gaze son collègue pompier restera dans toutes les mémoires.

On y perçoit le respect qu’il a pour son partenaire de danse, la volonté de viser juste en dépit de la pression environnante, la préoccupation esthétique pour que le photographe réalise un cliché qui fera date. C’est du grand art, il a fallu des heures de répétition pour atteindre une chorégraphie de ce niveau. Les CRS sortiront grandis grâce à ce tableau digne des plus grands peintres contemporains. Il conviendrait même que cette image soit affichée dans toutes les écoles pour démontrer aux enfants que seule la solidarité, le travail, l’obéissance aux ordres, la discipline permettent de dépasser les limites. Et cette fois, oui vraiment, toutes les limites sont largement dépassées.

Pyrotechniquement leur.

a1

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.