C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3611 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 oct. 2021

Le ciel nous tombe sur la tête.

Aengus, maître du temps et des lumières.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'art pour sauver le monde.

Il y a si longtemps que nul ne pourra témoigner de ces évènements, par un étrange mystère, le même jour fut procréé et engendré Aengus ; celui qui se passa de gestation. Ceci se déroula au bord d'une rivière ; source de toute vie. Cet être, d'une mystérieuse beauté, aimait à commander aux oiseaux ainsi qu'à tous les autres animaux, aux forces naturelles et aux cœurs des humains. Tant que les druides eurent le droit de cité sur les rives de notre Loire, il vécut paisiblement sa vie de chantre de l'environnement.

Les années passèrent, de nouvelles croyances s'imposèrent. Les moines, les prêtres, les gourous et les brahmanes de toutes obédiences s'emparèrent des lieux sacrés des Celtes pour y dresser les prétentieux temples des nouvelles fois. Comme Aengus ne pouvait se résoudre à disparaître, il choisit de s'incarner, prenant l'apparence d'un humain, se fondant dans la masse pour n'en ressortir que par le truchement de ses créations.

Ainsi s'était-il assigné la redoutable mission d'ouvrir les yeux des mortels sur la beauté de la nature, la poésie d'un coucher de soleil, la magnificence d'une fleur, la splendeur d'un matin brumeux, la grâce de tous les êtres vivants Son message allait à rebours des croyances et des cultes : le paradis existe, il est sur terre, dans nos cœurs et devant nos yeux !

Au fil des époques, il prit bien des avatars, devenant tour à tour, poétesse, peintre, musicienne, chanteur, romancière, sculpteur, conteuse, fabuliste, plasticienne . On le retrouve, ou bien on peut la reconnaître ainsi, dans les habits de grands artistes qui ont chanté la Loire. Aengus, en effet, avait jeté son dévolu sur la fille Liger, afin d'honorer Lugus, le prince des lumières.

Ainsi naquit le mythe de l'éternité et de son représentant Aengus. Chaque fois que surgissait une œuvre qui emportait le cœur des humains, qui touchait au plus profond de l'âme, qui transcendait une réalité parfois sordide, on reconnaissait, derrière celui ou celle qui accédait à la grâce, l'influence du représentant de la beauté, de l'amour et du temps…

Tour à tour homme ou femme, Aengus n'avait de cesse de magnifier les arts pour chanter la splendeur de notre Loire. Il adoptait alors la forme artistique de l'époque, celle qui avait le plus de chance de toucher le plus grand nombre. Il se murmure qu'il se fit architecte quand les châteaux de Loire furent édifiés, qu'il devint graveur, qu'il chanta la magnificence d'une rose qui a déclose.

Le maître des lumières © C'est Nabum

Aengus allait à travers le temps, sans cesser de déclarer son amour à la Loire. Il serait sans doute fastidieux d'établir la liste des noms célèbres sous lesquels, le temps d'une vie humaine, Aengus exprima son talent de bien des manières, sous bien des apparences. Hélas, les humains perdirent un temps le sens du sacré et du merveilleux, et Aengus se morfondit. Ce qui le fit sortir enfin de son marasme, ce fut une nouvelle manière de briser l'indifférence d'une société devenue trop matérialiste.

C'est ainsi qu'Aengus devint photographe de Loire. Il sillonne la rivière, traque les signes de la nature qui feront à nouveau entrer les individus au plus intime de la création, au plus splendide de la nature, au plus sacré de la beauté. Animaux, plantes, paysages, humains avec toujours en premier plan, la Loire ! Aengus n'a de cesse de guetter ces instants magiques et rares qui vous font entrer en communion avec les forces surnaturelles.

Pour se plier aux règles d'une époque vouée à la communication, il arpente la rivière, publie des livres, propose des expositions, offre des instants d'admiration et d'extase. Contempler son œuvre, vous permet de plonger dans l'incroyable magie de ce qui nous environne, de déchirer le voile de ce qui se dérobe à nos yeux, de découvrir les splendeurs de la nature.

Aengus ne goûte guère aux éloges s'ils ne s'accompagnent pas d'une prise de conscience collective du trésor dont nous avons hérité et qu'il nous appartient de transmettre en l'état. Dans pareil cas, il pourrait bien disparaître, se fondre dans la spirale temporelle, changer d'avatar ou bien se faire oublier des humains durant plusieurs générations. Il pourrait tout aussi se dissimuler quelques siècles dans ce puits sans fond que nous creusons dans notre paradis perdu.

Faites donc grande révérence à Lugus, honorez les lumières, l'art, la poésie et la nature. Brûlez l'argent, les honneurs et la vanité. Repoussez cette société de l'accaparement, du pillage des ressources, de la destruction des espèces, du souillage et de l'épuisement de la Planète. Par Toutatis, si vous ne percevez pas l'effroi de l'instant, si vous ne comprenez pas qu'il est urgent de tout changer, qu'il nous appartient de bouter ce système honteux et mortifère, c'est à désespérer de tout. Il n'est plus alors d'autres ressources que de vous faire tomber le ciel sur la tête !

Lumineusement sien.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau