C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3782 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 janv. 2022

Richard Cœur de Lion

La foire aux fromages.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le conte du mercredi


Il s'appelait Richard mais pour tous, il était Richard Cœur de Lion, un sobriquet quelque peu ironique quand on connaît son combat et le peu de confiance que l'on peut avoir en cette marque industrielle. Mais qu'importe, l'homme était coulant, il n'allait pas battre comme plâtre ses tourmenteurs.

Il fit son entrée dans le monde médiatique en organisant en son pays, une belle petite foire aux fromages, lui que certains persifleurs traitaient de faux mage. Richard se pensait le chantre de la ruralité, terme qu'il adorait tout autant qu'une belle crémière, une certaine Pierrette qui lui avait fait tourner la tête. C'est pour ses beaux yeux du reste qu'il se prit de passion pour la chose laitière. Il se fit le défenseur de la filière, s'agita tellement qu'il transforma son petit pot de lait en grosse motte de beurre, un miracle qui fut immédiatement reconnu par l'Église.

Il battit la campagne pour trouver la perle rare, le fromage qui a du goût et du caractère. Pâte molle ou bien pâte cuite, persillée ou bien chargée de noix, l'essentiel pour lui fut que les bons pasteurs se soient dispensés de pervertir le lait pour faire bouillir la marmite. C'est du moins ainsi qu'il s'exprimait, une manière un peu cavalière qui caillait sur le jabot de ceux qu'il prenait en grippe.

Il fit le tour des plateaux télé pour annoncer sa grande foire aux fromages. Quelques journalistes lui demandèrent d'affiner son propos, d'autres d'écrire une saga fromagère en plusieurs tomes. Il fut de toutes les listes de commission, le fromage avait retrouvé le panier de la ménagère en dépit de la terrible réputation que lui avaient collée les diététiciens. Sa foire allait être un véritable succès au point du reste que sa petite commune fut rebaptisée : Fay-les-Éloges !

Le grand jour pouvait arriver. Les étals étaient dressés, le village fleurait bon, l'ambiance était à la liesse en dépit d'un temps glacial. On se caillait en bord de canal, mais qu'importe, quand le fromage vous botte, vous n'allez pas reculer devant pareil petit désagrément. Bonne crème, Richard avait prévu de distribuer du vin chaud à tous les exposants.

Sur le chemin de halage, il avait même reconstitué un Hâloir : « Local destiné à affiner plus particulièrement des fromages à pâte molle dont l’humidité excessive de la croûte est réduite par ventilation ». Une baratte trônait sur un rond-point, un barbareau sur un carré frais, une bancelle sur le triangle d'eau et un bidon à lait géant devant la mairie. Le décor était planté, après une inspection rapide, il se déclara satisfait : « Rien ne cloche, la foire aux fromages peut être ouverte ! »

C'était le signal qu'attendaient une nuée de corbeaux qui fondir sur les étaux. Devant la foule incrédule, les volatiles ne firent aucun quartier, ils s'emparèrent de toutes les sortes de fromages qui étaient représentés ici, à l'exception notable d'un Cœur de Lion, dont le rugissement avait dû effrayer les preux chevaliers ailés.

Richard au désespoir courait en tous sens, tentant de sauver ce qui pouvait l'être. Il devenait chèvre devant ce drame qui ruinait ses espoirs. Il se doutait que la grande distribution était derrière ce mauvais coup. Il s'était maintes fois pris de bec avec ses représentants, adeptes de l'insipide et de l’hygiénisme. Lui envoyer des charognards était vraiment digne de leurs méthodes.

Il n'eut pas longtemps à se désespérer. D'un même mouvement tous les corbeaux se posèrent sur la cime des peupliers qui bordaient le canal, tenant chacun en son bec ce qu'ils avaient dérobé sur l'étal. Richard qui avait quelques lettres, se dit qu'il devait profiter de l'aubaine pour agir de manière théâtrale et gagner ainsi l'opinion publique à sa cause.

Il attendit tranquillement que la presse, les caméras et les photographes se mettent en faction non loin de là. Il fit installer une sono mobile, prit un microphone et se lança dans une tirade dont il a le secret sur la défense des appellations contrôlées. Les corbeaux très attentifs ne perdirent aucune goutte de ce formidable exposé. C'est quand il évoqua une étiquette accolée au verso du produit qui attestait que les fromages répondaient au cahier des charges que les oiseaux voulurent contrôler l'authenticité de leurs larcins.

Ils ouvrirent grand le bec, un peu comme Richard l'avait fait depuis quelques minutes et firent tomber sur la berge ce qu'ils avaient sournoisement dérobé. Richard buvait du petit lait, il venait de triompher, en direct sur toutes les chaînes info. Chacun récupéra son bien, la foire connut un formidable succès populaire.

Le lendemain, l'affaire était montée jusqu'au Palais et sans tarder Richard fut nommé dans la foulée sous-secrétaire d'état aux affaires fromagères. Une juste récompense, certes mais qui ne pouvait satisfaire son immense appétit. Notre homme ne voulant pas en rester là, avait déjà dans l'idée d'organiser une foire aux cochons et à la charcuterie sans nitrite. « Voilà un homme qui veut le lard et la crémière », écrivit alors son persifleur patenté !

Alimentairement sien.

Cœur de Lion © C'est Nabum

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter