Un espace en transition

La Baleine de Châteauneuf

Un lieu incontournable

 

b0

Dans cette société devenue folle à force de courir vers le profit et la destruction de la bio-diversité, des gens se mobilisent un peu partout pour penser une autre forme de relation, un autre système qui place l’humain au cœur de leurs préoccupations tout en préservant la planète. L’ambition est non seulement louable mais elle semble de plus en plus incontournable pour conserver une chance de survie à notre espèce.

Une association : « Châteauneuf sur Loire en transition » a été fondée en 2012 sous la forme d’une collégialité avec un comité de pilotage de 9 personnes dont trois coprésidents qui n’ont que des fonctions représentatives. Nous voyons à nos dépens combien confier le pouvoir à un seul, fut-il président d’opérette, maire de salon ou simple président omnipotent est une hérésie qui nous conduit dans l’impasse démocratique et l’indifférence générale.

À Châteauneuf, un groupe de citoyens a souhaité reprendre à son compte ce mouvement d’envergure afin de porter l’attention sur la nécessité d’éveiller une conscience collective sur la Transition qu’elle soit écologique, économique ou sociale. L’état de notre planète comme de nos sociétés imposent un autre paradigme qu’il convient de toute urgence de mettre en place dans un environnement politique incapable de penser en dehors d’un système dont ils ne sont hélas que les représentants de commerce.

Il faut redéfinir les liens sociaux tout en informant et mettant en action des exemples simples à l’échelle locale. Le café « La Baleine » est à ce titre une défense et illustration des idées qu’il convient d’imposer à rebours de ce que propose une classe politique totalement inféodée à une pensée devenue totalement obsolète et mortifère. Les bases de cette action sont disponibles sur le site français  de la Transition.

Pour briser la logique infernale de l’économie, une monnaie locale est proposée pour le paiement des prestations et services. Ici, c’est « Le passeur » une monnaie qui reprend des images de Loire et qui se limite aux communautés de commune des Loges et du Val de Sully. À ce jour, 15 commerçants locaux acceptent déjà « les Passeurs » et montrent ainsi leur volonté d’encourager cette économie parallèle. Un bureau de change est ouvert deux fois par semaine à la Baleine.

En ce lieu, des expositions, des concerts, des ateliers de réflexion, un bar, des ateliers de réparation vélo et petit électroménager animent la boutique qui est devenu un lieu de convivialité et d’échanges. Bientôt, un espace de restauration sera proposé avec des produits tous en circuit court et conformes à l’éthique biologique.

Le lieu s’ouvre aussi aux autres associations et leur propose un accueil quand elles n’obtiennent pas de locaux municipaux pour leurs réunions. La ville ne semble pas très collaborative, c’est du moins ce que je ressens sans que l’association n’exprime encore de critique. Il est vrai que madame la maire est plus tentée par le libéralisme forcené que par l’écologie participative. Elle vient de faire couper en catimini les arbres de la place où se dresse la colonne des mariniers au grand étonnement de tous.

Mais revenons à nos citoyens en transition. Le lancement réel du projet débuta à la fin 2016 en s’ouvrant à tous. À ce jour, il y a déjà 700 adhérents dont une grande partie sont des gens venant de Châteauneuf-sur-Loire et des communes avoisinantes. L’ouverture effective de la Baleine, le 28 avril a déclenché un afflux d’intérêt, de curiosité et de sympathie. Les petits vieux du quartier que l’on ne peut comparer à des dangereux activistes ont trouvé cet espace à leur goût. Il faut dire que c’était autrefois un café dont la décoration a été largement repensée pour en faire un agréable lieu de vie. Les anciens y retrouvent le plaisir de la conversation.

La Baleine est ouverte les mercredi et jeudi de 16 h à 20 h ou 21 h suivant les activités. Les vendredi et samedi de 11 h à 20 h tandis que le bar reste ouvert jusqu’à 21 h. Une programmation culturelle et militante est en place pour le prochain trimestre : chanteurs, conteurs, lecteurs, conférenciers, tous porteurs de la même philosophie viennent ici sans réclamer de cachet pour l’instant.

Les soirées attirent une petite centaine de personnes, ce sont les limites d’accueil de l’endroit. Un dossier est en cours pour financer des spectacles. La logique étant toujours de rester dans la légalité tout en imaginant d’autres procédures qui échappent à la course au racket de la Sacem, instrument éminent au service d’une culture vouée à servir à ? l’argent et les vedettes établies.

À l’étage, un espace de travail partagé, est proposé aux adhérents qui peuvent œuvrer tout en bénéficiant de la présence d’autres, afin d’échapper à la solitude dans laquelle les enferme le télé-travail. L’espace sera prochainement ouvert 24 heures sur 24 heures et offrira une photocopieuse, une connexion WIFI, un salon pour d’éventuels entretiens et des bureaux. L’esprit étant naturellement de refuser le modèle de plus en plus individuel de la société libérale.

Je ne peux que vous inciter à venir adhérer à cette association comme je me suis empressé de le faire ou bien à en trouver une près de chez vous afin de participer à votre tour à cette indispensable révolution des esprits et des consciences. Il en va de la survie de l’humanité qu’il convient de ne pas confier à Trump, Freluquet, les partis traditionnels, la FNSEA et tous les autres fossoyeurs de l’espoir.

Transitivement leur.

b1

Avertissement

Ce texte n'engage que son auteur et en aucune façon les responsables et bénévoles de La Baleine.

Merci

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.