Le baptême de l’eau

Le voyage du Suave Acte 1

Ça continue ce weekend

c1-1

 

Vous savez désormais le Suave, cette flûte berrichonne qui nous a raconté elle-même son renouveau. Celui-ci fut possible grâce à la volonté de l’association « Les Chemins de l’Eau ! ». Il est d’ailleurs possible de suivre ce récit en images ici ! Nous allons suivre les premiers pas de ce bateau remis à neuf et prêt à larguer les amarres sur son Canal retrouvé.

Avant que de retrouver les bonheurs de la navigation, il convenait de couper le cordon ou plus exactement le ruban tricolore. Il y avait foule ce mardi 12 mars en fin de soirée dans le hall d’accueil de la Mairie de Combleux. C’est paradoxalement serrés comme des sardines que les ligériens se sont pressés pour écouter les discours officiels, les frasques d’un bonimenteur et l’intervention émue du président de l’association à l’initiative de tout ça.

c2

L’eau avait choisi, en toute logique diront les navigateurs de s’inviter au bal. Il tombait des cordes, mots interdits sur une embarcation et pourtant personne ne mit les bouts. Deux cent soixante personnes agglutinées véritablement autour du verre de l’amitié, ça crée forcement des liens et ça donne chaud au cœur. La fête pouvait commencer.

Le vendredi 15 mars, le barde breton Dan Grall vint en compagnie de son complice accordéoniste Nicolas honorer le Suave en renouant avec son tour de chant ligérien. Lui qui est retourné vivre au bout de son Finistère, a retrouvé les chansons qui firent sa renommée en bord de Loire. La petite salle des fêtes était pleine comme un œuf, le public reprenait tous les refrains, retrouvant avec plaisir les textes qui furent sans doute à l’origine du renouveau de la Marine de Loire.

c3

Le lendemain c’était le grand départ. La Flûte, habillée de drapeaux et rubans allait remonter les 4 biefs qui lui sont accessibles. Une belle flottille hétéroclite se pressait autour de la reine de la fête. Une dizaine de fûtreaux, des canoës, des Kayaks, des avirons, des barques et même un étrange esquif en bois à deux coques et propulsé à la rame par son créateur, escortaient leur grande sœur. Le groupe musical avec lses accordéons diatoniques « Les Manqu' pas d’Airs » avait lui aussi embarqué pour souffler des airs joyeux tout au long du trajet.

Le départ ne fut pas simple. Les pluies récentes et abondantes avaient gonflé le niveau du canal. Le Suave dut baisser la tête au passage du premier pont. Dans l’opération, une vitre de la cabine se brisa et il fallut la démonter. Un petit retard au démarrage qui deviendra bien vite une plaisante anecdote.

c4

C’est forcément avec le petit retard qui s’impose toujours dans les grandes manifestations que la Flûte arriva au lavoir de Chécy, là où une chorale de chants de marins « Vent debout » l’attendait. Il faisait un vent à décorner les bœufs et un froid digne des canards qui ne trouvaient plus paisible du tout, leur cher canal. Ils s’envolèrent, indifférents aux charmes de cette étrange armada…

Concerts, discours, apéritif d’honneur et casse-croûte improvisé sur les bateaux, la Flûte commença à comprendre qu’elle était prétexte à bombance. Elle s’en moqua, les curieux étaient là pour l’admirer et elle se fit canoteuse, comme il se doit. Ce n’était que le début. Pourtant le vent lui joua fort vilain tour au départ de l’après-midi. Le majestueux saule de l’endroit voulut se l’accaparer, la prendre dans ses bras en bel égoïste qu’il est !

c5

Une foule importante l’attendait à l’écluse de Mardié. Chacun ici avait hâte de retrouver l’activité du Canal et c’est sans doute la raison du succès de ce voyage inaugural. Musique, plusieurs éclusées pour laisser passer tous les bateaux, animations fantasques permirent d’attendre les concerts du soir. Les Aquadiaux, cette fois avaient un public qui n’était pas transi. Le soleil avait daigné faire son apparition. Contes et chansons permirent d’attendre l’incontournable apéritif d’honneur.

Un nouveau repas partagé, cette fois sous une tente salvatrice avant le grand concert du soir par le groupe Blésois « Toue Sabord ». Cinq artistes affrontèrent un froid glacial dans une nuit noire qui certainement découragea les plus frileux. Ils surent malgré tout enchanter les derniers survivants de la folle journée. Il faut les en féliciter tant les conditions n’étaient pas faciles. Dimanche, la troupe fera des ronds dans l’eau à Mardié pour contenter tous ceux qui ont le désir de naviguer avant que de reprendre son périple samedi prochain.

c6

 

à suivre ...

Photographies de Sylvie Revert

Samedi 23 mars : DONNERY
14h-16h : Voyage Mardié-Donnery
16h : Passage de l’écluse
18h15 : Histoire du Suave par C’est Nabum + Aquadiaux
18h30 : Accueil de la municipalité et verre offert par la municipalité 
21h : Grand concert sur la péniche : Les Copains d’Sabord

c7

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.