C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3821 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 mai 2022

Par la grande porte du verger.

Les fruits défendus, les fleurs déflorées …

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le ver est dans le palais.

Entrez par la grande porte du verger du Palais, il y a encore des jardiniers qui ont dans le passé effleuré un pistil sans son consentement. En bons pollinisateurs, certains de leur puissance, ces rois du râteau et de la binette se sont passés d'un accord pour voir la feuille à l'envers. Sans adhésion des deux parties lors de cette fusion merveilleuse qui ne doit exister que dans la plus absolue concorde, le jardinage tient davantage lieu de labourage et du sarclage.

Bien des jardiniers, jouent encore du plantoir avec persuasion, virulence et parfois d'odieux stratagèmes pour arriver à leurs fins. C'est là, une détestable expression de ceux qui veulent récolter sans jamais s'aimer. Du reste, dans les allées du pouvoir, la fine fleur de la gente masculine fait collection de bouquets changeants, de fleurs dérobées, de fruits mal défendus qu'ils cueillent sans en demander l'autorisation. Pire encore, certains sont si pressés qu'ils n'attendent même pas que le fruit soit mûr ou la fleur déclose. C'est là pratique honteuse qui les marque à jamais du sceau de l'infamie et n'en fait pas moins des individus au-dessus du panier, la main prompte à s'y glisser.

D'autres s'estiment en position de supériorité pour parvenir au même résultat en laissant miroiter un arrosage plus fréquent, un changement de massif, une mise en valeur qui apportera des bienfaits ultérieurs à la fleur convoitée. Le vol du bourdon est un leurre, une manière insidieuse de briser les défenses, de prendre et de ne jamais rien donner véritablement en échange.

Bien des grands jardiniers de nos palais usent de telles stratégies. Le plus désolant alors c'est qu'en dépit des rumeurs, des accusations, des soupçons, ils restent droit dans leurs bottes, la justice jouant du sécateur pour élaguer les rejets, les pourvois en castration. Certains brillent même dans les hautes sphères tandis que leurs victimes se fanent misérablement sur le bas-côté.

Les pratiques n'ont guère changé en dépit des promesses d'une culture respectueuse des plantes et des rythmes naturels. Il y a même de grands personnages de l'état qui se sont spécialisés dans le bouturage en terre lointaine, tentant parfois le marcottage, laissant bien des stigmates derrière eux. La culture ne fut pas toujours à la fête et la musique ne fut pas une manière de le dire avec des fleurs dans certains jardins et belles villas médicinales.

Un jardinier de l'intérieur a repoussé les accusations. La droiture du tuteur ne peut être remis en cause quand celui-ci tient le manche et la cognée. Les plantes courbent la tête, avalent l'humiliation et se désolent de voir ainsi leur tourmenteur parader de saison en saison, de remaniements en nouvelles saisons. Le ver est dans le fruit de l'antienne : « Maraîchage nous voilà ! »

Le noyau dur, les pépins sont réservés aux belles plantes qui seront coupées en plein essor et laissées là, misérablement tandis que les princes du plantoir poursuivent leurs brillantes ascensions. La fine fleur masculine de la floriculture avance à visage découvert avec de gros sabots tandis que leurs victimes portent un chapeau de paille, épouvantails que les médias évitent de mettre en lumière.

Les allées du pouvoir ne sont nullement débarrassées des mauvaises herbes, des plantes invasives, urticantes et nocives. Même en confiant la composition florale et arboricole à une femme, il se trouve encore dans son équipe de campagne des jardiniers aux pratiques douteuses, au passé si peu vertueux que les abeilles s'en offusquent. Il y a de quoi avoir le bourdon au spectacle sans cesse recommencé de la greffe qui ne prend pas entre morale et politique. Le pouvoir du jardinier sera toujours si puissant que les pauvres fleurs, les malheureux fruits succomberont à une passion non partagée.

Comprenez bien pourquoi ce texte n'a rien d'un jardin à la française, les allées sont biscornues, les massifs épais et impénétrables si j'ose employer cet adjectif. Il faut être prudent en la matière, les véritables coupables sont protégés et ce sont toujours les petites fleurs qui déchantent.

À contre-vent.

à regarder : l'herbier du tendre

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire