C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3611 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 oct. 2020

Tout sur la Bamboche

Monsieur le préfet en men'eux d'bal

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Bourrée du Diable ...

Le couvre-feu c’est sérieux, on ne rigole pas avec ça et pour bien affirmer véhémentement la chose, le bon préfet du Loiret admoneste vertement les noceurs, les ripailleurs et autres amateurs de vie nocturne par un tonitruant : « La bamboche c’est terminé ! ». Il serait bon d'éclaircir le propos de l’homme des ténèbres (puisque responsable du couvre-feu) par quelques lumières linguistiques.

La bamboche n’est pas l’exclusivité des bambochards et bambocheuses si honnis par le représentant de l’État Français. Il convient de retourner aux origines de ce mot venu d’Italie pour prouver à notre ami qu’il se trompe lourdement. Celui qui veut voir cesser les débordements des noceurs, des amateurs de foires et de noubas, vient jeter le contenu de la lampe à huile sur le feu tout autant que l’anathème sur un mot qui eut en son temps ses lettres de noblesse.

Les Bamboches à l’origine étaient des marionnettes plus grandes que celles utilisées habituellement dans les castelets. Elles permettaient de mettre en scène des situations ubuesques, qui avaient un rapport certain avec la dérision, l’humour et l’irrévérence, domaines inconnus de cet homme trop sérieux. Faire Bamboche c’était donc faire spectacle et là, nous ne pouvons donner tort à notre défenseur de la tranquillité publique. Pour le monde de la Culture, il y a déjà quelque temps que la fête est terminée, que le spectacle a cessé de continuer. À trop souffler sur le chaud, le froid a fait tomber le rideau. Les marionnettes ne sont plus que les pauvres artistes condamnés à la mendicité.

Le mot en arrivant en France a changé de nature. Dans certaines de nos provinces les Bamboches furent alors des savates qui avouons le, en période de couvre feu sont bien plus utiles que les escarpins. Mais notre homme, habitué des souliers vernis ne pouvait savoir qu’il mettait les pieds dans un joli imbroglio. Qu’une mule nous prive de charentaises ne peut être pris par dessus la jambe. Il y a là, manifestement, l’intention de nous mettre au pas. Puis de glissements sémantiques en allusions friponnes, celui qui finit par trouver chaussure à son pied prétendra que faire bamboche, c’est précisément tomber dans le stupre et la fornication. Monsieur le Préfet vient donc se mêler de notre vie privée, réclamant aux loirétains de faire vœu d’abstinence et de chasteté durant la crise sanitaire. Voilà qui est poussé le bouchon fort loin tout en nous privant d’une ultime distraction sous la couette.

La formule est d’autant plus dure à avaler qu’elle a de quoi nous rester sur l’estomac. Car fort de sa réputation festive, la bamboche acheva sa course dans un pot de chambre, là précisément où le préfet veut nous confiner en compagnie de quelques oignons accommodés sous forme de consommé sans consommer. Nous ne pleurerons pas dans les chaumières, là encore, ni brouet ni potache, mais simplement la soupe à la grimace dans un département sous l’éteignoir et dans le noir.

En bon collaborateur zélé de l’ordre, le bonhomme va frapper à bras raccourcis sur les récalcitrants afin de leur enfoncer dans la tête, les mesures salutaires et néanmoins sanitaires. Ne pensez pas que ce soit par amour des bavures et autres dérapages policiers mais tout bonnement pour rappeler à tous que dans la langue familière, une bamboche était une personne de petite taille, méprisable et vulgaire. Nous revenons là à plus de justesse sur la manière qu’à ce grand personnage de toiser le petit peuple de la nuit.

Tout est bien qui finit bien et l’honneur de la préfecture est sauf quand on finit par trouver dans la bouche du Grand Charles une allusion à la Bamboche. C’était lors de la campagne présidentielle pour le second tour de 1965, De Gaulle réclamait le progrès et non la pagaille et affirmait ensuite que la ménagère qui aspirait aux bienfaits des équipements électroménagers, ne souhaitait pas voir son mari aller bambocher quelque part. C’est donc en faisant référence au fondateur de la cinquième République qu’implicitement notre préfet au champ, exprime ses réserves vis à vis de l’actuel chef d’état. Nous ne pourrions lui donner tort, même de taille honorable, cette marionnette des banquiers, n’est pas de nature à nous faire rire. La Bamboche c’est terminé, il n’y a pas à dire !

Derechefement sien.

La Bamboche - La bourrée du Diable (officiel) © MASQ Music

Un petit clin d'œil au groupe Folk La Bamboche qui anima nos soirées en Berry.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé