C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3603 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 oct. 2021

Les valeureux invités du ponton

Il y flotte comme un parfum de privilège

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'ancien régime se remet à table

Il n'est désormais plus possible lors d'une manifestation d'échapper au phénomène de caste. Il y a le commun, les cochons payants, les gueux du petit peuple qui ne disposent pas de coupe-files, de cartons d'invitation et de privilèges quelconques et les seigneurs fréquentant le sommet de la pyramide sociale qui quant à eux, se refusent à côtoyer les premiers.

Toutes les structures ségrégatives sont envisagées pour parquer les uns et offrir le meilleur aux autres, loin de cette foule inquiétante, bruyante, malsaine. L'imagination en ce domaine est féconde, de la loge au ras du spectacle, avec barrières de protection, sièges confortables et menus services en sus, au balcon capitonné, sorte de véranda suspendue dans laquelle coule à flot le champagne tandis que l'alcool est prohibé dans les gradins plus bas.

Il y a encore les fameuses rangées de fauteuils réservés dans les salles de spectacle où ceux qui ne paient pas leur place ont le bonheur d'être les mieux placés à la condition qu'ils se déplacent et surtout qu'ils restent jusqu'au terme de la représentation. Pour cela, il convient de leur prévoir une petite réception copieusement arrosée après le baisser du rideau. Si la culture ne les touche guère, leur appétence les incitera à honorer l'invitation.

Le V.I.P. dispose encore de menus avantages qui le place naturellement au-dessus de la mêlée, de ces pauvres gens sentant la sueur et la misère qu'il leur faut absolument éviter. Les organisateurs prévoient tout naturellement un parking pour leur seul usage, si possible le plus proche de la manifestation. Il s'agit là de ne pas mélanger les berlines avec des voitures ordinaires et non le désir de leur éviter des efforts inutiles. Ils ont droit à un accès sécurisé, plus fluide avec des cerbères qui en la circonstance savent se montrer aimables. Loin d'eux l'envie de fréquenter les interminables files d'attente où des gens mal embouchés expriment leur impatience en des termes détestables.

Le V.I.P. n'a pas la même constitution que le contribuable de base. Il doit boire excellent, manger raffiné, être servi sans faire la queue ni rester debout. Il appartient à la crème de la République, cette nouvelle forme de noblesse à laquelle on accède par l'élection, l'héritage ou la cooptation. L'égalité se fracasse devant les attentes de ces nouveaux ci-devant, toujours plus avides de traitements de faveur. Le phénomène a sans doute trouvé son apothéose avec la constitution d'une terrasse flottante, installée sur la Loire, équipée de transats et de tables, pour offrir aux V.I.P. en goguette, après un tour sur la rivière, dans l'un des bateaux privatisés, un espace à l’écart des manants et des vilains, au soleil et sous le regard envieux de la foule des déshérités et des humbles.

Mais cette fois, au lieu de crier à l'injustice, au traitement de faveur, au déni de justice sociale, au retour de l'ancien régime dans la ville du Duc d'Orléans, nous devons nous incliner devant leur courage. La Loire était haute, très haute, le ponton instable, mouvant, sujet aux effets des batillages nombreux. Nos V.I.P., en la circonstance, se muèrent en valeureux invités du ponton, mettant en danger leur existence pour montrer au peuple, en sécurité sur le quai, combien il est difficile et risqué de bénéficier de mesures d'exception.

Nous devrions nous extasier devant leur courage et cette abnégation à vivre ainsi une expérience qui se généralisera peut-être au commun et à la plèbe, l'édition suivante. Fort heureusement, aucun n'a chaviré dans les flots, n'a connu l'humiliation de sombrer dans la Loire (à défaut du ridicule) devant la foule aux aguets. La terrasse flottante sur ponton instable a en tout cas démontré la fragilité de nos démocraties et sa lente et inexorable dérive vers une monarchie de la finance et des élites.

Gloire à ces êtres d'exception qui sont soigneusement préservés des saillies honteuses d'un bonimenteur infréquentable. Le ponton flottant est un havre de paix, dangereux certes, mais bien moins que les propos séditieux de cette canaille, indigne de divertir cette noblesse ligérienne.

Irrespectueusement leur

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux