Divorce à l’orlénaise.

Du rififi à Groslot .

Du passé, faisons table rase ....

a3

 

Notre belle et grande cité johannique, forte de son statut de Métropole ne lésine jamais sur les innovations en tous genres. Depuis quelque temps, une fièvre aphteuse, propagée sans doute par un palmipède migrateur a semé le plus grand désordre dans les esprits. Pour remédier au tohubohu engendré par des révélations forcément démenties, il fallait frapper un grand coup, déplacer l’attention de l’opinion publique, toujours versatile comme chacun le présuppose en haut lieu, afin de lui faire avaler une couleuvre de nature à faire oublier les frasques des uns et des autres.

La grande et belle idée de notre hémicycle municipale, sorte d’avant scène du Cirque Amar, fera sans nul doute grand bruit dans le Landerneau. Les uns et les autres s’étant fait depuis quelque temps les grands spécialistes des séparations, déchirements, trahisons et autres facéties, les mariages ne seront plus célébrés par les officiers municipaux. Il semble qu’en la matière, la fiabilité des uns et des autres restent encore à démontrer.

Non, ce sont les divorces qui désormais feront l’objet d’une cérémonie officielle avec discours d’un édile, signatures de faux-témoins, échanges de lettres de dénonciation, certificats d’adultère et factures d’hôtels borgnes. Il sera même possible de visionner quelques vidéos compromettantes pour corser le tout et assurer l’audience de ces nouvelles séances.

La chose n’étant pas tout à fait légale, il a été envisagé un dispositif révolutionnaire en matière de gestion municipale. La cérémonie sera présidée par un élu en exercice portant l’écharpe idoine et un élu démissionnaire revêtant une écharpe de son choix. Toute liberté sera laissée à ce dernier d’arborer les couleurs qu’il désire à l’exception du jaune cocu pour des raisons qui ne peuvent vous échapper.

Avant la signature des futurs séparés, la lecture des potins du canard enchaîné servira de fil rouge tandis que le guide des palaces parisiens servira d’interlude avant le tirage au sort d’une destination lointaine, pour un voyage aux frais des finances municipales. Il conviendra cependant de s’engager à prendre des chambres différentes et à ne pas demander de remboursement en cas d’utilisation unique, clause qui du reste, interroge les observateurs.

À la sortie de la salle des mariages, rebaptisée pour l’occasion la salle des marches perdues, les familles respectives seront autorisées à lancer des poignées de sottises mais en aucune façon des grains de riz, ce qui pourrait offusquer nos amis chinois. Les rixes, querelles et batailles rangées seront permises elles aussi, pourvu que seuls les coups bas soient portés.

a1

Naturellement, la publication des bans de divorce sera immédiatement suivi d’un démenti émanant du maire en exercice afin de couper court à d’éventuels recours. Seul organe de presse à pouvoir se présenter pour couvrir les cérémonies, le Canard Enchaîné damera ainsi le « fion » à une presse locale totalement déconfite devant la tournure des évènements.

Pour parer tout risque d'échauffourées entre l’élu encore en exercice et son collègue démissionnaire, il leur sera formellement interdit d’emprunter l'escalier d’honneur. L’usage des marches devenant très problématique dans ce vieil hôtel contraint de s’équiper d’un ascenseur social à tous les étages.

Les services administratifs chargés d’assurer le suivi de cette nouvelle proposition de service seront d’ailleurs rebaptisés : Service d’éclats incivils. Le Résident de l’arrêt public en personne, soutient d’autant plus cette initiative qu’il n’a que peu de goût à titre personnel pour les préoccupations natalistes de l’ancienne formule. Un livret d’infamie sera du reste délivré à l’issue d’un protocole qui n’est pas encore clairement défini. Nous devons admettre que l’agitation actuelle au sommet du pouvoir local ne nous permet pas d’en savoir davantage.

De sources autorisées émanant en première main de la Directrice de la Gestion des Affects, une personnalité qui joue un rôle de premier plan dans ce dossier tout en se gardant bien d’apparaître sur le devant de la scène, un titre de transports amoureux sera gracieusement offert aux deux fraîchement séparés. La société « Kiets au Lit » prenant entièrement à sa charge les frais occasionnés par ce cadeau. Nous vous tiendrons informés des éventuels rebondissements de ce curieux dispositif.

Enchaînement leur.

a2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.