C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3615 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 août 2020

Chroniques municipales.

Un printemps pénivauxois.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vocation élective

L’aventure d’une élection à Vaux-le-Pénil dans la Seine-et-Marne peut laisser indifférent ceux qui tout comme moi n’ont jamais mis les pieds dans cette ville lovée sur un méandre de la Seine. C’est même avec une curiosité empreinte d’étonnement que je découvre qu’une de mes chroniques figure dans le carnet de route d’une élection à l’heure du confinement. Un ouvrage collectif sous la houlette de Jean-François Chalot que jamais la politique au sens noble de ce mot ne rebute. Voilà bien ce qui nous sépare, lui croit encore à la démocratie participative et ne cesse de se battre pour infléchir les comportements spécieux des professionnels de la chose publique.

Dans cet ouvrage, vous allez suivre, étape par étape, l’épopée non pas d’une victoire, le terme serait usurpé, mais d’un petit coup gagnant qui a permis à cinq élus d’une liste citoyenne de s’immiscer dans un conseil municipal dont ils sont censés constituer une force d’appoint de la majorité. J’use volontiers de circonlocutions pour décrire ce qui relève ici, non de l’adhésion franche et inconditionnelle mais bien d’une entrée par effraction électorale. La liste de cette fameuse gauche raisonnable avait besoin des voix des trublions pour l’emporter au second tour, d’où un accord du bout du cœur.

Le début de l’histoire comme souvent est fait de succès, de déception, de trahison. Il ne peut en être autrement dans cet univers impitoyable. Des espoirs de 1995 qui ne fleuriront pas à la belle récolte de 2001 avec un succès dès le premier tour qui sera prolongé en 2008 avec cependant les premiers signes de dissension. La démocratie participative devenant bien vite la pierre d’achoppement d’une entente de façade. Le pouvoir semble pour certain n’avoir de sens que lorsqu’il ne se partage pas.

C’est tout logiquement qu’un homme se pensant providentiel prend en mains les destinées de la ville. Nous sommes en 2014 et c’est le temps des reniements, des déceptions et des entourloupes. Le schéma classique dans ce microcosme où l’ambition d’un seul prend le pas sur les belles idées et les premières intentions. Jean-François Chalot n’est pas homme a baissé les armes, il se mut alors en militant associatif pour compenser les faiblesses d’un engagement qui s’étiole tout en restant présent au conseil municipal.

Les élections municipales surviennent alors dans ce contexte de méfiance mutuelle. Deux listes se constituent au sein d’une même mouvance progressiste. Celle qui a la préférence de l’auteur reçoit plus de 27 % des suffrages et pourra négocier son ralliement à celle en place en position de force. Hélas le confinement passe par là et sa gestion souvent autocratique de ceux qui demeurent en fonction durant cette trop longue parenthèse démocratique.

Après naturellement il convient de panser les plaies, de reconstruire une confiance écornée et surtout d’envisager l’avenir en n’obérant pas le passé. Ce présent document est l’occasion de faire le point, de coucher sur le papier les ambitions futures, de redonner vie à un espoir et un combat qui a subi de plein fouet la terrible vague d'abstention.

C’est d’ailleurs à ce propos que j’ai apporté une petite contribution avec une chronique sarcastique sur le parti des pêcheurs à la ligne. Mais l’essentiel est ailleurs, sur cette volonté farouche de bouger les lignes, d’infléchir les maux dont souffrent nos concitoyens laminés par une crise aux multiples visages. C’est le récit au quotidien de ceux qui ne désarment pas, qui croient envers et contre tout aux vertus du militantisme, de la participation et peut-être de l’utopie.

Au Vaux-en-Pénil ou bien ailleurs, c’est un formidable souffle d’espoir quand beaucoup, dont votre serviteur, sombrent dans un pessimisme abyssal. Merci donc à Jean-François et ses collègues de lutte de ne jamais baisser les bras quand tout nous incite à le faire à commencer par l’exemple déplorable de la politique à l’échelon national.

Municipalement leur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan