C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

4035 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 oct. 2021

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Bien plus qu'une confirmation…

Un véritable enchantement.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Angeline

Il est bien plus de vingt-trois heures, les privilégiés qui ont assisté au spectacle d'Angéline à la Tête Noire de Saran ne veulent pas se séparer. Ils sont autour des héros de la soirée ou bien dans la rue pour prolonger encore et encore le moment de grâce qu'ils ont partagé. À la fin d'un tour de chant qui restera longtemps dans leurs mémoires comme un moment d'exception, la révélation d'une grande artiste, ils se sont tous levés pour applaudir longuement afin d'exprimer leur admiration, leurs remerciements, leur émerveillement.

Puis, simplement, pour revenir sur terre sans doute, celle qui avait côtoyé les étoiles, entourée qu'elle était de huit musiciens, a offert une ultime chanson avec pour seul accompagnateur son pianiste de toujours. Il convenait sans doute de faire retomber le soufflet, d'organiser en bonne maîtresse d'école qu'elle est, un retour au calme afin que les enfants que nous étions tous devenus, puissent retrouver le monde ordinaire.

C'est bien là le seul moment où la diablesse d'Angéline n'est pas parvenue à ses fins. Malgré la douceur de la mélodie, malgré le dépouillement de cette ultime chanson, rien ne pouvait calmer l'enthousiasme de spectateurs épris de reconnaissance pour ce moment d'éternité auquel ils venaient d'assister. Aurai-je les mots pour évoquer ce qui ne peut se transmettre véritablement ?

Elle est arrivée toute menue, fragile, timide quoique mutine sur cette scène offerte par une municipalité qui a su lui donner sa chance pour qu'un soir, elle soit prophétesse en son pays. Elle serait issue de la grande et prétentieuse cité voisine, que rien de tout cela n'eut été possible. Alors, consciente de sa chance, elle a pris tous les risques pour réussir pleinement dans sa folle entreprise.

Elle n'a pas hésité à se mettre en disponibilité professionnelle, se donnant du temps pour créer ce tour de chant qui ne peut, qui ne doit pas être qu'une éphémère illumination. Elle a travaillé, pris des risques, suivi des formations, s'entourant de conseils et d'amitié, travaillé encore et encore les textes ciselés qui sont tous nés sous sa plume. Elle est passée durant cette parenthèse, de la prometteuse chanteuse à une grande dame de la chanson, capable d’ensorceler une salle en tenant la scène deux heures durant, sur le fil ténu de l'émotion.

Le pari fut réussi au-delà de ce que nous, qui avions assisté à plusieurs de ses prestations, ne pouvions croire. Pourtant, elle n'a pas changé. Elle est arrivée sur la pointe des pieds tout autant que déterminée à prendre à bras le corps ce défi qui se présentait à elle. Elle fut tour à tour mutine et coquine, grave et sérieuse, tendre et émouvante, drôle et friponne. Elle n'eut de cesse de nous inviter à la suivre dans son univers de mots et d'émotions, quand la chanson n'est pas qu'un simple divertissement mais qu'elle entend transmettre avec élégance et grâce des messages qui se glissent dans les interstices de la poésie.

Je n'entends nullement vous priver du plaisir de la découvrir en divulguant ici les thèmes qu'elle a traités avec maîtrise, subtilité et finesse. Elle a su, ce soir-là adresser un merveilleux message à sa copine Coco qui, lorsqu'elle avait vingt ans, lui avait offert une cassette audio d'Anne Sylvestre. Elle est entrée ce jour-là en chanson comme d'autres se consacrent à une vocation. Elle a pris son temps de faire son chemin professionnel, d'avoir des enfants dont l'un partagea la scène avec elle durant une confession musicale qui bouleversa le public, de se constituer un trésor personnel de textes qui ne demandent qu'à devenir d'autres chansons. Elle a travaillé sa voix, trouver sa voie pareillement avec ses copines du merveilleux groupe Envol, dont le répertoire féminin et parfois féministe n'est pas sans rappeler ses créations.

Elle a fait son miel de tout ce parcours pour se présenter à nous, ce samedi soir merveilleux, avec un spectacle qui ne devrait pas n'être que le miracle d'un soir. Mais comment faire quand on vit dans une métropole où il faut être d'une coterie pour avoir droit de scène à moins de venir d'ailleurs après être passé à la télévision, pour bénéficier des grandes salles qui ne se remplissent que de spectateurs sans curiosité ? Curieusement, pour les grands événements sportifs : que ce soit le basket, enfant chéri de la place ou bien l'open de tennis, les travées sont pleines de gens bénéficiant de cartons d'invitation. Pourquoi n'en serait-il pas de même pour lancer cette servir de tremplin à cette fabuleuse artiste ?

Tout simplement parce que la culture est subversive et que nous sommes ici, dans un territoire qui se voue depuis toujours au plus forcené conservatisme de province. Tout est fait pour y figer dans une représentation de classe et de caste les temps forts de la vie culturelle. Angéline risque fort de n'être pas conforme à l'idée archaïque et désuète que nos notables et barons locaux ont de ce qui convient de donner en pitance au bon peuple.

Faites donc en sorte de bouger les lignes, de faire pression pour qu'elle dispose de sa chance dans la région tandis que d'autres, ailleurs, sauront lui ouvrir leurs bras et leurs scènes pour que nous ne soyons pas les seuls privilégiés à avoir assisté à cet enchantement. Merci à vous !

Subjuguément sien.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report