C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3606 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 août 2021

L'art du protocole.

Gloire à ces virtuoses de l'inutile.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les petits métiers du Palais

Dans l'ordre protocolaire, désormais derrière le ban et l'arrière-ban du gouvernement, surgissent les protocolographes, une nouvelle profession, sorte de génération spontanée née de la pandémie. Ils sont une forme de synthèse entre le rédacteur des alinéas d'un projet de loi et les membres de la cellule capillotractée des xylogues distingués.

Leur art consiste à noyer le poisson de telle sorte qu'une poule ne trouverait pas ses petits dans le maquis des règles qu'ils établissent dans l'urgence d'une crise qui suppose d'établir des règles différentes au fur et à mesure de l'évolution de la capacité d'adaptation de ceux à qui sont destinés des consignes qui se veulent évolutives, absconses, inapplicables et absurdes.

Non seulement le Protocolographe doit inventer des règles ubuesques mais de plus, il doit les encadrer par des mesures, des jauges, des données chiffrées, des critères qui interdisent tout espoir de rendre réalisable l'ensemble des principes exposés dans un document d'une épaisseur considérable. Car en premier lieu, ces artistes de la circonlocution réglementaire sont payés à la ligne, ce qui les pousse à tirer à la ligne dans un souci de complexité qui atteint au sublime. Plus c'est long plus c'est bon pour des personnages qui n'ont jamais le souci de la faisabilité de leurs injonctions. Un bon protocole est un protocole si complexe que le premier réflexe de celui à qui il est destiné est de renoncer à le mettre en place.

C'est ainsi que le protocole remplit pleinement son véritable office : « Couvrir le Pouvoir en place en rendant strictement impossible l'application de ses recommandations. » Alors, me direz-vous, pourquoi tant d'efforts aussi vains que dérisoires ? Justement pour mettre sur le dos de subalternes, de responsables des niveaux inférieurs la responsabilité des éventuelles problèmes, fautes ou contaminations futures.

Le protocole n'a rien à voir avec le mode d'emploi d'un appareil électronique même s'il en a la longueur, une langue inaccessible au commun des mortels et une complexité de nature à décourager le lecteur. Du reste les meilleurs protocolographes sont tous des transfuges des rédacteurs de ces opuscules techniques.

Il y a cependant une différence de taille. Ils ne cherchent pas à se faire comprendre de quelques initiés hautement qualifiés qui constituent malgré tout une petite partie des lecteurs de leurs homologues de l'industrie. Pour eux, aucune obligation de clarté. Personne ne viendra jamais leur chercher des poils aux œufs ni même tenter de décrypter leur salmigondis. Ils sont à l'abri du risque de trouver un tatillon capable d'analyser point par point leurs directives.

Les protocolophiles rédigent des milliers de règles, nées d'une imagination fertile en parfait apesanteur. Elles sont toutes interchangeables tout autant qu'irréalistes et applicables dans n'importe quelle structure. Elles sont regroupées au hasard lors d'un processus totalement aléatoire qui tient plus de la roulette russe que du casino. Il n'y a rien à gagner à ce petit jeu même pas l'espoir d'un prix littéraire.

Ces individus méritent bien de la nation car leur travail suppose un effort surhumain. Ils sont en effet contraints d'assister à toutes les séances des comités d'experts tout en faisant semblant de prendre en note les extravagances issues de ces professionnels de la réunion. Charge à eux de tirer la quintessence de leurs propos, ou du moins de leur laisser penser.

De toutes manières du ministre au président, de l'expert au membre du conseil de défense, personne n'ira jamais s'aventurer dans l'examen d'un protocole en bonnet d'uniforme. Les protocolistes sont libres d'empoisonner l'existence des citoyens sans devoir rendre le moindre compte à quiconque. Ce sont des virtuoses de l'inutile au service de la plus totale vacuité. Ils méritent bien d'être ici mis à l'honneur, eux qui sévissent dans l'ombre depuis bientôt 18 mois.

Admirativement leur.

Un protocologue se lave les mains

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP